Rechercher dans ce blog

mardi 16 février 2021

Chimichangas, Chimichurri, Chimicorécepteur, Chimid Balzanov, Chimie,

Chimichangas: Trouve plus

Chimichurri: Le chimichurri est un condiment sud-américain à base de piment, originaire d'Argentine,, et aussi plus au nord jusqu'au Nicaragua et au Mexique,,. C'est une variante de la sauce verte, bien qu'il en existe une version rouge, également utilisée comme marinade pour la viande grillée. Trouve plus

Chimicorécepteur: Trouve plus

Chimid Balzanov: Trouve plus

Chimie: La chimie est une science de la nature qui étudie la matière et ses transformations, et plus précisément : les éléments chimiques à l'état libre, atomes ou ions atomiques. Elle étudie également leurs associations par liaisons chimiques qui engendrent notamment des composés moléculaires stables ou des intermédiaires plus ou moins instables. Ces entités de matière peuvent être caractérisées par une identité reliée à des caractéristiques quantiques et des propriétés précises ; les processus qui changent ou modifient l'identité de ces particules ou molécules de matière, dénommés réaction chimique, transformation, interaction, etc. ; les mécanismes réactionnels intervenant dans les processus chimiques ou les équilibres physiques entre deux formes, qui permettent d'interpréter des observations et d'envisager de nouvelles réactions ; les phénomènes fondamentaux observables en rapport avec les forces de la nature qui jouent un rôle chimique, favorisant les réactions ou synthèses, addition, combinaison ou décomposition, séparation de phases ou extraction. L'analyse permet de découvrir les compositions, le marquage sélectif ouvre la voie à un schéma réactionnel cohérent dans des mélanges complexes.La taille des entités chimiques varie de simples atomes ou molécules nanométriques aux édifices moléculaires de plusieurs dizaines de milliers d'atomes dans les macromolécules, l'ADN ou protéine de la matière vivante (infra)micrométrique, jusqu'à des dimensions parfois macroscopiques des cristaux. En incluant l'électron libre (qui intervient dans les réactions radicalaires), les dimensions de principaux domaines d'application se situent dans son ensemble entre le femtomètre (10−15 m) et le micromètre (10−6 m). L'étude du monde à l'échelle moléculaire soumise paradoxalement à des lois singulières, comme le prouvent les récents développements nanotechnologiques, permet de mieux comprendre les détails de notre monde macroscopique. La chimie est qualifiée de « science centrale » en raison des relations étroites qu'elle possède avec la biologie et la physique. Et elle a évidemment des relations avec les champs d'applications variés, tels que la médecine, la pharmacie, l'informatique et la science des matériaux, sans oublier des domaines appliqués tels que le génie des procédés et toutes les activités de formulation. La physique, et surtout son instrumentation, est devenue hégémonique après 1950 dans le champ de la science de la nature. Les avancées en physique ont surtout refondé en partie la chimie physique et la chimie inorganique. La chimie organique, par l'intermédiaire de la biochimie, a partagé des recherches valorisant la biologie. Mais la chimie n'en garde pas moins une place incontournable et légitime dans le champ des sciences de la nature : elle conduit à de nouveaux produits, de nouveaux composés, découvre ou invente des structures moléculaires simples ou complexes qui bénéficient de façon extraordinaire à la recherche physique ou biologique. Enfin l'héritage cohérent que les chimistes défenseurs marginaux des structures atomiques ont légué aux acteurs de la révolution des conceptions physiciennes au début du XXe siècle ne doit pas être sous-estimé. Trouve plus

Chimie à haute pression: Le terme « chimie à haute pression » désigne l'ensemble des réactions chimiques qui se déroulent à une pression supérieure à la pression normale (101,3 kPa). Le procédé Haber-Bosch en est un exemple typique, la réaction : N2(g) + 3 H2(g) ⇌ 2 NH3(g) + ΔHpeut se dérouler à TPN, mais le taux de rendement de l'ammoniac peut être augmenté de façon notable en élevant la pression du système. En milieu industriel, cette pression peut atteindre jusqu'à 1 000 MPa. Cette technologie est aussi à l'œuvre dans le procédé Fischer-Tropsch, la liquéfaction du charbon et la chimie de Reppe. Trouve plus

Chimie à hautes pressions: Trouve plus

Chimie alimentaire: La chimie alimentaire est la branche de la chimie qui étudie la composition des aliments et leur évolution au cours de la fabrication, du stockage, de la préparation et de la digestion. Elle s'intéresse aux réactions chimiques impliquant les substances présentes dans les aliments. Les réactions améliorant la conservation et certaines propriétés (organoleptiques, nutritives, etc.) du produit sont recherchées. La chimie alimentaire est similaire à la biochimie, les principales substances alimentaires étant les glucides, les protides et les lipides. L'analyse chimique est couramment utilisée en contrôle qualité, pour le contrôle et la surveillance de la contamination (chimique et biologique), et la détection de falsifications. L'objectif est de protéger et satisfaire le consommateur. Trouve plus

Chimie analytique: La chimie analytique est la partie de la chimie qui concerne l'analyse des produits, c'est-à-dire l'identification et la caractérisation de substances chimiques connues ou non. La substance chimique dont on cherche à déterminer les propriétés est appelée « analyte ». Ses applications vont du suivi de production (vérifier qu'une chaîne fabrique un produit conforme aux spécifications) à l'enquête policière (déterminer la nature d'une trace, la provenance d'une terre, d'une peinture, etc.). Trouve plus

Chimie artificielle: La chimie artificielle est un système chimique simulé par ordinateur, créé par l'homme et similaire au système chimique réél. Cette notion est apparue dans les recherches sur la vie artificielle, et plus précisément sur l'émergence de la vie. Certains scientifiques pensent que si la vie est apparue à partir des réactions chimiques, alors on doit pouvoir faire apparaître de la vie artificielle en simulant un système chimique. Elle repose sur la thèse d'Alonzo Church et Alan Turing selon laquelle tout système physique peut être décrit par une machine de Turing universelle. Si on considère la vie comme un système physique, alors elle peut émerger d'une machine universelle au sens de Turing. Steen Rasmussen est parti de ce principe pour décrire sa « matière programmable ». En considérant que les nouvelles propriétés chimiques apparaissent dans la chimie réelle grâce au cycle molécules > propriétés physiques > propriétés fonctionnelles > interactions > nouvelles molécules,il propose de le simplifier dans la chimie artificielle par le cycle propriétés fonctionnelles > interactions > nouvelles propriétés fonctionnelles. Trouve plus

Chimie atmosphérique: La chimie atmosphérique est une branche des sciences de l'atmosphère étudiant la chimie de l'atmosphère terrestre et des autres planètes. Il s'agit d'un champ de recherche pluridisciplinaire impliquant entre autres la chimie environnementale, la physique, la météorologie, la modélisation informatique, l'océanographie, la géologie et la volcanologie. Son champ de recherche est à l'heure actuelle de plus en plus rapproché à celui de la climatologie. La composition et la chimie de l'atmosphère sont importantes pour de nombreuses raisons, la principale étant les interactions entre l'atmosphère et les organismes vivants. La composition de l'atmosphère de la Terre change du fait de processus naturels comme les émissions volcaniques, la foudre, ou encore le bombardement de particules venant de la couronne solaire. Elle change également du fait de l'activité humaine, et certains de ces changements sont nocifs pour la santé humaine, les cultures et les écosystèmes. Parmi les problèmes abordés par la chimie atmosphérique, on compte les pluies acides, la destruction de la couche d'ozone, le smog photochimique, les gaz à effet de serre et le réchauffement climatique. Trouve plus

Chimie aux micro-ondes: La chimie aux micro-ondes concerne l'application de micro-ondes aux réactions chimiques. Trouve plus

Chimie bioinorganique: La chimie bioinorganique (ou biochimie inorganique ou biochimie minérale) est une spécialité scientifique à l'interface chimie-biologie, se situant plus précisément entre la biochimie et la chimie minérale (chimie des éléments métalliques). Elle s'intéresse aux espèces chimiques contenant des atomes métalliques dans les systèmes biologiques. La chimie bioinorganique s'intéresse également à la synthèse de complexes artificiels pour comprendre le fonctionnement des systèmes biologiques, voire pour en reproduire l'activité (on parle dans ce cas de chimie biomimétique). Trouve plus

Chimie biomimétique: La chimie biomimétique (biomimetic chemistry, en anglais) est une branche de la chimie organique ou inorganique « qui imite les processus réactionnels se déroulant dans les milieux biologiques »,. Cette chimie peut notamment conduire à la production de matériaux dits bioinspirés. On la classe dans la chimie bioorganique. Trouve plus

Chimie bioorthogonale: Trouve plus

Chimie C1: Trouve plus

Chimie click: Dans le domaine de la synthèse chimique, la Chimie clic, ou chimie click (Click chemistry pour les anglophones ou plus communément tagging), est une classe de réactions chimiques « biocompatibles » utilisées pour joindre à un substrat choisi une biomolécule spécifique (le click peut évoquer le bruit imaginaire d'un clipsage d'une molécule sur l'autre). La notion de Chimie clic ne décrit pas simplement l'utilisation de réactions spécifiques (réaction de couplage ou plus complexes telles que des réactions de cycloaddition par clic), mais aussi une façon de générer des « produits » en s'inspirant des exemples de nature, (elle s'inscrit pour partie dans le biomimétisme) pour par exemple générer des biopolymères (ou d'autres molécules d'intérêt biochimique) en regroupant de petites unités modulaires (en quelque sorte clipsables entre elles). Trouve plus

Chimie clinique: Trouve plus

Chimie combinatoire: La chimie combinatoire combine (au hasard ou parfois, à ses débuts, puis de manière automatique et codifiée ensuite) des molécules ou structures apparentées pour former des matières à propriétés nouvelles via des synthèses divergentes, par exemple. Elle est née de la génomique et de la protéomique qui cherchent à étudier le fonctionnement du Vivant aux échelles les plus petites, notamment pour trouver de nouvelles cibles thérapeutiques, constituant pour cela des ciblothèques. Cette forme nouvelle de chimie produit des banques de molécules potentiellement actives qu'elle propose à d'autres sciences qui peuvent les tester en espérant y trouver des propriétés intéressantes pour l'industrie, la pharmacie, etc. Trouve plus

Chimie combinatoire dynamique: Par définition moderne, la Chimie combinatoire dynamique (CDC) également connue sous le nom de chimie dynamique constitutionnelle (CDC) est une méthode pour faciliter la génération de molécules de nouvelle génération formées par liaisons réversibles de blocs de construction simples sous contrôle thermodynamique,. Ce principe est connu pour sélectionner le produit le plus thermodynamiquement stable à partir d'un mélange à l'équilibre constitué d'un certain nombre de composants, un concept couramment utilisé en chimie de synthèse pour contrôler la sélectivité de la réaction. Trouve plus

Chimie combinatoire dynamique (DCC): Trouve plus

Chimie computationelle: Trouve plus

Chimie computationnelle: Trouve plus

Chimie de coordination: Trouve plus

Chimie de Laboratoire et des Procédés Industriels (CLPI): Trouve plus

Chimie de l'atmosphère: Trouve plus

Chimie de Reppe: Le terme « chimie de Reppe » désigne un ensemble de réactions chimiques effectuées sous haute pression. Elles ont mené à la synthèse industrielle de différents produits dérivés de l'acétylène. Cette chimie a été remplacée par la chimie organométallique pour des raisons de coûts. À partir de quatre réactions, il est possible de mettre au point des procédés de synthèse pour la fabrication de laques, de colles, de mousses synthétiques, de fibres textiles et de médicaments. Trouve plus

Chimie de spécialité: Trouve plus

Chimie de synthèse: La chimie de synthèse est la branche de la chimie qui regroupe les opérations consistant non seulement à analyser ou isoler des composés chimiques, mais également à en faire la synthèse. Portail de la chimie Trouve plus

Chimie des aliments: Trouve plus

Chimie des composés en C1: La chimie des composés en C1 ou chimie C1 est la chimie des molécules à un seul atome de carbone. Bien que de nombreux composés et ions ne contiennent qu'un seul carbone, la recherche se concentre sur les matières premières stables et abondantes en C1. Quatre composés sont d'une importance industrielle majeure : le méthane, le monoxyde de carbone, le dioxyde de carbone et le méthanol. Les technologies qui interconvertissent ces espèces sont d'un intérêt majeur. Trouve plus

Chimie des fullerènes: La chimie des fullerènes est un domaine de la chimie organique consacré à l'étude des propriétés chimiques des fullerènes,,. La recherche dans ce domaine est motivée par la nécessité de fonctionnaliser les fullerènes et de modifier leurs propriétés. Par exemple, le fullerène est connu pour être insoluble mais l'ajout d'un groupe adapté peut améliorer sa solubilité. Par l'ajout d'un groupe polymérisable, un polymère du fullerène peut être obtenu. Les fullerènes fonctionnalisés sont divisés en deux catégories : les exofullerènes, avec des substituants à l'extérieur de la cage, et les endofullerènes, avec des molécules piégées dans la cage. Trouve plus

Chimie des gaz nobles: Les gaz nobles, souvent appelés gaz rares, rarement gaz inertes (cf. l'article Gaz noble au sujet de ces différentes dénominations), forment une famille d'éléments a priori très peu réactifs car, ayant une couche de valence complète, ils n'ont aucun électron de valence pour former une liaison chimique. Il en découle que ces éléments ont une énergie d'ionisation élevée et une affinité électronique pratiquement nulle, et on a longtemps cru qu'ils ne pouvaient participer à aucune réaction chimique pour former des composés. Trouve plus

Chimie des gaz rares: Trouve plus

Chimie des hautes pressions: Trouve plus

Chimie des nanotubes de carbone: La chimie des nanotubes de carbone implique des réactions chimiques qui sont utilisées pour modifier les propriétés de nanotubes de carbone. Ces derniers peuvent être fonctionnalisés pour obtenir des propriétés particulières, leur donnant un large éventail d'applications. Les deux méthodes principales de fonctionnalisation des nanotubes sont les modifications covalentes et non-covalentes. À cause de leur nature hydrophobique, les nanotubes tendent à s'agglomérer, gênant leur dispersion dans des solvants. Les aggrégats de nanotubes réduisent les performances méchaniques du composite final. La surface des nanotubes peut ainsi être modifiée pour réduire leur hydrophobicité et augmenter l'adhésion par liaison chimique aux interfaces avec un polymère. Trouve plus

Chimie des polymères: Trouve plus

Chimie des solutions: La chimie des solutions est la branche de la chimie qui s'intéresse à toutes les réactions en solution. La solution peut être par exemple aqueuse ou organique. Trouve plus

Chimie des systèmes: La chimie des systèmes est la science de l'étude des réseaux de molécules en interaction, visant à créer de nouvelles fonctions à partir d'une bibliothèque de molécules avec différents niveaux hiérarchiques et propriétés émergentes. ,La chimie des systèmes est également liée à l'origine de la vie ( abiogenèse ) Trouve plus

Chimie douce: L'ambition de la chimie douce est de synthétiser des matériaux en s'inspirant des capacités des êtres vivants - plus ou moins élémentaires -, tels que les diatomées capables de produire du verre à partir de silicates dissous. Elle renouvelle la chimie du solide en substituant aux synthèses à haute température, qui conduisent au produit thermodynamique le plus stable, des synthèses à température ambiante (au plus quelques centaines de degrés Celsius) permettant d'obtenir divers produits cinétiques de la réaction. Cette spécialité émerge au cours des années 1980 par regroupement de diverses pratiques plus anciennes sous un label commun. Elle cristallise bientôt sous l'appellation « chimie douce », en reprenant une expression du chimiste français Jacques Livage, qui paraît dans un article du journal Le Monde du 26 octobre 1977. Succès de la francophonie, l'expression « chimie douce » est employée telle quelle au début du XXIe siècle dans les publications scientifiques, anglophones et autres. Son mode de synthèse s'apparente généralement aux réactions en jeu dans les polymérisations organiques et se base sur la constitution de solutions réactives sans apport énergétique essentiel (polycondensation). L'intérêt fondamental de ce type de polymérisation minérale obtenue à température ambiante est de préserver les molécules organiques ou micro-organismes que l'on souhaite y intégrer. Les produits obtenus par les voies de la chimie douce, dits procédés sol-gel, peuvent se ranger sous plusieurs types : des structures minérales de qualités diverses (finesse, uniformité, etc.) ; des structures mixtes combinant le minéral et les molécules organiques ; des structures minérales encapsulant des molécules complexes et même des micro-organismes en conservant ou optimisant leurs caractéristiques bénéfiques.Les premiers résultats ont consisté en la création de verres et de céramiques aux propriétés nouvelles. Ces différentes structures plus ou moins composites sont mobilisables dans une vaste plage d'applications, depuis la santé jusqu'aux besoins de la conquête de l'espace. Au-delà de son mode de synthèse, un composé au label « chimie douce » réunit les avantages du monde minéral (résistance, transparence, répétition de motifs, etc.) et le potentiel maintenant exploré de la biochimie et de la chimie organique (interface avec le monde organique, réactivité, capacité de synthèse, etc.). Selon les praticiens de la chimie douce, cette spécialité n'en serait qu'à ses premiers succès et pourrait ouvrir de vastes perspectives pour l'avenir. Trouve plus

Chimie du carbone: Trouve plus

Chimie du chlore: Trouve plus

Chimie du solide: La chimie du solide, aussi connue sous le nom de chimie des matériaux, désigne l'étude de la synthèse, de la structure et des propriétés de la phase solide des matériaux, particulièrement les solides non moléculaires. En conséquence, cette branche de la chimie recoupe en partie la physique du solide, la minéralogie, la cristallographie, les céramiques, la métallurgie, la thermodynamique, la science des materiaux et l'électronique. Trouve plus

Chimie du végétal: Trouve plus

Chimie durable: Trouve plus

Chimie écologique: Trouve plus

Chimie environnementale: La chimie environnementale peut être définie[Par qui ?] comme l'étude des sources, réactions, du transport, des impacts et du devenir des produits chimiques dans les écosystèmes. Elle étudie aussi les décontaminations après une pollution chimique. Cette science interdisciplinaire ne doit pas être confondue avec la chimie verte qui cherche en premier lieu à éviter ou réduire la pollution à sa source. La chimie environnementale traite des réactions, de la destinée, des mouvements et des sources des produits chimiques dans l'air, l'eau et le sol. Sans les êtres humains, la discussion serait limitée aux produits chimiques et aux processus se produisant naturellement. De nos jours, avec la population bourgeonnante sur terre, associée aux techniques en progrès constant, les activités humaines ont une influence croissante sur la chimie environnementale. Les premiers hommes, et même ceux vivant il y a un plus d'un siècle, doivent avoir considéré que la terre était si vaste que l'activité humaine ne pourrait qu'à peine avoir autre chose que des effets locaux sur le sol, l'eau et l'air. Aujourd'hui, nous prenons conscience que nos activités peuvent non seulement avoir des conséquences locales et régionales, mais aussi globales. Trouve plus

Chimie fine: La chimie fine, ou chimie de spécialité, est une division de l'industrie chimique qui synthétise des produits répondant à des besoins très spécifiques (exemples : pesticides, pigments, arômes et cosmétiques) et de faible volume de production. La chimie fine produit des molécules complexes comportant facilement une structure carbonée comptant des dizaines d'atomes, à partir d'autres molécules de synthèse. La synthèse implique souvent plusieurs étapes et une purification finale poussée. Le faible tonnage est compensé par une haute valeur ajoutée du produit final. Trouve plus

Chimie fondamentale: Trouve plus

Chimie générale: La chimie générale est la spécialité de la chimie qui étudie, au-delà des innombrables composés chimiques, les principaux processus dans lesquels ils entrent en jeu. Elle touche ainsi à la plupart des autres spécialités de la chimie et celles-ci ont toutes a priori quelque domaine proche de la chimie générale ; elle étudie par exemple la réactivité des composés radioactifs avec celle des non-radioactifs et la radiochimie tire profit dans son domaine propre de ses résultats universels. Les propriétés chimiques des composés chimiques ; La réaction chimique et sa cinétique ; Les propriétés des solutions aqueuses ou autres actions de solvants ; Les liaisons chimiques et les changements de phase. Trouve plus

Chimie industrielle: La chimie industrielle est l'activité économique qui produit des molécules et autres composés chimiques en grande quantité, dite industrielle, en exploitant les technologies du génie chimique. Les produits chimiques utilisés de manière massive proviennent soit de la commercialisation de matières premières brutes ou sommairement conditionnées, soit de traitements et autres procédés industriels exploitant ces matières premières. On aura par exemple des engrais pratiquement livrés sans traitement après extraction, ou au contraire plus ou moins substantiellement améliorés par la chimie industrielle pour en augmenter l'efficacité ou la valeur marchande. Au contraire, l'exploitation du pétrole suppose toujours le déploiement d'une technologie chimique spécifique au sein d'usines de raffinage. Trouve plus

Chimie informatique: Trouve plus

Chimie inorganique: Trouve plus

Chimie Lille: Trouve plus

Chimie macromoléculaire: La chimie macromoléculaire ou chimie des polymères est une branche de la chimie qui met en œuvre les macromolécules, c'est-à-dire de grosses molécules. La chimie macromoléculaire s'intéresse aux : réactions de polymérisation ; modifications chimiques des macromolécules ; dégradations des macromolécules.La physique des polymères et la chimie des polymères font partie de la science des polymères. Trouve plus

Chimie mathématique: La chimie mathématique est le domaine de la chimie théorique consacré aux applications des mathématiques à la chimie. Elle concerne principalement la modélisation mathématique de phénomènes chimiques. Trouve plus

Chimie médicale: Trouve plus

Chimie medicinale: Trouve plus

Chimie médicinale: Trouve plus

Chimie minérale: La chimie minérale, aussi appelée chimie inorganique (par traduction littérale de l'anglais), est la branche la plus ancienne de la chimie. Elle comporte l'étude des divers corps simples existant dans la nature ou obtenus artificiellement et celle des composés qu'ils engendrent en réagissant les uns sur les autres, à l'exception des combinaisons avec le carbone qui sont étudiées à part et font l'objet de la chimie organique. Cependant quelques composés simples du carbone (certains oxydes de carbone, les carbonates, bicarbonates et cyanures ioniques, les carbures, excepté les hydrocarbures) sont classés parmi les composés inorganiques. Une étude particulière est celle des propriétés et de la synthèse des composés inorganiques artificiels, laquelle inclut les composés organométalliques,. Ce domaine couvre tous les composés chimiques à l'exception des myriades de composés organiques qui sont basés sur un squelette carboné et comportent habituellement des liaisons C-H. À l'origine basée sur des arguments historiques, cette distinction est de nos jours loin d'être absolue, et de nombreux recouvrements existent en particulier dans le domaine de la chimie organométallique. La chimie inorganique est un domaine de recherche actif actuellement et possède des applications dans la plupart des aspects de l'industrie chimique, en particulier en catalyse, science des matériaux, pigments, surfactants, chimie médicinale, carburants, chimie de l'environnement et agriculture. Trouve plus

Chimie Montpellier: Trouve plus

Chimie non biologique in vivo: Trouve plus

Chimie nucleaire: Trouve plus

Chimie nucléaire: La chimie nucléaire est une sous-catégorie de la chimie traitant de la radioactivité, des radioéléments, des processus et des propriétés nucléaires. Elle peut être divisée en cinq sous-parties. C'est la chimie des éléments radioactifs (éléments chimiques dont tous les isotopes sont radioactifs) tels que les actinides, le technétium, le radium ou le radon, cette chimie étant associée à des équipements spéciaux (tels que les réacteurs nucléaires ou autres…) conçus pour exécuter des processus nucléaires. Cette science inclut l'étude de la corrosion des surfaces et du comportement de matériaux ou d'atomes dans des conditions de fonctionnement normales et anormales (par exemple lors d'un accident). Un autre domaine important de la chimie nucléaire est le comportement des objets et des matériaux radioactifs qui ont été placés dans un site de d'élimination ou de stockage de déchets nucléaires. Cette chimie inclut l'étude des effets chimiques résultant de l'absorption du rayonnement par les animaux vivants, les plantes et les autres matériaux. La chimie nucléaire a grandement facilité la compréhension des traitements médicaux spéciaux (comme la radiothérapie sur les cancers), et a permis à ces traitements de s'améliorer. Elle comprend également l'étude de la production et de l'utilisation des sources radioactives et/ou nucléaires dans un éventail de processus liés à la chimie. On peut citer parmi ces processus étudiés la radiothérapie pour des applications médicales, l'utilisation de traceurs radioactifs au sein de l'industrie, des sciences ou encore de l'environnement, la production de combustibles nucléaires ou encore la spectroscopie à résonance magnétique nucléaire (RMN) qui est couramment utilisée en chimie organique de synthèse, en physico-chimie et pour l'analyse structurelle de chimie macromoléculaire... L'utilisation de ces rayonnements est également étudiée pour la modification de matériaux, principalement les polymères. Enfin, elle traite de l'influence de la masse atomique des éléments sur les réactions chimiques et les propriétés des composés chimiques. Trouve plus

Chimie numerique: Trouve plus

Chimie numérique: La chimie numérique ou chimie informatique, parfois aussi chimie computationnelle, est une branche de la chimie et/ou de la physico-chimie qui utilise les lois de la chimie théorique exploitées dans des programmes informatiques spécifiques afin de calculer structures et propriétés d'objets chimiques tels que les molécules, les solides, les agrégats atomiques (ou clusters), les surfaces, etc., en appliquant autant que possible ces programmes à des problèmes chimiques réels. La frontière entre la simulation effectuée et système réel est définie par le niveau de précision requis et/ou la complexité des systèmes étudiés et les théories employées lors de la modélisation. Les propriétés recherchées peuvent être la structure (géométrie, relations entre constituants), l'énergie totale, l'énergie d'interaction, les charges, dipôles et moments multipolaires, fréquences vibrationnelles, réactivité ou autres quantités spectroscopiques, sections efficaces pour les collisions, etc. Le domaine le plus représenté de la discipline est le traitement des configurations électroniques des systèmes. L'expression chimie numérique est parfois également utilisée pour désigner tous les champs scientifiques qui recouvrent à la fois la chimie et l'informatique. Trouve plus

Chimie organique: La chimie organique est le domaine de la chimie qui étudie les composés organiques, c'est-à-dire les composés du carbone (à l'exception de quelques composés simples qui par tradition relèvent de la chimie minérale). Ces composés peuvent être naturels ou synthétiques. Une caractéristique du carbone consiste en l'aptitude qu'ont ses atomes à s'enchaîner les uns aux autres, par des liaisons covalentes, d'une façon presque indéfinie, pour former des chaînes carbonées d'une grande diversité. Les composés organiques sont ainsi constitués de molécules caractérisées par des enchaînements carbonés propres aux molécules dites « organiques ». L'aptitude caractéristique du carbone implique qu'« il suffit alors de quelques autres éléments [...] pour former avec lui des millions de molécules différentes, dont la masse moléculaire peut atteindre 100 000 ou même 1 000 000 ; on parle alors de macromolécules ». Les molécules organiques contiennent fréquemment des atomes d'hydrogène et souvent des atomes d'oxygène ou d'azote et les molécules synthétiques proviennent souvent du pétrole. La chimie organique étudie en particulier leur structure chimique, leurs propriétés, leurs caractéristiques, leur composition chimique, leurs réactions chimiques et leur préparation (par synthèse ou autres moyens). Ces composés peuvent comprendre d'autres éléments chimiques, comme les halogènes (fluor, chlore, brome, iode) ainsi que le bore, le silicium, le phosphore, le soufre ; plus rarement, le lithium, le sodium, le magnésium, le cuivre, le titane, le potassium, le fer, le cobalt, le zinc et le plomb. Cette dernière est appelée chimie organométallique. La première définition de la chimie « organique » par Nicolas Lémery dans son Cours de chimie publié en 1690 était due à la conception erronée selon laquelle les composés organiques seraient les seuls entrant en jeu dans les processus du vivant. Cependant, les molécules organiques peuvent être produites par des processus sans rapport avec le vivant et le vivant dépend aussi de la chimie inorganique. Par exemple, de nombreuses enzymes ont besoin de métaux de transition comme le fer ou le cuivre pour être actifs ; et des matériaux comme les coquillages, les dents ou les os sont constitués en partie de composés organiques et en partie de matière inorganique (minérale). Bien qu'il y ait un recouvrement avec la biochimie, cette dernière s'intéresse spécifiquement aux molécules fabriquées par les organismes vivants qui appartiennent aux grands groupes classiques (lipides, glucides, protides, acides nucléiques) ainsi qu'aux petites molécules produites par le métabolisme. Les composés organiques sont donc au cœur de ces disciplines. On les désignera sous le terme général de « substances » organiques qui inclut des macromolécules comme les protéines (polymères polypeptidiques). Trouve plus

Chimie organique physique: La chimie organique physique, discipline baptisée par Louis Plack Hammett en 1940, est une branche de la chimie organique qui se concentre sur la relation entre structure chimique et réactivité en appliquant les méthodes de la chimie physique à l'étude des molécules organiques. La chimie organique physique étudie notamment les vitesses des réactions chimiques organiques, la stabilité chimique relative, les intermédiaires réactionnels, les états de transition, et les effets non covalents de la solvatation et des interactions moléculaires sur la réactivité chimique. De telles études fournissent des cadres théoriques et pratiques pour comprendre comment des changements de structure en solution impactent le mécanisme et la vitesse d'une réaction organique donnée. Les spécialistes de chimie organique physique utilisent des approches théoriques et expérimentales pour comprendre ces problèmes fondamentaux de la chimie organique : thermodynamique classique et statistique, mécanique quantique, chimie numérique, spectroscopie (RMN), spectrométrie (spectrométrie de masse) et cristallographie. Trouve plus

Chimie organométallique: La chimie organométallique est l'étude des composés chimiques contenant une liaison covalente entre un métal et un atome de carbone situé dans un groupe organique. Elle combine des aspects de la chimie organique et de la chimie inorganique. Trouve plus

Chimie organo-métallique: Trouve plus

Chimie Paris: Trouve plus

Chimie ParisTech: Trouve plus

Chimie pharmaceutique: La chimie pharmaceutique et la chimie thérapeutique (chimie médicinale ou chimie médicale) sont des disciplines scientifiques placées à l'intersection de la chimie, de la pharmacologie et de la médecine. Elles sont hautement interdisciplinaires et mélangent la chimie organique, la biochimie, la chimie numérique, la pharmacologie, la pharmacognosie, la biologie moléculaire, les statistiques et la chimie physique. La chimie pharmaceutique a pour objet la définition et la préparation de composés chimiques, substances actives et excipients, entrant dans la composition des médicaments. La chimie thérapeutique a pour objet de concevoir des composés biologiquement actifs, d'étudier leur métabolisme et d'interpréter leur mode d'action à l'échelle moléculaire, en se fondant notamment sur des relations entre la structure des corps chimiques et leurs propriétés thérapeutiques. Trouve plus

Chimie physique: La chimie physique est l'étude des bases physiques des systèmes chimiques et des procédés. En particulier, la description énergétique des diverses transformations fait partie de la chimie physique. Elle fait appel à des disciplines importantes comme la thermodynamique chimique (ou thermochimie), la cinétique chimique, la mécanique statistique, la spectroscopie et l'électrochimie. Sont comptés parmi les phénomènes que la chimie physique essaie d'expliquer : les forces intermoléculaires qui déterminent les propriétés physiques des matériaux, telles la déformation plastique des solides et la tension superficielle des solides ; la cinétique chimique et la vitesse de réaction ; les propriétés des ions et la conductivité électrique des matériaux ; la chimie des surfaces et l'électrochimie des membranes ; la thermochimie : le transfert de chaleur, et plus généralement les échanges d'énergie, entre un système chimique et son environnement lors d'une transition de phase ou d'une réaction chimique ; les propriétés colligatives et leur emploi pour déterminer le nombre de particules en solution ; les nombres de phases, composantes et de degrés de liberté peuvent être reliés selon la règle des phases de Gibbs ; l'électrochimie et les piles électriques. Trouve plus

Chimie prébiotique: Trouve plus

Chimie primitive de l'Univers: Trouve plus

Chimie quantique: La chimie quantique est une branche de la chimie théorique qui applique la mécanique quantique aux systèmes moléculaires pour étudier les processus et les propriétés chimiques. Le comportement électronique et nucléaire des molécules étant responsable des propriétés chimiques, il ne peut être décrit adéquatement qu'à partir de l'équation du mouvement quantique (équation de Schrödinger) et des autres postulats fondamentaux de la mécanique quantique. Cette nécessité a motivé le développement de concepts (notamment orbitale moléculaire, ...) et de méthodes de calculs numériques qui ont permis à la chimie moderne de faire des progrès considérables tant en ce qui concerne la compréhension des phénomènes que des applications. Trouve plus

Chimie quantique directe: La chimie quantique directe recouvre un ensemble de méthodes de chimie quantique qui n'utilisent pas la représentation de Born-Oppenheimer, contrairement à la majorité des méthodes de traitement actuel de l'équation de Schrödinger. La chimie quantique directe considère le mouvement des noyaux et des électrons dans les mêmes échelles de temps. Ces méthodes considèrent donc le hamiltonien moléculaire comme un tout, sans essayer de résoudre de manière séparée le hamiltonien moléculaire électronique. Bien que ces méthodes soient non-adiabatiques, elles se distinguent de la plupart des autres méthodes également non-adiabatiques dans le cas des dynamiques moléculaires, qui utilisent de manière typique la représentation de Born-Oppenheimer mais deviennent non-adiabatiques si l'on considère le couplage vibronique de manière explicite. Les méthodes de chimie quantique directe s'appliquent dans la modélisation des processus de collisions atomiques à hautes vitesses (i.e. à hautes températures), lorsque les mouvements des noyaux sont comparables ou plus rapides que le mouvement électronique. Le groupe de Yngve Öhrn basé à Gainesville en Floride a été un pionnier dans ce domaine de recherche. Il appliqua cette méthode à la collision entre deux atomes d'hydrogène. Trouve plus

Chimie quantique relativiste: La chimie quantique relativiste intègre les résultats issus de la chimie quantique et de la mécanique relativiste pour rendre compte des propriétés des éléments chimiques et de la structure de leurs corps simples, en particulier pour les éléments les plus lourds du tableau périodique. Un exemple bien connu a trait à la couleur de l'or, qui n'est pas de couleur argentée comme la plupart des autres métaux en raison d'effets relativistes. Le terme effets relativistes est issu de l'histoire de la mécanique quantique. Initialement, la mécanique quantique a été développée sans tenir compte de la théorie de la relativité. Par convention, les effets relativistes font référence aux écarts entre, d'une part, les valeurs calculées par les modèles qui tiennent compte de relativité et, d'autre part, celles calculées par les modèles qui n'en tiennent pas compte. Les effets relativistes sont importants pour les éléments chimiques les plus lourds, qui ont des numéros atomiques élevés. Dans les représentations les plus répandues du tableau périodique, ces éléments sont présents dans la partie inférieure. Ce sont par exemple les lanthanides et les actinides, éléments de la 6e période et la 7e période du tableau. Les effets relativistes en chimie peuvent être considérés comme des perturbations, ou de petites corrections, à la théorie non relativiste de la chimie, développée à partir des solutions de l'équation de Schrödinger. Ces corrections affectent les électrons de manière différente en fonction de leur vitesse par rapport à la vitesse de la lumière. Les effets relativistes sont plus importants pour les éléments lourds parce que ce n'est que dans ces éléments que les électrons atteignent des vitesses relativistes. Trouve plus

Chimie Rennes: Trouve plus

Chimie supramoleculaire: Trouve plus

Chimie supramoléculaire: La chimie supramoléculaire est une des branches de la chimie qui repose sur les interactions non-covalentes ou faibles entre atomes au sein d'une molécule ou entre molécules, au sein d'un ensemble moléculaire. Son objectif est de comprendre ou de construire des édifices de taille nanométrique. Le principe est d'utiliser des briques moléculaires qui, une fois mélangées en solution, dans des conditions contrôlées, s'autoassemblent pour donner des édifices plus complexes. L'étude des interactions non-covalentes et des relations entre fonction et structure sont à la base de la compréhension des systèmes biologiques. Le monde biologique est souvent une source d'inspiration dans la modélisation d'assemblages supramoléculaires. Trouve plus

Chimie theorique: Trouve plus

Chimie théorique: La chimie théorique est l'étude de la chimie à travers un raisonnement théorique fondamental (habituellement à l'aide des mathématiques et de la physique). En particulier, l'application de la mécanique quantique à la chimie a donné naissance à la chimie quantique. Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, le progrès des ordinateurs a permis le développement de la chimie numérique (ou computationnelle). Trouve plus

Chimie thérapeutique: Trouve plus

Chimie verte: La chimie verte, appelée aussi chimie durable ou chimie écologique ou chimie renouvelable, prévoit la mise en œuvre de principes pour réduire et éliminer l'usage ou la génération de substances néfastes pour l'environnement. Ceci doit se faire par de nouveaux procédés chimiques et des voies de synthèses « propres », c'est-à-dire respectueuses de l'environnement. Désormais, le développement de la chimie industrielle, issu des dérivés hydrocarburés selon un paradigme hérité du XXe siècle, doit intégrer les objectifs que la gouvernance environnementale a identifié dans ses aspects économiques et de préservation de la santé humaine. Cela concerne notamment le nombre croissant de pathologies : maladie d'Alzheimer, cancer, diabètes. Un de ces enjeux consiste à juguler la production massive de neurotoxiques cancérogènes tels le bisphénol A, le phosgène (polycarbonates et polyuréthanes), les perturbateurs endocriniens et les substances classées CMR issues de la pétrochimie. Trouve plus

Chimier: Trouve plus

Chimigramme: Le chimigramme est une technique picturale qui permet de produire des images avec les matériaux de la peinture et de la photographie. Trouve plus

Chimika Chronika: Chimika Chronika est une revue scientifique à comité de lecture. Trouve plus

Chimila: Le chimila est une langue chibchane parlée en Colombie sur les pentes du Sud-Est de la Sierra Nevada de Santa Marta par 2 000 Chimilas (es). Trouve plus

Chimilin: Chimilin est une commune française située dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes. La commune de Chimilin est adhérente à la communauté de communes Les Vals du Dauphiné depuis le 1er janvier 2017. les habitants sont dénommés les Chimilinois. Trouve plus

Chimillas: Chimillas est une commune d'Espagne, dans la province de Huesca, communauté autonome d'Aragon comarque de Hoya de Huesca. Trouve plus

Chimiluminescence: La chimiluminescence, ou chimioluminescence, est la production de lumière à la suite d'une réaction chimique. Une réaction de ce type est l'oxydo-réduction du luminol (3-aminophthalhydrazide) par l'eau oxygénée (H2O2), par exemple, ou un quelconque oxydant. Durant une réaction de chimiluminescence, une molécule de type diester ou amide entre dans un état excité et transfère cette énergie à un accepteur (porteur de luminescence). Ce dernier, afin de revenir à son état fondamental, libère un photon, d'où la luminescence. La bioluminescence de certains animaux (vers luisants, plancton, etc.), végétaux (champignons) et bactéries, est une forme naturelle de chimiluminescence. Trouve plus

Chimimōryō: Chimimōryō (chinois : 魑魅魍魎 ; pinyin : Chīmèi wǎngliǎng) est un mot japonais d'origine chinoise qui désigne les monstres des montagnes et ceux des rivières. Il renvoie à différents sortes d'obake et choses transformées en yōkai. « Chimi » (魑魅) désigne les monstres des montagnes et « mōryō » (魍魎) les monstres des rivières aussi le mot « chimimōryō » est-il souvent employé pour désigner tous les monstres des montagnes et des rivières. En outre, le mot « minori » a également été utilisé à cet effet. Pour que cela soit employé pour désigner un oni en maturation (minoru) a été utilisé dans diverses régions depuis les temps anciens.[pas clair] Trouve plus

Chimimport: Chimimport est une entreprise bulgare faisant partie du SOFIX, le principal indice boursier de la bourse de Sofia. Il est un conglomérat opérant dans de nombreux secteurs, parmi lesquels la finance et l'assurance, la pétrochimie et les transports. Il détient notamment des parts dans la compagnie aérienne nationale, Bulgaria Air. Trouve plus

Chimio: Trouve plus

Chimioautotrophe: Trouve plus

Chimioautotrophie: La chimioautotrophie est le type trophique d'un organisme vivant qui produit ses composés organiques sans l'aide de la lumière comme source d'énergie (chimiotrophie) et avec une source de carbone minérale (autotrophie). L'organisme obtient son énergie en oxydant des substances inorganiques comme le soufre et l'ammoniac. Ce groupe est une subdivision des chimiotrophes et des autotrophes. Trouve plus

Chimiobiose: Trouve plus

Chimiocline: La chimiocline est l'interface existant entre différentes couches d'eau, dans une mer, un lac, lorsque celles-ci ne se mélangent pas. Cela implique donc qu'il existe un équilibre entre les différentes couches d'eau. En général, les couches d'eau de surface sont plus oxygénées que les couches plus profondes, puisqu'elles sont alimentées par l'atmosphère. L'anoxie des couches inférieures peut être provoquée par la production importante de sulfure d'hydrogène par des micro-organismes benthiques. Au niveau de la chimiocline peuvent se développer des bactéries anaérobies. Une hypothèse permettant d'expliquer des extinctions massives d'espèces, telle celle qui survint à la fin du Permien, concerne la variation de la chimiocline. Celle-ci atteignant la surface de l'océan à la suite d'un important réchauffement de la planète, une grande quantité de sulfure d'hydrogène est libérée dans l'atmosphère, ce qui engendre d'importantes modifications de la composition chimique de celle-ci, une destruction de la couche d'ozone, et finalement la disparition de nombreuses espèces, tant animales que végétales. [réf. nécessaire] Portail du monde maritime Trouve plus

: undefined Trouve plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DW-TV, DWV, DWV Amsterdam, DX, DX (radio),

DW-TV: Trouve plus DWV: DWV peut faire référence à: Deformed wing virus (en français, virus des ailes déformées), un virus qui tou...