Rechercher dans ce blog

vendredi 19 février 2021

Chronique d’une disparition, Chronique d'Abelda, Chronique d'Albelda, Chronique d'Alphonse III, Chronique d'Alphonse XI,

Chronique d'une disparition: Trouve plus

Chronique d'Abelda: Trouve plus

Chronique d'Albelda: La Chronique d'Albelda (Chronicon Albeldense ou Codex Vigilanus) est un manuscrit en latin écrit sous le règne d'Alphonse III des Asturies. Rapportant des épisodes de l'histoire de l'Hispanie, elle constitue une des rares sources sur la fin du royaume wisigoth, la conquête musulmane, l'installation de la dynastie omeyyade dans la péninsule et la naissance du royaume des Asturies. La première version a été terminée en 881. Plus tard ont été ajoutés deux paragraphes faisant référence aux années 882 et 883. La chronique se termine en novembre de cette année-là. Le nom d'« Albeldense » vient du Codex du Monastère de San Martin de Albelda, à Albelda de Iregua, La Rioja, copié et poursuivi par le moine Vigila ou Vigilán jusqu'à l'année 976. D'où le nom de Codex Vigilanus (Codex Conciliorum Albeldensis seu Vigilanus). Cette chronique, à laquelle s'ajoutent les chroniques Chronique Rotense et Chronique Sebastianense (ou Ad Sebastianum), forment les Chroniques d'Alphonse III, compilation de textes civils et canoniques de la période wisigothique. Ce codex contient, entre autres informations, la première mention des chiffres arabes dans un manuscrit occidental. Ceux-ci avaient été introduits en Espagne par les arabes musulmans du califat Omeyyade. La version la plus complète que l'on possède de la chronique se trouve à l'Académie royale d'histoire et est un manuscrit provenant du monastère de San Millán de la Cogolla et qui date de l'année 951 approximativement. Trouve plus

Chronique d'Alphonse III: La Chronique d'Alphonse III (en latin: Chronica Adefonsi tertii regis) est un document historique du type chronique qui est attribué au roi Alphonse III en personne. Elle couvre un espace de temps qui va depuis le règne de Wamba jusqu'à la fin de celui de Ordoño Ier. Il existe deux versions de cette chronique: la Rotense, qui se trouve dans le Codex de Roda (es), et la Sebastianense, aussi appelée Ovetense, ad Sebastianum ou Erudita. Trouve plus

Chronique d'Alphonse XI: La Chronique d'Alphonse XI (en espagnol : Crónica de Alfonso Onceno) est une chronique royale espagnole datant du XIVe siècle. Elle raconte la vie et les faits et gestes du roi Alphonse XI de Castille, depuis sa minorité jusqu'à l'épique siège d'Algésiras (1342). Il est possible que son auteur soit Fernán Sánchez de Valladolid, chroniqueur d'Alphonse XI. Ce dernier lui aurait ordonné de faire un récit des faits historiques qui se sont déroulés dans la Couronne de Castille. L'auteur a rapporté également les événements survenus lors des règnes d'Alphonse X le Sage, Sancho IV le Brave et Ferdinand IV l'Ajourné. Il s'agit peut-être de la première chronique royale au sens strict du terme, car elle est centrée sur la vie du roi et organise les faits pour créer tout un cadre historique qui en fin de compte, transforme l'ouvrage en un instrument incontournable pour étudier l'Espagne de l'époque. On peut distinguer deux grandes parties: La minorité du souverain, lors de laquelle s'est manifestée la déloyauté de l'aristocratie, Le désir de justice d'Alphonse XI, et la mise en valeur de sa lutte tenace contre les maures.Cette seconde partie raconte en particulier le siège d'Algésiras d'août 1342 à mars 1344. On suppose que les épisodes de ce siège ont été écrits dans le camp chrétien par les scribes royaux. Cette œuvre narre en détail les différentes actions observées de l'extérieur de la cité. Chaque mois du siège fait l'objet d'un chapitre différent. Trouve plus

Chronique d'Anna Magdalena Bach: Chronique d'Anna Magdalena Bach (Chronik der Anna Magdalena Bach) est un film germano-italien réalisé par Jean-Marie Straub et Danièle Huillet, sorti en 1968. Trouve plus

Chronique d'Arbèles: La Chronique d'Arbèles est un texte historiographique en langue syriaque publié par Alphonse Mingana en 1907. L'éditeur le donnait pour l'œuvre d'un écrivain du nom de Mšiḥā-zkā (« Christ a vaincu »), dont l'Histoire ecclésiastique est mentionnée dans le Catalogue des livres d'Ébedjésus de Nisibe. Le texte raconte l'histoire des évêques d'Erbil (ou Arbèles), capitale de l'Adiabène, depuis la fondation du siège par Pkhida, présenté comme un disciple d'Addaï d'Édesse, jusqu'à la mort de Hnana, le vingtième évêque, survenue entre 544 et 554, ce qui fait supposer que l'auteur écrivait vers le milieu du VIe siècle, même s'il y a apparemment une partie manquante à la fin comme au début. Beaucoup des évêques mentionnés finissent leur vie en martyrs, ce qui apparente le texte à un martyrologe. Ce texte a d'abord été considéré comme un document très précieux par nombre d'orientalistes, jusqu'à ce que de sérieux doutes soient exprimés sur son authenticité : d'abord par le Bollandiste Paul Peeters, ensuite par le jésuite Ignacio Ortiz de Urbina. En 1941, le dominicain Jacques-Marie Vosté révéla qu'Alphonse Mingana avait fait ajouter le nom de Mšiḥā-zkā sur le manuscrit par un scribe moderne du Proche-Orient. Ensuite l'orientaliste allemand Julius Assfalg examina l'unique manuscrit connu (alors désigné comme Ms. Berl. or. 3126, vendu par Mingana lui-même le 21 octobre 1907 à la Bibliothèque d'État de Berlin) et découvrit : que loin de dater du Xe siècle, comme l'avait au moins laissé dire Mingana, c'était un manuscrit moderne, et vieilli artificiellement ; que le texte édité par Mingana ne correspondait pas entièrement à celui du manuscrit, et qu'il manquait même une page entière dans celui-ci par rapport au texte imprimé.Peu après, le dominicain Jean Maurice Fiey dénonça la Chronique d'Arbèles comme une pure fabrication d'Alphonse Mingana, rappelant que l'authenticité d'autres textes édités par lui avait déjà été mise en doute. La même année, pourtant, le savant anglais Sebastian P. Brock donnait des raisons de penser que les accusations portées à plusieurs reprises contre Mingana n'étaient pas forcément fondées. Il reste que la Chronique d'Arbèles a généralement été jusqu'à aujourd'hui écartée de la liste des sources fiables. Cependant le texte a été réédité dans la collection CSCO, et le responsable de cette édition, Peter Kawerau, soutient dans son introduction qu'il y a plus de données historiquement fiables dans cette Chronique qu'on ne l'a prétendu un temps. En 2001, Christelle et Florence Jullien, recourant à une critique à la fois interne et externe, concluent à la conformité générale du texte aux sources orientales (notamment le Synodicon orientale et les Actes des martyrs), et invitent à utiliser avec prudence les données concordant avec les sources syriaques identifiées, et à ne mentionner finalement ce texte qu'à titre d'élaboration compilatoire. Dans une étude parue en 2002, Ilaria Ramelli affirme elle aussi que la chronologie qui sous-tend cette Chronique est confirmée sur plusieurs points par d'autres sources. Trouve plus

Chronique de 1234: La Chronique de 1234 est une Chronique universelle anonyme en langue syriaque, dont le récit s'interrompt en l'an 1234. Elle appartient à la littérature de l'Église syriaque orthodoxe (jacobite). Le manuscrit unique qui nous l'a transmise a été retrouvé en 1899, dans une bibliothèque privée de Constantinople, par Ignace Éphrème II Rahmani, patriarche d'Antioche de l'Église catholique syriaque. Il date sans doute de la fin du XIVe siècle. Le découvreur a édité le texte en deux fascicules, à Beyrouth, en 1904 et 1911. La rédaction du texte est postérieure à la mort du prince ayyoubide Al-Ashraf (27 août 1237). L'auteur est un témoin oculaire du siège de Jérusalem par Saladin (1187). Il fait partie de la suite du maphrien Grégoire, frère du patriarche Michel le Grand, lorsqu'il se rend à Tikrit, puis à Sinjar et dans d'autres villes de sa circonscription, en 1189. Les nombreux détails qu'il donne sur la ville d'Édesse, et la bonne connaissance qu'il a de cette ville, indiquent certainement qu'il y a habité, si bien qu'on appelle parfois le texte Chronique de l'Édessénien anonyme. L'œuvre est composée de deux parties : une Chronique civile dont le récit, tel qu'il nous est parvenu, s'interrompt en 1234, et une Chronique ecclésiastique, très mutilée, qui est une histoire des patriarches de l'Église jacobite, interrompue en 1203/04. L'auteur ne connaissait pas la Chronique universelle du patriarche Michel le Grand, et s'inspire directement de sources plus anciennes, dont il recopie mot à mot des passages entiers. Parmi ses sources sur l'Antiquité figurent la Caverne des trésors (un recueil de traditions légendaires relatives à l'histoire sainte judéo-chrétienne) et le Livre des Jubilés. Il se fonde aussi sur l'Histoire ecclésiastique de Jean d'Éphèse, et sur les Chroniques de Théophile d'Édesse et du patriarche Denys de Tell-Mahré (le premier cité par le second), deux textes perdus comme tels dont la Chronique de 1234 donne des passages. Parmi ses sources principales, l'auteur cite également l'Histoire d'Édesse de Basile Bar Shoumana, métropolite de la ville (mort en 1172), mentionné aussi par Michel le Grand. La Chronique de 1234 est un document très précieux pour l'histoire du Proche-Orient contemporain de l'auteur, notamment après la fin du récit du patriarche Michel le Grand (mort en 1199) : sur le sultanat des Ayyoubides et le royaume arménien de Cilicie à la fin du XIIe et au début du XIIIe siècle. L'auteur est assez bienveillant à l'égard des Croisés, qu'il appelle à deux reprises les « Francs bénis », tout en déplorant leur orgueil et parfois leur manque d'intelligence. Trouve plus

Chronique de 1830: Trouve plus

Chronique de Balthasar Russow: Trouve plus

Chronique de Bernat Desclot: La Chronique de Bernat Desclot est une chronique historique, une des Quatre Grandes Chroniques de la littérature catalane. Intitulée originellement Llibre del rei en Pere d'Aragó e dels seus antecessors passats (Livre du roi Pierre d'Aragon et de ses prédécesseurs), elle est actuellement plus connue sous le nom de son auteur : Bernat Desclot. Elle raconte les faits historiques qui se sont produits dans la Couronne d'Aragon entre le règne de Pétronille d'Aragon et celui de Pierre III d'Aragon, le Grand, ce dernier étant le protagoniste du noyau principal de cette chronique. Trouve plus

Chronique de Buda: Trouve plus

Chronique de Croyland: La Chronique de Croyland (ou de Crowland) constitue une source primaire importante quant à l'histoire médiévale anglaise, en particulier celle de la fin du XVe siècle. Elle tire son nom de son lieu d'origine, l'abbaye bénédictine de Croyland (ou Crowland), située dans le Lincolnshire, en Angleterre. La chronique était autrefois connue sous le nom de Chronique d'Ingulphe, d'après son supposé compilateur original, l'abbé Ingulphe, qui a vécu au XIe siècle. Comme cette partie du texte est maintenant connue pour avoir été une falsification ultérieure, son auteur est désormais connu sous le nom de « Pseudo-Ingulphe ». La validité de la source elle-même a été mise en doute, en partie à cause de l'identité inconnue de l'auteur original et des lacunes dans toutes les suites du texte. En outre, peu d'efforts ont été déployés pour trouver et traduire le manuscrit original. Trouve plus

Chronique de dalimil: Trouve plus

Chronique de Frédégaire: On désigne conventionnellement sous le nom de Chronique de Frédégaire une compilation historiographique constituée en plusieurs étapes dans la Gaule du haut Moyen Âge, relevant du genre de la Chronique universelle, et relatant les événements depuis la Création du monde jusqu'au 9 octobre 768 (jour de l'avènement de Charlemagne et de son frère Carloman) dans la version la plus longue. Trouve plus

Chronique de Fredegar: Trouve plus

Chronique de Goustynia: La Chronique de Goustynya est une des chroniques locales de Russie. Trouve plus

Chronique de Goustynya: Trouve plus

Chronique de Jersey: Trouve plus

Chronique de Kano: La chronique de Kano est l'histoire écrite des rois de la cité, appelés sarki en haoussa. Kano est une ville du nord de l'actuel Nigeria là où la chronique a été très probablement rédigée. Cette chronique n'a pas de titre, elle est dénommée simplement Chronique de Kano. L'auteur est anonyme et la date de rédaction pose des problèmes aux différents chercheurs qui l'ont étudiée. Trouve plus

Chronique de Kazan: La Chronique de Kazan (en russe : Казанская летопись) ou Histoire de la Tsarat de Kazan (russe: История Казанского Царства) est un document écrit entre 1560 et 1565 par un chroniqueur moscovite. Le chroniqueur se présente comme un russe qui a été détenu en captivité à Kazan pendant environ 20 ans jusqu'à ce qu'Ivan le Terrible prenne Kazan en 1552. Dans certaines sources, son nom est Ioann Glazaty (Jean les Gros Yeux). En captivité, le chroniqueur se convertit à l'Islam, ce qui lui donne une grande liberté pour étudier les coutumes locales. Le document traite des événements depuis la formation du Khanat de Kazan dans la première moitié du XVe siècle jusqu'à son annexion en 1552. Leur authenticité en particulier avant la date à laquelle le chroniqueur est arrivé à Kazan, est douteuse. La chronique contient de nombreuses erreurs, et semble être une pure fiction, mélangée avec de véritables données historiques. Elle a pour la première fois été publiée à Saint-Pétersbourg en 1790. Trouve plus

Chronique de kilwa: Trouve plus

Chronique de la croisade des albigeois: Trois textes médiévaux retracent la chronique de la croisade des albigeois, au début du XIIIe siècle : la Chanson de la croisade albigeoise ou Canso de la Crosada ; l'Histoire albigeoise de Pierre des Vaux de Cernay ; la Chronique de Guillaume de Puylaurens. Trouve plus

Chronique de la haine ordinaire: Trouve plus

Chronique de la Jeunesse sportive de Kabylie: Trouve plus

Chronique de l'abbaye de Saint-Riquier: La Chronique de l'abbaye de Saint-Riquier (Chronicon centulense) est l'œuvre d'un des auteurs les plus féconds du XIIe siècle, Hariulf, moine de l'abbaye de Saint-Riquier, puis abbé d'Oudenburg, entre Ostende et Bruges. Elle en constitue l'œuvre majeure. Trouve plus

Chronique de Lanercost: La Chronique de Lanercost est une chronique médiévale contant les années 1201 à 1346 dans le nord de l'Angleterre et l'Écosse. Elle couvre en grande partie la période historique des Guerres d'indépendance de l'Écosse, mais donne également des éclairages sur la vie en Écosse et en Angleterre au XIIIe siècle. Trouve plus

Chronique de Melrose: La Chronique de Melrose est une chronique médiévale vraisemblablement compilée par des moines de l'abbaye de Melrose, en Écosse. Couvrant la période allant de 735 à 1270, elle subsiste dans le manuscrit Cotton Faustina B ix, conservé à la British Library. Trouve plus

Chronique de Moissac: La Chronique des abbés de Moissac (ou Chronique de Moissac ou Manuscrit de Moissac) a été écrite par Aymeric de Peyrac, abbé de Moissac de 1377 à 1406, comportant une histoire des Papes, des Rois de France, des abbés de Moissac et des comtes de Toulouse. Trouve plus

Chronique de mon vagabondage: Chronique de mon vagabondage (放浪記, Hōrōki) est un film japonais réalisé par Mikio Naruse, sorti en 1962. Trouve plus

Chronique de Montpellier: La Chronique romane ou Chronique de Montpellier est une ancienne chronique de la ville de Montpellier écrite en occitan initialement puis en moyen français. La Chronique a probablement été écrite pour être utilisée par les officiers de la ville, qui auraient voulu garder un témoignage de l'histoire locale afin de les aider dans l'administration de la cité et pour encourager la fierté civique des montpelliérains. L'enregistrement des administrateurs de la commune, tels que les membres du conseil, était également important, et dans deux manuscrits de la Chronique figure la Charte de 1204 (Magna carta), une compilation du droit coutumier local. Sa rédaction sous forme d'annales est typique des chroniques communales de la même période. Trouve plus

Chronique de Morée: La Chronique de Morée (en grec : Χρονικόν του Μορέως; en aragonais : Libro de los fechos et conquistas del principado de la Morea/Crόnica de Morea; en ital :Cronaca di Morea; titre original en français : Livre de la conqueste de la princée de l'Amorée) est une chronique anonyme du XIVe siècle qui relate la conquête du Péloponnèse byzantin par les Francs à la suite de la quatrième croisade (1204) et l'établissement de la principauté d'Achaïe (1205-1430) par Guillaume de Champlitte. On y suit les exploits de celui-ci et de ses successeurs : Geoffroi Ier de Villehardouin, Geoffroi II de Villehardouin, Guillaume II de Villehardouin et après la mort de celui-ci en 1278, d'isabelle de Villehardouin et de ses deux époux. En dépit des nombreuses erreurs qu'elle comporte, cette chronique constitue une des principales sources pour l'histoire de la principauté au XIIIe siècle et XIVe siècle . Il en existe quatre versions, rédigées en français, grec (la seule en vers), aragonais et italien. Le texte original ayant été perdu, on ignore quelle était la version originale. Le récit couvre des périodes plus ou moins longues selon les différentes versions de la chronique: de 1095 à 1305 pour la version française, de 1095 à 1292 pour la version grecque et de 1200 à 1377 pour la version aragonaise; la version italienne est un résumé des autres versions. L'auteur du prototype commun aujourd'hui disparu dut être un chroniqueur anonyme, franc ou gasmule (né d'une union mixte, le plus souvent d'un père franc et d'une mère grecque). Trouve plus

Chronique de Nabil: La Chronique de Nabil est une chronique historique des premières années du babisme et du bahaïsme, mais ne fait pas partie des écrits saints baha'is. Elle fut rédigée par quelqu'un qui fut contemporain des événements et les a parfois vécus. Elle fut rédigée en persan par Mullā Muḥammad-i Zarandī (1831-1892), surnommé Nabīl-i Aʿẓam ou Nabīl-i Zarandī, qui fut l'un des babis prétendant être "Celui que Dieu rendra manifeste" mais qui se rétracta ensuite pour s'attacher fidèlement à Bahāʾ-Allāh (1817-1892), dont la mort l'affecta tellement qu'on le retrouva noyé. Cette chronique commence avec l'école de Shaykh Aḥmad-i-Ahṣá'í (1753-1826) et s'achève avec sa rédaction à Saint-Jean-d'Acre en l'année 1305 ap.H. (1887-1888), comme l'écrit l'auteur dans la préface : « J'ai l'intention, avec l'aide et l'assistance de Dieu, de consacrer les pages d'introduction du présent récit aux informations que j'ai pu recueillir au sujet de ces deux grandes lumières, Shaykh Aḥmad-i-Ahṣá'í et Siyyid Káẓim-i-Rashtí; après quoi j'espère relater, dans l'ordre chronologique, les principaux événements qui se sont déroulés depuis l'an 1260 après l'hégire, année qui vit la déclaration de la foi par le Bāb, jusqu'à nos jours en l'an 1305 après l'hégire. Parfois, j'entrerai dans les détails et, parfois, je me contenterai d'un bref résumé des faits. Je donnerai une description des épisodes que j'ai moi-même vécus et de ceux qui m'ont été rapportés par des informateurs attitrés et dignes de foi, en spécifiant, dans chaque cas, leurs noms et leurs positions. Je suis principalement redevable envers les personnes suivantes pour les informations qu'elles m'ont apportées : Mírzá Aḥmad-i-Qazvíní, le secrétaire du Báb, Siyyid Ismá'íl-i-Dhabíh; Shaykh Ḥasan-i-Zunúzí; Shaykh Abú-Turáb-i-Qazvíní, sans oublier Mírzá Músá, Áqáy-i-Kalím, frère de Bahá'u'lláh. Je rends grâce à Dieu de m'avoir assisté dans la rédaction de ces pages préliminaires, de les avoir bénies et honorées de l'assentiment de Bahá'u'lláh qui a daigné les examiner et qui a signifié, par l'intermédiaire de son secrétaire Mírzá Áqá Ján, qui les lui avaient lues, sa satisfaction et son approbation. Je prie que le Tout-Puissant me soutienne et me guide, de peur que je ne faillisse à la tâche que je me suis engagé à accomplir (Muḥammad-i-Zarandí, `Akká, Palestine, en l'an 1305 après l'hégire) » Nabil entama la rédaction de sa chronique en 1888 et l'acheva en une année et demi. Une partie du manuscrit fut contrôlée et corrigée par Bahá'u'lláh et `Abdu'l-Bahá (1844-1921), mais cette version corrigée se perdit malheureusement dans les années 1920. Le texte de Nabil non corrigé fut partiellement traduit en anglais par Shoghi Effendi (1897-1957) sous le titre "The Dawn-Breakers" en 1932. Le texte complet original ne fut jamais publié et le manuscrit est conservé au Centre mondial baha'i du Mont Carmel à Haïfa (Israël). Malgré des demandes répétées de chercheurs pour y avoir accès, le Centre mondial baha'i n'a pas donné un libre accès au manuscrit, en prétextant que des travaux de conservation et de classification étaient en cours. D'importants fragments du texte original sont cependant inclus dans l'histoire en 8 volumes du Babisme et du Bahaïsme intitulée Tarikh Zuhur al-Haqq ("histoire de la manifestation de la vérité"), que réalisa à la fin des années 1930 et au début des années 1940 l'universitaire baha'i iranien Asadu'llah Fazil Mazandarani et qui est republiée en persan dans la librairie électronique en ligne H-Bahai. Voici le plan de la traduction faite par Shoghi Effendi, qui s'arrête à la fin de l'année 1852, lors départ de Bahá'u'lláh de Téhéran pour son exil à Bagdad : Préface. Introduction. Chapitre 01: la mission de Shaykh Aḥmad-i-Ahṣá'í. Chapitre 02: la mission de Siyyid Káẓim-i-Rashtí. Chapitre 03: la déclaration de la mission du Báb. Chapitre 04: voyage de Mullá Ḥusay à Ṭihrán Chapitre 05: le voyage de Bahá'u'lláh au Mázindarán. Chapitre 06: voyage de Mullá Ḥusayn en Khurásán. Chapitre 07: le pèlerinage du Báb à La Mecque et à Médine. Chapitre 08: le séjour du Báb à Shíráz après le pèlerinage. Chapitre 09: le séjour du Báb à Shíráz après son pèlerinage (suite) Chapitre 10: le séjour du Báb à Iṣfáhán. Chapitre 11: le séjour du Báb à Káshán. Chapitre 12: le voyage du Báb de Káshán à Tabríz. Chapitre 13: l'incarcération du Báb dans la forteresse de Máh-kú. Chapitre 14: voyage de Mullá Ḥusayn au Mázindarán. Chapitre 15: voyage de Ṭáhirih de Karbilá au Khurásán. Chapitre 16: la conférence de Badasht. Chapitre 17: l'incarcération du Báb dans la forteresse de Čahrīq. Chapitre 18: interrogatoire du Báb à Tabríz Chapitre 19: le soulèvement du Mázindarán. Chapitre 20: le soulèvement du Mázindarán (suite). Chapitre 21: les sept martyrs de Ṭihrán. Chapitre 22: le soulèvement de Nayríz. Chapitre 23: le martyre du Báb. Chapitre 24: le soulèvement de Zanján. Chapitre 25: voyage de Bahá'u'lláh à Karbilá. Chapitre 26: l'attentat à la vie du Sháh et ses conséquences. Épilogue. Trouve plus

Chronique de Nantes: La Chronique de Nantes est un recueil de récits historiques en latin (Chronicon Namnetense) concernant l'histoire de la ville et du comté de Nantes entre 570 et 1050, réalisé au XIe siècle par un ecclésiastique de la ville, et largement utilisé à la fin du XIVe siècle par l'auteur anonyme de la Chronique de Saint-Brieuc, et à la fin du XVe siècle par Pierre Le Baud (puis son petit-neveu Bertrand d'Argentré). Le texte original ayant par la suite disparu, l'archiviste René Merlet s'est efforcé à la fin du XIXe siècle de le reconstituer à partir de ces compilations. Trouve plus

Chronique de Nestor: Trouve plus

Chronique de Nikon: La Chronique de Nikon est la plus importante des chroniques russes du XVIe siècle et tire son nom du patriarche Nikon Trouve plus

Chronique de Nuremberg: Trouve plus

Chronique de Paros: La Chronique de Paros, également appelée le Marbre de Paros est une inscription chronologique grecque composée de trois fragments en marbre trouvés dans l'île de Paros ; datée de 264-263 av. J.-C., elle a pour ambition de fournir une liste de tous les événements marquants du passé jusqu'à cette date. Trouve plus

Chronique de pate: Trouve plus

Chronique de Peder Svart: La chronique de Peder Svart (suédois : Peder Svarts krönika) est une chronique écrite au XVIe siècle par l'évêque de Västerås Peder Svart (mort en 1562). Elle relate la vie du roi Gustave Vasa de sa naissance en 1496 à la naissance de son fils Éric en 1533. La chronique est particulièrement élogieuse envers Gustave Vasa, qui y fait figure de père fondateur de la nation suédoise, soucieux du bien-être de son peuple. Elle n'est pas considérée comme fiable par les historiens, mais n'en est pas moins une source dans laquelle on a largement puisé, en raison de son grand niveau de détail, de ses qualités littéraires, et parce qu'elle est le seul témoignage disponible pour certaines périodes de la vie du roi. Deux théories s'opposent quant aux conditions dans laquelle la chronique a été rédigée. Selon la première, l'œuvre est entièrement attribuable à Peder Svart, qui l'aurait écrite pendant les deux années qui ont séparé sa propre mort en 1562 de celle de Gustave Vasa en 1560. Le récit s'appuierait sur des sources d'origines variées. Selon la seconde, qui est jugée plus crédible entre autres par l'historien Lars-Olof Larsson, le travail de rédaction a commencé alors que Peder Svart était prêtre auprès de la cour du roi, et a été effectué en grande partie sous la dictée de Gustave Vasa lui-même. En témoignent notamment le fait qu'Éric XIV est appelé prince héritier et non roi, et que le style rappelle plus celui de Gustave Vasa que celui des autres écrits de Peder Svart qui ont été conservés. Trouve plus

Chronique de Peterborough: La Chronique de Peterborough (ou Manuscrit Laud) est l'une des versions de la Chronique anglo-saxonne. Elle contient des éléments uniques concernant l'histoire de l'Angleterre après la conquête normande. D'après le philologue J.A.W. Bennett, il s'agit de la seule histoire en prose de langue anglaise entre 1066 et la fin du XIVe siècle. Les Chroniques anglo-saxonnes furent composées et mises à jour dans les différents monastères de l'Angleterre anglo-saxonne. Elles formaient une tentative de relater l'histoire de Bretagne depuis le début de l'ère chrétienne. Elles commençaient typiquement avec la naissance du Christ, reprenaient l'histoire de la Bible et de la Rome antique, puis se poursuivaient jusqu'au présent. Chaque maison religieuse anglaise d'importance conservait son propre exemplaire de la Chronique, et ceux-ci n'étaient jamais comparés entre eux, et n'étaient uniformes en aucune façon. Cependant, lorsque la Chronique d'un monastère était endommagée, ou lorsqu'un nouveau monastère en commençait une, les monastères proches prêtaient leur exemplaire pour qu'il soit recopié. Ainsi, la nouvelle Chronique était identique à celle prêtée, jusqu'au moment du prêt, après quoi les deux devenaient distinctes. C'est ce qui se passa avec la Chronique de Peterborough : un incendie força l'abbaye à reprendre les Chroniques d'autres monastères jusqu'en 1120. Lorsque Guillaume le Conquérant s'empara de l'Angleterre et que l'anglo-normand devint la langue officielle, la mise à jour des Chroniques anglo-saxonnes cessa, en règle générale. Cependant, les moines de l'abbaye de Peterborough continuèrent à ajouter de nouveaux éléments à la leur. Si la Chronique de Peterborough n'est pas une histoire professionnelle, obligeant donc à se référer aux histoires latines (comme la Gesta Regum Anglorum de William de Malmesbury), c'est l'un des rares comptes rendus de première main pour la période 1070–1154 en Angleterre, écrit en anglais et d'un point de vue extérieur à la cour. Elle forme aussi une source précieuse d'informations sur les origines du moyen anglais. Par exemple, la première continuation est écrite en vieil anglais tardif, mais la seconde continuation commence à présenter des formes mixtes, jusqu'à sa conclusion, qui passe à une forme primitive mais distincte de moyen anglais. Les nouveautés linguistiques présentes dans la seconde continuation sont nombreuses, et on y trouve au moins une véritable innovation : le pronom féminin « she » apparaît pour la première fois dans la Chronique de Peterborough, sous la forme scæ (Bennett). Trouve plus

Chronique de Pierre le Cérémonieux: La Chronique de Pierre IV d'Aragon, le Cérémonieux est la quatrième, et la plus tardive, des grandes chroniques en catalan des XIIIe et XIVe siècles. Bien qu'elle se différencie sur beaucoup de points des trois premières, elle leur ressemble dans la manière dont elle reflète fidèlement le monde de son époque. Trouve plus

Chronique de Ramon Muntaner: La chronique de Muntaner est la plus longue des quatre grandes chroniques en catalan. Elle couvre la période qui va de la conception de Jacques Ier le Conquérant (1207) jusqu'au couronnement d'Alphonse IV le Débonnaire (1328). Elle a été écrite par le militaire et écrivain Ramon Muntaner entre 1325 et 1332. Muntaner avait des relations personnelles avec tous les rois de la Maison d'Aragon qui ont été ses contemporains. Pour écrire son œuvre, il a fait appel tout particulièrement aux textes historiographiques traitant des règnes de Jacques Ier et Pierre le Grand. À partir de Alphonse III le Libéral, sa source quasi exclusive a été sa propre expérience. L'œuvre a été écrite pour être lue à voix haute. Chaque fois qu'il s'adresse à ses auditeurs, il a l'habitude de les appeler ses "seigneurs". Muntaner réussit à établir une communication directe avec ses spectateurs. Pour cela, il utilise des techniques typiques des jongleurs comme l'interpellation "que vous dirai-je ?" ainsi le recours à un langage vivant et familier. Il emploie des expressions populaires et des proverbes ainsi que des allusions aux romans de chevalerie. L'objet fondamental de l'œuvre est la glorification des rois de la Couronne d'Aragon. Le sang, un destin commun et la langue ( el bell catalanesc, le beau catalan) sont les éléments qui forment la base de la communauté aragonaise. La conscience du danger de la division et de la valeur de l'union sont mises en valeur dans sa chronique. La chronique de Muntaner est également un précieux témoignage sur les expéditions des almogavres. Trouve plus

Chronique de Saint Brieuc: Trouve plus

Chronique de Saint-Brieuc: La Chronique de Saint-Brieuc (en latin Chronicon Briocense) est une compilation historique en latin, consacrée à l'histoire de la Bretagne, réalisée entre 1394 et 1416 par un clerc anonyme de l'entourage du duc Jean IV, qui n'a pas eu le temps d'achever son travail. Elle est ainsi nommée à cause d'une note figurant en tête de l'un des deux manuscrits de la Bibliothèque nationale qui la contiennent (BnF Latin 6003), suivant laquelle ce livre aurait été trouvé dans la bibliothèque du chapitre de la cathédrale de Saint-Brieuc. Un autre titre donné reflète le contenu : De rebus gestis Britonum Aremoricorum. Il s'agit d'une histoire des Bretons, d'abord insulaires (depuis l'an 1139 av. J.-C. et l'arrivée du Troyen Brutus, éponyme de la Bretagne), ensuite armoricains, jusqu'en 1415. Pour les événements de son temps, l'auteur est très bien renseigné, connaissant, analysant ou copiant bon nombre de documents diplomatiques de haute portée. Pour les époques anciennes, il a compilé différents textes, principalement l'Historia regum Britanniæ de Geoffroy de Monmouth (et les Gesta regum Britanniæ, épopée en 5 000 vers du XIIIe siècle qui en est une paraphrase). Il a exploité aussi des hagiographies, comme la Vita sancti Samsonis de Baudri de Bourgueil, archevêque de Dol, la Vita sancti Corentini, la Vita sancti Goeznouii, des Vies de saint Gildas, de saint Tugdual, les Miracles de saint Magloire. Il a également consulté le cartulaire de Redon et celui de Quimperlé. D'autre part, la Chronique de Saint-Brieuc a servi, avec l' Histoire de Bretagne de Pierre Le Baud, à reconstituer la Chronique de Nantes (Chronicon Namnetense), texte du XIe siècle disparu depuis comme tel, et qu'elle reprend en grande partie. L'auteur était un homme d'Église, mais aussi serviteur de l'État ducal, fervent patriote breton, soutien de la politique de Jean IV, hostile à Olivier de Clisson et à Jean de Châtillon. L'historien Michael Jones a proposé de l'identifier à Hervé Le Grant (vers 1360-1416), secrétaire ducal vers 1385, nommé garde des archives ducales, dont il effectue l'inventaire, en 1395, toujours en activité le 3 janvier 1416, remplacé en août de la même année. Il a bien connu Guillaume de Saint-André, secrétaire et biographe du duc. Le texte a été partiellement édité par Dom Lobineau (Histoire de Bretagne, II, col. 833-891) et par Dom Morice (Mémoires pour servir de preuves..., I, col. 7-102). Trouve plus

Chronique de Saint-Maixent: La Chronique de Saint-Maixent est un recueil de textes rédigés en latin entre 751 et 1140, également connu sous le nom de « chronique de Maillezais ». Elle occupe les 207 premiers folios du manuscrit Latin 4892 de la Bibliothèque nationale de France. Les folios 1-189, où le chroniqueur s'est borné à recopier divers textes, relatent l'histoire du monde depuis les origines jusqu'au règne de Charlemagne. Le texte édité par Jean Verdon commence au folio 189 b. De nombreuses sources (Adhémar de Chabannes, des Miracula divers, des Annales, l'Historia de Hierosolymitano itinere de Pierre Tudebode et le Cartulaire de l'abbaye) sont encore recopiées, mais certaines d'entre elles ont été perdues; la Chronique offre ainsi un grand intérêt. Le texte édité, outre les événements relatifs aux Carolingiens et aux Capétiens, rend compte de la vie religieuse en France de l'Ouest de 1050 à 1200. Cette chronique écrite par un moine anonyme, se termine en 1140. Trouve plus

Chronique de Sampiro: La Chronique de Sampiro est un texte écrit en latin par l'évêque d'Astorga, Sampiro, au début du XIe siècle. Le texte couvre une période qui va de 866 jusqu'à 999, c'est-à-dire, les dernières années du règne d'Alphonse III des Asturies et celles de ses successeurs jusqu'à Alphonse V. C'est un texte qui a une grande importance du fait que la Chronique d'Albelda (ou Chronicon Albeldense) termine son récit en 883. Trouve plus

Chronique de San Juan de la Peña: La Chronique de San Juan de la Peña ou Chronique pinatense (en aragonais Cronica de Sant Chuan d'a Penya. Les autres noms sont Crònica general de Pere III el Cerimoniós, Crónica general deis reis d'Aragó e comtes de Barcelona, Memories historials de Catalunya, et en latin Cronica Regum Aragonum et Comitum Barchinone) est une chronique historiographique médiévale écrite à l'initiative du roi Pierre IV d'Aragon le Cérémonieux, qui concerne l'histoire du royaume d'Aragon depuis ses origines à l'époque des comtes et en suite de la Couronne jusqu'à la mort d'Alphonse IV (1336). Elle a été écrite dans sa première version en latin vers 1342 par le secrétaire royal Tomás de Canellas, développant des annales antérieures du pinatenses des rois aragonais et navarrais. Le texte nous est parvenu sous forme de trois manuscrits. Deux d'entre eux se trouvent à la Bibliothèque de l'Escurial. Le premier (sous la côte L-II.13) est de la fin du XIVe siècle. Il en existe un autre daté d'environ 1470 (côte N-I-13) qui incorpore des ajouts de Martín de Larraya du XVIe siècle. Le dernier, disponible en édition numérique en fac-similé, date du XVIe siècle et se trouve à la Bibliothèque nationale d'Espagne (ms. 2078). Trouve plus

Chronique de Séert: La Chronique de Séert, dite aussi Histoire nestorienne, est un texte historiographique anonyme qui a été conservé en arabe, mais dont la version originale était en syriaque, et qui appartient à la littérature de l'Église d'Orient. Trouve plus

Chronique de Skylitzès de Madrid: La Chronique de Skylitzès dit de Madrid est un manuscrit enluminé contenant la chronique de Jean Skylitzès décorée de 577 miniatures. Il est actuellement conservé à la bibliothèque nationale d'Espagne (Gr. Vitr. 26-2). Trouve plus

Chronique de Spiez: La Chronique de Spiez (Spiezer Chronik ou Privater Schilling) est un manuscrit enluminé écrit par Diebold Schilling le Vieux vers 1484-1485. Il doit son nom au château de Spiez en Suisse où il a été longtemps conservé. Trouve plus

Chronique de Spiez de Diebold Schilling: Trouve plus

Chronique de Stumpf: Trouve plus

Chronique de Westminster: La Chronique de Westminster est un important document historique, relatant le règne de Richard II d'Angleterre de 1381 à 1394. Cette chronique a été rédigée en l'abbaye de Westminster. Trouve plus

Chronique d'Édesse: La Chronique d'Édesse est un court texte historiographique en langue syriaque, conservé dans un seul manuscrit, le Vaticanus Syriacus 163, rapporté à Rome en 1717 par Joseph-Simonius Assemani d'un voyage en Orient. Trouve plus

Chronique d'Égypte: Chronique d'Égypte est une revue spécialisée en égyptologie créée par Jean Capart dont le premier numéro est paru en 1925. Trouve plus

Chronique des années de braise: Chronique des années de braise (en arabe : وقائع سنين الجمر, Waqa'i' sanawat ed-djamr) est un film algérien réalisé par Mohammed Lakhdar-Hamina, sorti en 1975. Il remporte la Palme d'or de la 28e édition du Festival de Cannes. Il est le seul film algérien à obtenir cette récompense. Trouve plus

Chronique des années écoulées: Trouve plus

Chronique des Comtes d'Anjou: Trouve plus

Chronique des événements amoureux: Chronique des événements amoureux (Kronika wypadków milosnych) est un film polonais réalisé par Andrzej Wajda, sorti en 1986. Trouve plus

Chronique des Hongrois: Trouve plus

Chronique des jours désespérés: Chronique des jours désespérés est le titre d'un recueil de nouvelles écrites par Pierre Mac Orlan, publié en 1927 aux éditions Émile-Paul Frères. Le recueil contient les nouvelles suivantes : La Flamande La Peste La Chiourme Les Recrues Le Jardin de Spire Le Dernier Rêve Roi Rose Sur la Route L'Aventure Le Long de la ligne Les Maîtres La Huguenote La Très Belle Femme de Siboro Le Grand SudSept de ces nouvelles ont été publiées en 1921 à la suite du roman À bord de l'Étoile Matutine sous le titre : La Chronique des temps désespérés. Les nouvelles de ce recueil sont rééditées en 1956 sous le titre de Les Jours désespérés aux éditions Gallimard, suivies des recueils intitulés Les soldats et Les Voisins. Portail de la littérature française Trouve plus

Chronique des morts-vivants: Chronique des morts-vivants (Diary of the Dead) est un film d'horreur américain sorti en 2007. Cinquième volet de la saga des zombies, série de films sur le thème des morts-vivants réalisée par George A. Romero, il poursuit la critique acerbe d'un pan de la société américaine initiée par le réalisateur. Trouve plus

Chronique des Pasquier: La Chronique des Pasquier est un cycle romanesque écrit par Georges Duhamel entre 1933 et 1945 et composé de dix romans distincts, publiés au Mercure de France, décrivant l'épopée familiale des Pasquier au tournant du XXe siècle. Œuvre centrale dans la carrière de son auteur et succès littéraire auprès du public, cette saga a contribué à l'élection de Georges Duhamel à l'Académie française en 1935. Trouve plus

Chronique des pauvres amants: Chronique des pauvres amants est un roman de l'écrivain italien Vasco Pratolini, paru en 1946. Il raconte la vie quotidienne des habitants d'une ruelle populaire de Florence, la Via del Corno, au cours des années 1925-1926, période de la consolidation du régime fasciste en Italie. Le roman fut adapté au cinéma en 1954 par le réalisateur italien Carlo Lizzani dans un film portant le même titre, et, en français, La Chronique des pauvres amants. Trouve plus

Chronique des Radziwiłł: La Chronique des Radziwiłł est une œuvre littéraire russe du début du XIIIe siècle. Son contenu nous est parvenu grâce à deux manuscrits du XVe siècle. Trouve plus

Chronique des rivages de l'Ouest: Chroniques des rivages de l'Ouest (titre original : Annals of the Western Shore) est une trilogie de romans jeunesse écrits par Ursula K. Le Guin. Le premier tome, Dons est publié en 2004 et traduit en français en 2010. Le deuxième tome Voix est publié en 2006 et traduit en français en 2010. Le troisième tome, Pouvoirs est publié en 2007 et traduit en français en 2011. Il a obtenu le prix Nebula du meilleur roman en 2008. Trouve plus

Chronique des rois d'Alba: La Chronique des Rois d'Alba, ou Chronique Écossaise, (anglais Chronicle of the Kings of Alba ) est une brève chronique relatant les règnes des rois d'Alba, qui couvre la période allant de l'époque de Kenneth MacAlpin (Cináed mac Ailpín) († 858) jusqu'au règne de Kenneth II (Cináed mac Maíl Coluim) qui règne de 971 à 995. William Forbes Skene la dénommait Chronique des Rois des Scots, et d'autres l'appellent la Vieille Chronique Écossaise, mais l'expression Chronique des Rois d'Alba été finalement été retenue par les spécialistes contemporains. Trouve plus

Chronique des sentiments, tome I: Chronique des sentiments, Livre I, Histoires de base est un recueil de chroniques, d'Alexander Kluge, en langue allemande, publié en 2000 par les éditions Suhrkamp Verlag, et en français en 2016 par Éditions P.O.L, dans une version refondue. Trouve plus

Chronique des Temps de Jadis: Trouve plus

Chronique des temps obscurs: Trouve plus

Chronique des temps passés: La Chronique des temps passés, aussi appelée Chronique de Nestor (en vieux russe : Повѣсть времяньныхъ лѣтъ, [translittération : Povest' vremyan'nykh let]) est la plus ancienne chronique slave orientale qui nous soit parvenue. Ouvrage composite, compilé vers 1111 par un moine, Nestor, et poursuivie par ses continuateurs de la laure des Grottes de Kiev, elle retrace l'histoire de la Rus' kiévienne de 858 (conversion des Bulgares après leur défaite aux mains du basileus Michel III) à 1113 (mort de Sviatopolk II et entrée de Vladimir à Kiev). La chronique se compose de deux parties : une première partie, qui sert d'introduction, retrace à partir des origines bibliques l'histoire de la Rus' et des Slaves orientaux avant de se concentrer sur la fondation de Kiev et l'émergence de la Rus'. Les chapitres qui suivent relatent, sous forme chronologique, les règnes des douze premiers souverains rus' jusqu'en 1113. Trouve plus

Chronique d'Ipatiev: La Chronique d'Ipatiev, connue aussi sous le nom de Chronique hypatienne ou Codex d'Ipatiev (biélorusse : Іпацьеўскі летапіс; russe : Ипатьевская летопись; ukrainien : Іпатіївський літопис, Іпатський літопис, Літопис руський за Іпатським списком) est un recueil de trois chroniques : la Chronique des temps passés, la Chronique de Kiev, et la Chronique volhyno-galicienne C'est l'une des sources les plus importantes sur l'histoire du sud de la Rus' et des peuples des territoires formant aujourd'hui la Moldavie et l'Ukraine. La chronique d'Ipatiev a été redécouverte à Kiev en 1617 : une copie en a été faite en 1621 par les moines de la Laure des Grottes de Kiev, puis l'original fut à nouveau perdu, jusqu'à ce que l'historien russe Nikolaï Karamzine le retrouve pour la seconde fois au XVIIIe siècle, à la bibliothèque du monastère Ipatiev de Kostroma. Le codex est le deuxième plus ancien des manuscrits de la Chronique des temps passés, après le Codex laurentien. Il remonte à 1425, mais reprend une bonne partie des informations précieuses des chroniques galiciennes, perdues, des XIIe et XIIIe siècles. Il a peut-être été compilé à la fin du XIIIe siècle. Depuis 1810, la chronique est conservée à la Bibliothèque nationale russe à Saint-Pétersbourg. Elle est écrite en vieux-slave avec beaucoup de slavismes de l'Est. Trouve plus

Chronique d'Outre Monde: Trouve plus

Chronique du bout du monde: Trouve plus

Chronique du Fils du Ciel Mu: Trouve plus

Chronique du Khouzistan: La Chronique du Khouzistan, dite aussi Chronique anonyme de Guidi du nom de son découvreur et éditeur, l'orientaliste italien Ignazio Guidi, est un texte historiographique syriaque, appartenant à la littérature de l'Église d'Orient, et datant des années 660 ou 670. C'est une source historique importante pour le dernier demi-siècle du règne des Sassanides. Trouve plus

Chronique du Palais de cristal: La Chronique du Palais de cristal des rois de Birmanie (en birman မ္ဟနန္‌းရာဇဝင္‌, transcrit hman nam ra ja. wang, API : /m̥ànnán jàzəwìn/) est un ouvrage historique commandé par le roi Bagyidaw (1819-1837) en 1829. C'est une compilation de tous les travaux précédemment consacrés aux rois de Birmanie. Elle a été traduite en anglais en 1923 par Pe Maung Tin (en) et Gordon Luce (en). La Chronique du Palais de cristal comporte à la fois des parties historiquement exactes et précises et des passages légendaires ou mythologiques. Elle relate par exemple que Bouddha aurait prédit à Ánanda la naissance du Royaume de Pagan. Trouve plus

Chronique du Pseudo-Denys de Tell-Mahré: La Chronique du Pseudo-Denys de Tell-Mahré, dite aussi (de façon plus appropriée) Chronique de Zuqnîn, est une chronique universelle en langue syriaque racontant l'histoire du monde depuis la Création jusqu'en l'an 775. Elle est conservée au Vatican. Trouve plus

Chronique du Pseudo-Turpin: La Chronique de Turpin ou du Pseudo-Turpin, ou Chronique de Charlemagne et de Roland (en latin Historia Karoli Magni et Rotholandi), est un écrit français du XIe ou XIIe siècle dont l'auteur est inconnu, se présentant comme un récit des exploits de Charlemagne rédigé par l'évêque Turpin, contemporain de ce dernier. Trouve plus

Chronique du règne de Charles IX: Chronique du règne de Charles IX est un roman historique de Prosper Mérimée, publié en 1829. Trouve plus

Chronique du règne de Nicolas Ier: Trouve plus

Chronique du religieux de Saint-Denys, contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422: La Chronique du religieux de Saint-Denys, contenant le règne de Charles VI de 1380 à 1422 (en latin Historia Karoli Sexti Francorum regis) est un texte historiographique anonyme en latin, divisé en quarante-trois livres, qui raconte le règne du roi de France Charles VI (un livre par année). Trouve plus

Chronique du roi Yonsan: Chronique du roi Yonsan (연산일기, Yeonsan ilgi) est un film sud-coréen réalisé par Im Kwon-taek, sorti en 1987. C'est un film qui a pour sujet Yeonsangun, dixième roi de la Corée durant la période Joseon. Trouve plus

Chronique du soleil à la fin de l'ère Edo: Chronique du soleil à la fin de l'ère Edo (幕末太陽伝, Bakumatsu taiyōden) est un film japonais réalisé par Yūzō Kawashima et sorti en 1957. Trouve plus

Chronique du Templier de Tyr: La Chronique du Templier de Tyr est l'œuvre en ancien français d'un historien médiéval, résidant à Chypre, qui fut secrétaire du grand maître de l'Ordre du Temple Guillaume de Beaujeu (1273-1291). Les événements relatés s'étendent de 1243 à 1314 et portent essentiellement sur l'histoire des Templiers. Trouve plus

Chronique du tueur de roi: Chronique du tueur de roi (titre original : The Kingkiller Chronicle) est un cycle de fantasy américain écrit par Patrick Rothfuss. L'histoire se déroule dans un monde nommé « Les Quatre Coins de la civilisation » où Kvothe, héros d'une légende qu'il a forgé de son vivant, raconte son histoire en trois jours. Chaque jour correspond à un volume. Trouve plus

Chronique d'un amour: Chronique d'un amour (Cronaca di un amore) est un film italien de 1950, réalisé par Michelangelo Antonioni et son 1er long métrage. Trouve plus

Chronique d'un couple: Chronique d'un couple est un film français réalisé par Roger Coggio en 1971. Trouve plus

Chronique d'un été: Chronique d'un été est un film français réalisé par Jean Rouch et Edgar Morin, sorti en 1961. Manifeste du cinéma-vérité qui veut surmonter l'opposition entre le cinéma romanesque et le cinéma documentaire, le film se propose de présenter une enquête cinématographique sur la vie et les opinions d'un grand nombre d'individus représentatifs de tous les niveaux de l'échelle sociale abordés, dans les rues de Paris. Trouve plus

Chronique d'un être vivant: Trouve plus

Chronique d'un homicide: Chronique d'un homicide (titre original : Imputazione di omicidio per uno studente) est un film italien réalisé par Mauro Bolognini et sorti en 1972. Le film est encore inédit en France, bien qu'il ait été édité en DVD avec la participation du CNC. Trouve plus

Chronique d'un scandale: Chronique d'un scandale (Notes on a Scandal) est un film britannique réalisé par Richard Eyre, sorti en 2006. Il est adapté du roman éponyme de Zoë Heller. Trouve plus

Chronique d'une disparition: Chronique d'une disparition (arabe : سجل اختفاء) est un film palestinien réalisé par Elia Suleiman, sorti en 1996. Trouve plus

Chronique d'une mort annoncée: Chronique d'une mort annoncée (titre original : Crónica de una muerte anunciada) est un roman court de langue espagnole, écrit par le romancier, nouvelliste et journaliste colombien Gabriel García Márquez, prix Nobel de littérature en 1982. Il est publié pour la première fois en 1981 à Bogota en Colombie, avant d'être édité en France par les éditions Grasset. Il est adapté au cinéma par Francesco Rosi en 1987. Trouve plus

Chronique d'une mort annoncée (film): Chronique d'une mort annoncée (Cronaca di una morte annunciata) est un film franco-italo-colombien réalisé par Francesco Rosi, sorti en 1987. C'est une adaptation du roman Chronique d'une mort annoncée de Gabriel García Márquez. Trouve plus

Chronique d'une mort retardée: Chronique d'une mort retardée est une pièce de théâtre écrite par Pierre Clémenti en 1992 et représentée pour la première fois le 11 novembre 1992 à Nice, au théâtre Le Rouge Et le Noir. Pièçe jouée la même année à Paris au Théâtre du Tourtour et reprise au festival d'Avignon en 1998 au Théâtre des Deux Roues, Mise en scène de l'auteur. C'est un monologue joué par Pierre Clémenti, calé sur une bande-son contenant de la musique (créée par Christine Leclère et Philippe Madilian puis jouée par leur groupe Tungsten) et deux voix off (la sienne et celle de Christine Leclère qui joue le personnage de la Mort). Cette bande-son a été enregistrée aux Studio Marylin à Cagnes-sur-Mer. Trouve plus

Chronique d'une passion: Chronique d'une passion (titre original néerlandais : Rolande met de bles) est un film dramatique belge réalisé en 1972 par Roland Verhavert d'après le roman De 40 brieven van Rolande d'Herman Teirlinck publié en 1944. Trouve plus

Chronique d'une sorcière de vent: Chronique d'une sorcière de vent est le quinzième roman de la femme de lettres canadienne Antonine Maillet. Publié en 1999 et situé dans l'Acadie des années 1908 à 1924, il raconte l'histoire d'amour entre Carlagne, la plus belle fille du comté de Kent, et Théophile, dit Yophie, véritable incarnation du diable. Trouve plus

Chronique d'Ura-Linda: La Chronique d'Ura-Linda (en néerlandais Thet Oera Linda Boek) est un manuscrit écrit en vieux frison. C'est un faux, réalisé au XIXe siècle, à caractère mythologique et religieux, qui se présente comme une chronique de la Frise, depuis le Déluge jusqu'au Moyen Âge, de 2194 av. J.-C. à 803. Le manuscrit apparaît en Frise dans les années 1860 ; il est traduit en néerlandais en 1872. Les doutes sur son authenticité surgissent immédiatement, et en 1879, il est prouvé qu'il s'agit d'un faux. Cependant, en raison de l'intérêt que va lui porter l'ésotérisme nazi au XXe siècle, il est encore cité dans les mouvements ésotériques, en particulier comme une preuve de l'existence de l'Atlantide. Trouve plus

: undefined Trouve plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DW-TV, DWV, DWV Amsterdam, DX, DX (radio),

DW-TV: Trouve plus DWV: DWV peut faire référence à: Deformed wing virus (en français, virus des ailes déformées), un virus qui tou...