Rechercher dans ce blog

jeudi 11 février 2021

Château de mont-orgueil, Chateau de Montoy, Château de montoy, Château de Montpalau, Château de Montpensier,

Château de mont-orgueil: Trouve plus

Chateau de Montoy: Trouve plus

Château de montoy: Trouve plus

Château de Montpalau: Le château de Montpalau (en catalan, Castell de Montpalau) est un château fort situé au sommet de la colline Montpalau, à la limite sud-ouest du comté de Gerone, sur les pentes pinedencas du massif du Montnegre à 269 mètres d'altitude. La juridiction seigneuriale couvrait un vaste territoire qui comprenait une grande partie du Haut Maresme, de Arenys à Hortsavinyà jusqu'aux limites des domaines du château de Palafolls. Ce château avait une fonction de forteresse, et n'était pas un logement permanent. Son rôle était plus d'intimidation des agriculteurs locaux et de gîte occasionnel pour les chevaliers dans leurs missions de surveillance. Trouve plus

Château de Montpensier: Plusieurs châteaux de Montpensier ayant appartenu aux Bourbon-Montpensier sont répertoriés en France : Château de Montpensier à Montpensier (Puy-de-Dôme) ; Château de Montpensier à Vézières (Vienne) ; Château du Coudray-Montpensier à Seuilly (Indre-et-Loire). Trouve plus

Château de Montpensier (Puy-de-Dôme): Le château de Montpensier est un ancien château situé dans l'actuelle commune de Montpensier, dans le département du Puy-de-Dôme en Auvergne (France). Il était le centre du comté puis duché de Montpensier. Trouve plus

Château de Montpensier (Vienne): Le château de Montpensier est un château médiéval situé dans l'actuelle commune de Vézières, dans le département de la Vienne (France). L'édifice, visible à distance car surgissant en rase campagne, se compose d'un corps principal flanqué de deux tours dont l'une comprend un majestueux escalier en vis et l'autre une imposante tour semi-circulaire aux allures de donjon. Trouve plus

Château de Montperroux: Le château de Montperroux est un château fort de la fin du XIIe siècle situé sur la commune de Grury, en Saône-et-Loire. Il a été inscrit monument historique en totalité par arrêté du 17 juillet 2014. Trouve plus

Château de Montpezat: Le château de Montpezat est un château situé sur la commune de Montpezat dans le département du Gard en région Occitanie. Trouve plus

Château de Montpinier: Le château de Montpinier a été construit en 1830 sur un ancien fort, sur la commune de Montpinier, dans le Tarn. Trouve plus

Château de Montplaisant: Le château de Montplaisant peut désigner : le château de Montplaisant, château situé à Montagnat, dans l'Ain ; le château de Montplaisant, château situé à Saint-Hilaire-de-Brens, dans l'Isère. Trouve plus

Château de Montplaisant (Isère): Le château de Montplaisant est une ancienne maison forte de la fin du XIIIe ou du début du XIVe siècle, plusieurs fois remaniée, qui se dresse sur la commune de Saint-Hilaire-de-Brens dans le département de l'Isère, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Au titre des monuments historiques, les façades et les toitures du château font l'objet d'une inscription et la chapelle y compris les peintures murales font l'objet d'un classement par arrêté du 23 février 1977. Trouve plus

Château de Montplaisant (Montagnat): Le château de Montplaisant, est un château du XVIIIe siècle qui se dresse sur la commune de Montagnat située dans le département de l'Ain et la région Auvergne-Rhône-Alpes. Le château de Montplaisant fait l'objet d'une inscription partielle au titre des monuments historiques par arrêté du 28 décembre 1981. Seuls les façades et toitures du château et des deux pavillons d'entrée ; portail d'entrée et grille ; grand salon et son décor sont inscrits. Trouve plus

Château de Montplaisant (Saint-Hilaire-de-Brens): Trouve plus

Château de Montpon: Le château de Montpon est une ancienne maison forte, de la toute fin du XVe siècle, centre de la seigneurie de Montpon, qui se dresse sur la commune d'Alby-sur-Chéran dans le département de la Haute-Savoie, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Il est l'un des sept châteaux, avec Châteauvieux, Le Donjon, Montconon, Montdésir, Montvuagnard et Pierrecharve, qui assuraient la défense d'Alby. Ces châteaux constituaient un système défensif permettant de contrôler le passage à gué du torrent puis plus tard d'un pont qui fut à l'origine de la prospérité du bourg d'Alby. C'est le seul qui soit encore bien conservé. Trouve plus

Chateau de Montpoupon: Trouve plus

Château de montpoupon: Trouve plus

Château de Montquintin: Le château de Montquintin est un ancien château fort féodal situé dans le village belge de Montquintin en province de Luxembourg et Lorraine gaumaise. Les ruines, sises sur une butte témoin dominant la vallée du Ton, font actuellement l'objet d'un programme de restauration et de fouilles archéologiques. Trouve plus

Château de Montramé: Le château de Montramé est un château situé sur la commune de Soisy-Bouy, dans le département de Seine-et-Marne. Trouve plus

Chateau de montreal: Trouve plus

Château de Montréal: Château de Montréal est le nom de plusieurs châteaux français : le château de Montréal, à Issac dans le département de la Dordogne ; le château de Montréal, à Montréal dans le département de l'Ardèche ; le château de Montréal, à Montréal dans le département de l'Yonne ; le château de Montréal, à Montréal-la-Cluse dans le département de l'Ain ; le château de Montréal, à Peyrehorade dans le département des Landes ; le château de Montréal-de-Sos, à Auzat, dans le département de l'Ariège. Trouve plus

Château de Montréal (Ain): Le château de Montréal est un ancien château fort, du XIIIe siècle. Trouve plus

Château de Montréal (Ardèche): Le château de Montréal est un château situé sur la commune de Montréal, dans le département de l'Ardèche. Trouve plus

Château de Montréal (Issac): Le château de Montréal est un château français situé sur la commune d'Issac, dans le département de la Dordogne. Il est en grande partie classé et partiellement inscrit au titre des monuments historiques. Trouve plus

Château de Montréal (Peyrehorade): Le château de Montréal, également dénommé château d'Orthe, se situe sur la commune de Peyrehorade, dans le département français des Landes. Il est inscrit aux monuments historiques par arrêtés du 24 janvier 1947 et du 15 juin 2012. Trouve plus

Château de Montréal (Yonne): Le château de Montréal était un château de la Renaissance situé à Montréal, en France. Du château des seigneurs de Montréal et des ducs de Bourgogne, rien ne subsiste aujourd'hui, sinon l'ancien puits au milieu d'une grande esplanade (dite esplanade du château), qui domine toute la campagne alentour. « On regardait cette forteresse comme la clef de la Bourgogne, du côté de la Champagne » — Claude Courtépée. Construite avec de belles pierres provenant des carrières de Champ-Retard, à Coutarnoux, elle est défendue par cinq tours carrées, et donc anciennes (la tour de la Porte, la tour du Logis, la tour de Beauregard, la tour de la Cigogne et la tour du Roi, car François Ier y séjourna). Un fossé large et profond l'entoure. « La grande salle a 100 pieds de long sur 36 de large, avec deux cheminées immenses et 4 croisées » ajoute Courtépée, qui en a vu les ruines avant la Révolution (c'est-à-dire 33 m sur 12 m). Pour l'historien Victor Petit, les châteaux voisins de Pisy et Thizy, antérieurs eux aussi au XIIIe siècle, donnent une bonne représentation de ce que pouvait être celui de Montréal. En 1419, le duc de Bourgogne fait installer de l'artillerie et des munitions pour faire au roi de France, ce qui n'est pas suffisant. C'est ainsi, que les sept de guerre, bourgeois de Metz, emmenés par Wainchelin de la Tour au mandement du roi de France assiègent le 20 septembre 1437 Montreal et la prennent le 18 octobre de la même année . Maintes fois assiégé au cours des siècles, le château de Montréal avait une réputation de citadelle imprenable, car il ne fut pris que par trahison ou par surprise. Mais après le fracas des armes et des sièges, après les assauts de Landry, des Anglais, des écorcheurs ou des ligueurs, le silence se fait définitivement sur les vieilles pierres en 1599 : démantelées, privées de tout rôle défensif, les murailles et les tours sont abandonnées. Les plus belles pierres, comme il est fréquent, sont réutilisées dans les maisons de Montréal. Jusqu'à la Révolution, les bâtiments encore debout servent de prison. En effet, il subsiste « cinq à six chambres basses, plusieurs caves, plusieurs prisons et des cachots souterrains, cinq pièces dans le haut dont deux salles, une de cent pieds de longueur sur cinquante de largeur, une autre de même largeur…, différents cabinets les joignant et, au sud, une galerie de défense. La cour du château est fermée par des murs crènelés de trente pieds de hauteur. » La municipalité propose en 1792 d'en faire une vaste prison ainsi qu'une manufacture qui emploierait les prisonniers. Sans suite... En 1794, les autorités avallonnaises envisagent de remettre le château en état de défense, avec un corps de troupe de mille hommes. Là encore, aucune suite ne sera donnée... C'est une loi de 1794 sur la destruction des châteaux forts et forteresses de l'intérieur, qui scelle définitivement son sort. On démolit les murs qui entourent la cour, la tour d'entrée et les bâtiments mitoyens, quatre autres tours dont l'une servait de colombier. Lors de sa visite à Montréal en 1840, l'architecte Eugène Viollet-le-Duc écrit : « Aujourd'hui, du château il n'en reste plus une pierre, et des murailles quelques traces seulement. L'église seule et deux belles portes fortifiées sont encore debout. » Trouve plus

Château de Montréal-de-Sos: Montréal-de-Sos est un château fort situé au-dessus du hameau d'Olbier, sur la commune française d'Auzat, dans la vallée de Vicdessos en Ariège. Ce château comtal fut un des plus importants châteaux des comtes de Foix au Moyen Âge. Bâti à la fin du XIIe siècle, il a été conservé jusqu'au début du XVe siècle, date à laquelle il fut volontairement arasé par les comtes de Foix. Aujourd'hui à l'état de ruines, les vestiges sont une grande enceinte flanquée de deux tours et un quartier aristocratique. Ce dernier est rassemblé autour d'un donjon construit sur une motte, fait assez peu banal en Haute-Ariège. Montréal-de-Sos fait l'objet depuis 2000 d'un programme de fouilles archéologiques. Trouve plus

Château de Montrenard: Le château de Montrenard est un château du XIVe siècle, situé sur la commune de Pouilly-sous-Charlieu dans le département de la Loire, en région Auvergne-Rhône-Alpes. Le château fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par décision du 15 avril 1935. Trouve plus

Château de Montrésor: Le château de Montrésor est situé dans le sud-est du département d'Indre-et-Loire (37), en France, à une quinzaine de kilomètres à l'est de la ville de Loches sur le territoire de la commune de Montrésor. Un éperon rocheux a accueilli successivement un donjon attribué à Foulques Nerra et intégré au système défensif des comtes d'Anjou en Touraine, une forteresse médiévale construite par Jean IV de Bueil, grand Maître des arbalétriers de France, puis un logis Renaissance édifié par Imbert de Batarnay, influent personnage auprès de quatre rois de France. Après la période révolutionnaire au cours de laquelle le château, mal entretenu, est passé entre les mains de plusieurs propriétaires successifs, le comte Xavier Branicki, émigré polonais, mécène et maire de Montrésor de 1860 à 1870, rachète le domaine en 1849, répare certaines parties du château, en reconstruit d'autres ; il meuble le logis principal en style Second Empire et le décore avec de nombreuses œuvres d'art. Sa famille, toujours propriétaire, habite une partie d'un château presque totalement ouvert au public. Le village lui-même, d'abord construit au pied du château, ne s'est véritablement développé qu'à partir du Moyen Âge ; au XXIe siècle, il s'est tourné vers une activité touristique dont le château constitue l'un des principaux atouts. Trouve plus

Château de Montreuil: Château de Montreuil peut désigner : château de Montreuil, un château situé à Versailles en France ; château de Montreuil, un château situé à Nort-sur-Erdre en France. Trouve plus

Château de Montreuil (Nort-sur-Erdre): Le château de Montreuil est un château situé à Nort-sur-Erdre, dans le département de Loire-Atlantique, en France. Trouve plus

Château de Montreuil-Bellay: Le château de Montreuil-Bellay est une vaste construction médiévale, plusieurs fois remaniée et se dressant au cœur de l'ancienne ville close de Montreuil-Bellay dans le département de Maine-et-Loire. Trouve plus

Château de Montreuil-Bonnin: Le château de Montreuil-Bonnin est situé à Montreuil-Bonnin, commune du département de la Vienne et de la région Nouvelle-Aquitaine. Il a été construit pour Richard Cœur de Lion. Si l'on juge par l'hétérogénéité des bâtiments qui composent le château, celui-ci a dû subir bien des vicissitudes au cours de son histoire. Les tours cylindriques témoignent de l'évolution de l'art militaire au temps de Philippe Auguste. Le château a été incendié en 1346 par les Anglais de Derby. A partir de 1361, le château est sous la tutelle anglaise. Au XVIe siècle, deux corps de logis sont ajoutés tandis que les tours sont en partie démantelées. Le château, durant les guerres de Religion, devint une place protestante. De nos jours, on distingue les tours ruinées, l'habitat intérieur et les restes de la fortification. Montreuil-Bonnin fut un atelier monétaire pour Richard Cœur de Lion et ses successeurs jusqu'en 1346. Témoin exceptionnel de l'architecture militaire médiévale du XIIIe siècle, le château de Montreuil-Bonnin est un haut lieu de l'histoire du Poitou. Il a joué un rôle militaire et économique de premier plan depuis les Plantagenêt jusqu'aux Guerres de Religion. Depuis la fée Mélusine à qui la légende attribue la construction du donjon, de nombreux personnages illustres s'y sont succédé : Aliénor d'Aquitaine, Richard Cœur de Lion, Blanche de Castille, Alphonse de Poitiers, du Guesclin, François de la Noue, etc. La forteresse prend appui sur la rive nord de la Boivre en profitant d'un escarpement naturel pour renforcer son système défensif au sud. Sur les autres fronts, de larges fossés mettent en valeur ce vaste quadrilatère irrégulier d'environ 100 mètres de long sur 50 de large surmonté d'un donjon circulaire. L'enceinte de la forteresse est flanquée de cinq tours circulaires et le pont-levis au nord est protégé par un châtelet d'entrée. Le nom Montreuil vient du latin monasteriolum qui indique qu'un prieuré devait exister à cet endroit aux origines de la chrétienté. Il existe par ailleurs dans le village des sarcophages de pierre mérovingiens qui attestent une occupation ancienne du site. Quant au nom de Bonnin, il pourrait venir de Guillaume Bonnin seigneur de Beaumont, dont la fille avait épousé Bouchard II de Marly, seigneur de Montreuil au XIIIe siècle. Les premières références remontent au début du XIe siècle, mais rien d'apparent ne subsiste de cette époque. La forteresse actuelle a été élevée au début du XIIIe siècle. L'enceinte rectangulaire et le logis d'origine aujourd'hui ruiné pourraient avoir été élevés dans la première moitié du XIIIe siècle, tout comme le donjon, qui a de nombreuses similitudes avec les ouvrages du règne de Philippe Auguste. Le châtelet d'entrée date lui aussi du XIIIe siècle mais il a été remanié au XVe siècle avec l'adjonction d'un pont-levis à flèche. Sauvé de la ruine définitive en 1830, le château est classé Monument Historique dès 1840. Le château est alors restauré pour prendre. Une dernière campagne de restauration est entreprise dans les années cinquante par les grands parents de la propriétaire actuelle, dont la famille a acquis la maison en 1862. • La légende La fée Mélusine était mariée au prince Raymondin ancêtre légendaire des Lusignan. Elle engendra de nombreux fils. L'un d'entre eux avait au milieu du front un œil unique et démesuré. Il était méchant et cruel et sa mère ordonna qu'on l'étouffe, pour éviter qu'il cause de grands dommages autour de lui. Prise de remords, elle fit élever un grand et beau château, qu'on nomma en souvenir de sa descendance « Monstre-en-œil », aujourd'hui « Montreuil-Bonnin ». • Montreuil entre dans l'histoire Montreuil-Bonnin apparaît pour la première fois dans les textes en 1012 et en 1029, au début du XIe siècle. C'est alors une possession du comte de Poitou. Il le restera jusqu'au début du XIIIe siècle. L'abbaye cistercienne du Pin, toute proche, est fondée en 1141 et le développement du village de Montreuil daterait des années 1180 date de construction de l'actuelle église. Lorsqu'en 1152 Aliénor d'Aquitaine divorce du roi de France et se remarie avec Henri II roi d'Angleterre, la châtellenie passe par mariage aux Plantagenêt. En 1169, le futur Richard Cœur de Lion, alors âgé de 11 ans devient comte de Poitou pour le compte de son père. Il aurait ainsi séjourné à Montreuil, pour jouir du parc de chasse associé au château, notamment en 1181. Certains ont indiqué qu'il aurait créé l'atelier monétaire mais aucune trace historique ne l'atteste La fin du XIIe siècle est marquée par les entreprises de Philippe Auguste contre les fiefs Plantagenêt en France. En mai 1199, Aliénor d'Aquitaine est à Montreuil-Bonnin peu après que son fils, le roi Richard a trouvé la mort au siège de Châlus en Haute-Vienne le 6 avril de cette même année. Après la mort de Richard, l'ensemble de l'« Empire Plantagenêt » revient à son frère Jean sans Terre. En 1200, Jean sans Terre enlève, pour l'épouser, la fiancée de Hugues IX de Lusignan, Isabelle Taillefer, héritière du comté d'Angoulême. Le scandale est immense, le fiancé bafoué et de nombreux seigneurs d'Aquitaine indignés font appel au roi de France. L'attitude de Jean justifie la rupture du lien féodal. Le roi d'Angleterre refusant de comparaître devant ses pairs, Philippe Auguste, roi de France, profite de l'occasion pour déclencher « la commise » des terres de Jean, prononcée par la cour des pairs de France. En 1204, à la mort d'Aliénor, le comté du Poitou et le château de Montreuil-Bonnin passent définitivement aux mains de Philippe Auguste qui y installe en 1214 la famille Montmorency, d'où le nom Bonnin. En 1225, Louis VIII, fils de Philippe Auguste qui avait succédé à son père, donna par testament le Poitou en apanage à son fils Alphonse avec clause de retour à la couronne s'il n'avait pas de descendant. En 1227 ou 1230, Montreuil-Bonnin fait partie d'un apanage composé de plusieurs châteaux poitevins, concédé par le roi Louis IX encore mineur et la reine-mère Blanche de Castille, à Hugues X de Lusignan, afin de le détacher de la cause des Anglais. Au cours de cette période, en février 1238 (Adar2 4998), un certain Samuel, de Baslou (ou de Besalu ?), juif, avait été retenu captif dans la tour maîtresse du château de Montreuil-Bonnin, comme en témoigne un graffiti repéré dans cette tour et transcrit, puis estampé, dès avant 1836. En 1242, Hugues de Lusignan se révolte contre son suzerain, soutenu dans son entreprise par le roi d'Angleterre Henri III. C'est la fameuse révolte des « grands féodaux ». Immédiatement, la famille capétienne réagit. Le jeune roi Louis IX dirige la campagne. Il arrive à Chinon le 28 avril, à Poitiers le 4 mai, avec une armée de 30 000 hommes. Le 9 mai, ils réussissent à s'emparer du château de Montreuil-Bonnin. Les forces capétiennes se dirigent ensuite vers le sud et battent les forces anglaises et poitevines à Taillebourg le 21 juillet 1242 puis le 23 juillet à Saintes. A la suite de cette campagne, une paix durable est conclue à Paris le 4 décembre 1259 (traité de Paris). Alphonse de Poitiers va créer l'atelier monétaire à Montreuil Bonnin vers 1247, pour y faire fabriquer des deniers poitevins qui portent l'inscription « PICTAVENSIS ». Alphonse mourut sans enfant en 1271. Le Poitou revient à la Couronne et Montreuil devient une forteresse royale. • L'atelier monétaire de Montreuil-Bonnin Le château de Montreuil-Bonnin revient à Alphonse de Poitiers, comte du Poitou, frère de Saint Louis après la bataille de Taillebourg. Les études les plus récentes indiquent que c'est en réalité lui qui va créer l'atelier monétaire vers 1247. Ainsi, lors de la confiscation du château en 1204 par Philippe Auguste, il n'est pas fait mention d'un atelier monétaire. Les archives d'Alphonse indiquent qu'il engage aussi de nombreux travaux pour remettre en état le château : sur le logis en 1242 et sur le donjon entre 1245 et 1248 puis en 1259. Pendant cette période, l'administration de la châtellenie est confiée à un prévôt dénommé Jean. La frappe est réalisée dans un atelier dont le maître est, soit nommé par le roi ou le comte, soit déclaré vainqueur d'une mise aux enchères de la charge. Aux termes d'un bail, le maître est tenu de fabriquer, dans les délais prescrits, une quantité spécifiée de métal, or, argent, ou cuivre, qu'il achète de ses deniers. Il verse le « seigneuriage » au comte ou au roi et garde pour lui comme bénéfice le « brassage », c'est-à-dire la différence entre le prix d'achat du métal et le coût de fabrication d'une part, et d'autre part le cours des espèces frappées. Les noms de quelques maîtres de l'atelier de Montreuil ainsi que certains baux d'exploitations ont été conservés jusqu'à aujourd'hui. Le personnel de l'atelier comprend : le tailleur, souvent un orfèvre, qui prépare les coins; les monnayeurs qui frappent les pièces au marteau; les ouvriers fondeurs, tailleurs et recuiseurs qui préparent les flans. Fournaise, soufflet, creusets, billots, marteaux ordinaires, coins, poinçons à graver, emporte-pièce et ciseaux constituent le matériel communément utilisé dans l'atelier. Les contrôleurs (gardes, essayeurs ou contregardes) représentent l'autorité royale ou comtale. La délivrance est donnée par le garde. Les ateliers n'ayant pas de marques distinctives, les seules monnaies attribuables exclusivement à l'atelier de Montreuil-Bonnin sont les deniers du Poitou de l'époque d'Alphonse. Louis IX demanda d'ailleurs à son frère l'interruption de la production monétaire locale, considérant cette production comme une contrefaçon dépréciée de la monnaie royale. En 1271, à la mort d'Alphonse de Poitiers sous le règne de Philippe III le Hardi, le Poitou et Montreuil-Bonnin sont réunis à la couronne de France. L'atelier monétaire demeura en activité et sous les règnes de Philippe IV le Bel et ses trois fils, Louis X le Hutin, Philippe V le Long et Charles IV le Bel, il est utilisé pour frapper la monnaie royale ; c'est même l'un des principaux ateliers du Royaume. En 1306, il est l'un des huit lieux de fabrication en France. Pour les années 1310 à 1312, la France tient la première place à l'échelle européenne pour le poids d'or et d'argent monnayé. 122 tonnes d'argent pur au total ont été monnayées en France dont une quinzaine à l'atelier de Montreuil-Bonnin : - Pour 1310, 2,6 tonnes d'argent pur sont traitées à Montreuil, seul Troyes en frappe davantage avec 3,3 tonnes. - Pour 1311, 6,2 tonnes sont frappées à Montreuil contre 8 tonnes pour Paris. - Pour 1312, Paris frappe 7 tonnes et Montreuil-Bonnin 6,4 tonnes. À partir de 1337, Philippe VI de Valois y fera même frapper des monnaies d'or qui comptent parmi les plus belles du monnayage médiéval. Ces monnaies sont frappées à la fois pour financer les actions militaires et pour rehausser le prestige royal. C'est aussi un moment où la rareté du métal argent ne permet d'émettre que des espèces médiocres dans ce métal. Parmi les comptes d'ateliers parvenus jusqu'à nous figurent ceux du règne de Philippe VI. Ils nous renseignent sur les derniers maîtres de l'atelier et sur la production de monnaies entre le 1er mars 1337 et le 22 février 1346. On constate aussi des périodes de chômage par défaut de billon d'or. Les comptes de l'atelier précisent aussi le prix d'achat du métal, la taille des pièces au marc de Paris, qui renseigne sur leur poids, et le cours rapporté en sol tournois. Ainsi, de 1337 à 1346, ce sont plus de 500 000 pièces d'or qui ont été frappées dans l'atelier de Montreuil-Bonnin : 336 000 écus, 62 800 lions, 62 000 pavillons, 10 000 couronnes, 11 000 doubles royaux et 69 000 anges. Le monnayage était strictement surveillé par des juges « maistres des monnaies » de deux à quatre pour chaque émission. Ils vérifiaient la valeur de l'alliage et le poids des pièces déposées dans des boites témoins, ainsi que les émoluments des maîtres de l'atelier, en tenant compte des dépenses supportées par ces derniers pour l'achat et l'entretien de la matière première, des coins ou « fers », des creusets ou « croiseux », du bois ou « buch », du charbon, des fourneaux à soufflet ou « foudre ». Du règne de Philippe III à celui de Philippe VI, le château de Montreuil-Bonnin constitue ainsi l'un des principaux points forts de la présence militaire royale dans la région. Le roi est représenté sur place par un prévôt qui exerce en son nom les droits de justice de finance et de police. Forteresse majeure pour la couronne, on y prépare la venue de Philippe le Bel et de la Reine à la fin du XIIIe siècle. À cette occasion, entre 1290 et 1294, de nombreux travaux sont réalisés sur le logis, la chapelle, le donjon, les ponts, les halles et le moulin. Au total l'atelier monétaire de Montreuil-Bonnin aura été actif de 100 à 170 ans, selon la date de création retenue. Les données dont on dispose sur les quantités de monnaie émises indiquent un atelier de grande importance. • La Guerre de Cent ans Pendant la Guerre de Cent Ans, le Poitou sera le théâtre de luttes sanglantes, d'autant plus que les Anglais cherchent à reprendre le contrôle de leurs anciennes possessions. Le château de Montreuil-Bonnin sera assiégé six fois entre 1346 et 1375. Après avoir dévasté Poitiers en octobre 1346, le comte de Derby et de Lancastre, lieutenant d'Edouard III, s'empare de Montreuil-Bonnin et incendie le château. L'atelier monétaire est pillé, les monnayeurs tués, une garnison anglaise installée au château. L'atelier monétaire ne se relèvera jamais de cette fin sanglante. En 1347, Guillaume de Vouvray capitaine de la châtellenie de Montreuil-Bonnin, défend la forteresse contre les Anglais. En 1351, alors que Guichard d'Ars est sénéchal du Poitou, le château de Montreuil-Bonnin est aux mains des Français. Après les batailles de Nouaillé et de Maupertuis et le traité de Brétigny, signé en 1360 entre Jean II le Bon et Edouard III d'Angleterre, les Anglais reprennent possession du Poitou. Dans ce cadre, le château est cédé en septembre 1361 à Jean Chandos, commissaire du roi d'Angleterre. À Noël 1369, alors que Simon de Burleigh est à la tête de la forteresse, Jean de Bueil et ses hommes défont la garnison anglaise de Montreuil-Bonnin. Néanmoins, cette attaque subite laisse la forteresse aux mains des Anglais. Le Poitou retourna à la France en 1370 par la confiscation prononcée contre le prince de Galles, à qui son père Edouard III avait donné l'Aquitaine, à cause de son refus de comparaître devant la cour des pairs de France. Du Guesclin, connétable de France, fut chargé d'expulser les Anglais du Poitou. En 1371, il prit, temporairement semble-t-il, la forteresse de Montreuil-Bonnin avant de la reprendre, définitivement cette fois, au début de 1375. Le roi lui en fit don en récompense de ses victoires. En 1372, Charles V donna le Poitou, dont la terre de Montreuil-Bonnin était alors séparée, en apanage à Jean duc de Berry son frère. Celui-ci racheta, le 1er décembre 1377, la terre de Montreuil-Bonnin à du Guesclin en moyennant 25 000 écus d'or. À la mort de Jean en 1416, le Poitou fit retour à la couronne de France. Il fut de nouveau constitué en apanage avec le Berry par lettres patentes du roi Charles VI de cette même année 1416, d'abord à Jean l'un de ses fils qui mourut jeune et ensuite en 1417, à un autre de ses fils le Dauphin Charles devenu le roi Charles VII en 1422. En mai 1423, Charles VII aliène le château et la châtellenie au profit de Laurent Vernon, écuyer du royaume d'Ecosse, en échange de John Beaufort comte de Somerset, arrière-petit-fils d'Edward III et cousin germain d'Henri V roi d'Angleterre, que Laurent Vernon avait capturé à la bataille de Baugé en 1421. Le roi de France voulait échanger Somerset contre Charles d'Artois, comte d'Eu, que les Anglais détenaient depuis la bataille d'Azincourt en 1415. La Châtellenie, terres et seigneurie de Montreuil-Bonnin furent ainsi cédés à perpétuité à l'Ecossais pour lui tenir lieu d'une partie de la rançon du comte de Somerset. La rançon du comte de Somerset avait été fixée par Laurent Vernon à 40 000 écus d'or et Montreuil-Bonnin lui était abandonné pour 15 000 écus. Cette aliénation fut confirmée par lettres datées d'Amboise en novembre 1441. Tout au long de l'Ancien Régime, cette aliénation d'un bien de la couronne, par définition inaliénable sauf dans des circonstances très particulières qui ne correspondent pas à la cession faite à Laurent Vernon, fit l'objet de nombreuses contestations auxquelles a répondues une succession de lettres patentes en 1483, 1532, 1543, 1583, 1612, 1657 et 1763 qui sont venues confirmer la concession de la terre de Montreuil aux Vernon et à leurs descendants. • Les Vernon Les Vernon cherchent à asseoir leur autorité seigneuriale au prix de nombreux démêlés avec les habitants et propriétaires des terres avoisinantes. Ainsi, en 1444, Laurent Vernon s'oppose à tous ceux qui avaient bâti des places fortes dans sa châtellenie. Son fils Jacques s'en prend quelques années plus tard aux habitants de Vouillé pour les obliger à venir faire le guet et les corvées au château. Jacques Vernon, qui fut Chambellan du roi, transmet à sa mort en 1481 un important domaine composé de neuf paroisses : La Chapelle Montreuil, Béruges, Benassais, Vasles, Vausseroux, Ayron, Chiré en Montreuil, Latillé et Vouillé. Son fils ainé ayant été tué accidentellement d'un coup d'arbalète, c'est son deuxième fils Jean qui hérite du fief. En 1491, le Sénéchal du Poitou intervient au profit des moines de Sainte Radegonde après un vol commis par les hommes d'armes de Jean Vernon. En 1492, Jean interdit de fortifier le bourg de Vouillé, malgré une autorisation royale. Jean décède prématurément et son frère Raoul rend hommage comme seigneur de Montreuil en 1494. En 1514, Raoul Vernon devient grand Fauconnier de France. • La Réforme Arthuse Vernon, arrière-petite-fille de Laurent et fille de Raoul Vernon et d'Anne Gouffier , épouse Charles de Téligny, commandant de la cavalerie royale d'Henri II et compagnon d'armes de l'Amiral de Coligny. Leur fils Charles, que l'on retrouve dans le parti Huguenot dès 1567, épousera le 27 mai 1571 Louise, la fille de l'Amiral de Coligny. La fille d'Arthuse et de Charles de Téligny épousera quant à elle François de la Noue, fameux chef huguenot d'origine bretonne. Le château de Montreuil-Bonnin restera dans les mains de leurs descendants jusqu'à la veille de la Révolution. François de La Noue est surnommé « Bras-de-Fer », en raison de la prothèse qu'il se fait confectionner, après avoir perdu un bras au cours d'un combat malheureux à Fontenay en 1570. Gratifié aussi du surnom flatteur de « Bayard huguenot », il reste l'une des belles figures héroïques d'une famille qui s'est illustrée pendant près d'un siècle dans les combats guerriers, mais aussi dans les négociations diplomatiques, les écrits philosophiques et politiques et la poésie. Il est notamment l'auteur des « Discours politiques et Militaires ». Il combat la Ligue catholique avec Henri IV à Arques en septembre 1589 et à Ivry, la bataille du « panache blanc », en février 1590. Il meurt à Moncontour, des suites d'une blessure à la tête reçue au siège de Lamballe en 1591. Le roi Henri IV disait de lui : « C'est un grand homme de guerre et un plus grand homme de bien ». Pour Brantôme, c'était « le plus grand capitaine que nous eussions aujourd'hui en France ». Pendant cette période confuse, le château de Montreuil-Bonnin devient un point d'appui des huguenots aux portes de Poitiers. L'Église réformée de Montreuil semble être l'une des plus importantes de la région. Durant le siège de Poitiers par les protestants en 1569, Montreuil-Bonnin sera même le quartier général des assiégeants. En janvier 1575, l'armée royale est dominée par le clan catholique des Guise-Lorraine et placée sous le commandement de Louis II de Bourbon, duc de Montpensier. Elle campe devant Montreuil-Bonnin, où sont retranchés les protestants. La forteresse passe ensuite aux mains des ligueurs; les huguenots l'investissent à nouveau en juillet 1592. Henri IV séjournera à Montreuil-Bonnin dans la nuit du 30 mars au 1er avril 1582. La reine-mère, Catherine de Médicis et sa fille, Margueritte de Valois, la fameuse Reine Margot, première épouse d'Henri IV, passèrent la journée du 1er et du 2 avril à Montreuil-Bonnin avant de partir le 3 au matin vers Châtellerault. En 1593, les ligueurs de Poitiers se sont emparés des places protestantes autour de cette ville et Jean de Chourses, comte de Malicorne gouverneur du Poitou au nom du roi Henri IV, vient assiéger Montreuil-Bonnin afin de mater la révolte. Ce dernier fait mettre en batterie quatre canons sans doute face au front ouest, le plus proche de la « grosse tour » et monté sur un socle rocheux, pour faire brèche dans les murailles. La brèche faite, les assiégeants gravirent le rocher par échelade, sans être atteints par les deux fauconneaux des défenseurs, placés derrière le parapet de la galerie (chemin de ronde de la muraille). Les défenseurs, La Piérière et La Paupane, ainsi que vingt-deux soldats sont pendus « lesquels essaient si leur col pourrait par force emporter un créneau » nous dit un « plaisant » chroniqueur. Depuis cette époque, au tiers de la hauteur de la tour ouest du châtelet d'entrée, un boulet métallique a été encastré dans le mur, en dessous duquel ont été gravés quelques mots latins rappelant le souvenir de la Ligue: « VLTIMA : RATIO : REGVM : 1593 ». Au total, du fait de l'intérêt militaire de la place, on prétend que pendant les troubles religieux, le château sera pris et brûlé jusqu'à trois fois. La forteresse a subi de graves détériorations pendant toute cette période. En 1594, Odet de la Noue, le fils de François, demeure le seigneur de Montreuil. À la fin des guerres de Religion, il participe activement à la négociation de l'édit de Nantes. Lui-même et son père sont d'ailleurs les bénéficiaires de l'article 56 des « articles particuliers et secrets » du célèbre édit. Odet de La Noue participe aux États généraux de 1614. Sous la régence de Marie de Médicis, il se joint au mouvement de mécontentement des huguenots. Son fils Claude participera aux révoltes huguenotes entre 1621 et 1629. Montreuil-Bonnin voit à cette époque le passage du poète Agrippa d'Aubigné Au début du XVIIe siècle, Claude de la Noue, le fils d'Odet continue d'assurer la protection de l'Église réformée de Montreuil qui perdurera jusqu'à sa mort. Contrairement à beaucoup de châteaux moyenâgeux endommagés pendant les Guerres de Religion, la forteresse de Montreuil-Bonnin est restaurée et les murailles ouest sont même remontées. • Du XVIIe siècle à la révolution En 1646, Marie de la Noue la fille de Claude et de Dame Marie Modeste de Saint Georges de Vérac épouse Léonor Antoine de Saint Simon marquis de Courtomer. C'est à cette occasion, semble-t-il que le logis est agrandi avec l'adjonction d'une aile en retour. Le château passe donc par mariage aux mains de cette famille qui le possédera jusqu'à la fin du XVIIIe siècle. Madame de Saint-Rémy veuve de Guy Antoine, marquis de Courtomer et comte de Montreuil mort en 1738, défendit avec courage les droits de ses enfants mineurs concernant la châtellenie de Montreuil-Bonnin. Malgré plusieurs lettres de confirmation de propriété accordées à Laurent Vernon et à ses successeurs, les agents du domaine s'acharnaient toujours à la revendiquer. Ainsi, en 1740, la châtellenie avait été saisie faute d'hommage. Elle obtint, par arrêt du conseil d'État, souffrance et délai, jusqu'à ce que son fils aîné ait atteint l'âge de majorité féodale pour faire hommage au roi. Quatre ans plus tard, l'intendant de Poitiers fit de nouveau saisir et vendre ce domaine, et Madeleine de Saint-Rémy, s'opposant à cette spoliation, conserva encore une fois l'héritage de ses enfants dans son intégrité. L'arrêt fut enregistré au greffe de Poitiers le 19 janvier 1746. Le 25 juillet 1774, une fois sa majorité acquise, et pour éviter des nouvelles réclamations, Antoine Léon Pierre marquis de Courtomer, le petit-fils de Madeleine de Saint-Rémy vend la terre de Montreuil-Bonnin à un certain Jean-Eli Forien, écuyer seigneur de la Rochenard et du palais de Croutelle, conseiller du roi et receveur des tailles à Poitiers et à Parthenay. Le marquis de Courtomer reçut en payement une somme de 203 600 livres, qu'il s'engageait à restituer dans le cas où son acquéreur serait troublé par le fait du roi ou ses ayant-droit. Forien fait finalement banqueroute et ses créanciers mettent en vente le domaine en 1781. Il existe une affiche imprimée à cette époque pour annoncer la vente des biens du sieur Forien. Cette affiche décrit précisément le domaine et le château de Montreuil-Bonnin. Le texte de cette affiche est reproduit à la fin de ce document. Mais alors, le comte d'Artois, à qui le Poitou avait été donné en apanage par le roi Louis XVI, introduisit contre les créanciers une demande en retrait de Montreuil-Bonnin qu'il prétendait être d'origine domaniale. Le marquis de Courtomer fut appelé par les créanciers à leur garantie. Les créanciers et le marquis de Courtomer firent plaider que Montreuil-Bonnin n'avait jamais fait partie du domaine de la couronne que c'était un bien patrimonial déclaré tel par un arrêt du conseil de 1763 et non soumis par conséquent au retrait. De la part du prince on disait au contraire que Montreuil-Bonnin appartenant à la couronne de France avant l'avènement de Charles VII au trône et n'avait pu être valablement ou au moins incommutablement aliéné par lui. Toutefois le comte d'Artois déclarait qu'en considération des services du marquis de Courtomer et pour le soustraire aux effets de l'action en garantie, il consentait à rembourser au sieur Forien ou à ses créanciers les 203 600 livres que le marquis de Courtomer en avait reçues au lieu de 33 000 livres représentant les 15 000 écus d'or qui avaient été le prix de la concession faite à Laurent Vernon. Ces offres ayant été acceptées par les créanciers, un arrêt fut rendu par le parlement de Paris à la date du 26 juin 1784, arrêt qui sous le bénéfice de ces offres ordonna la remise au comte d'Artois de la terre de Montreuil-Bonnin. La relation de ce procès, qui fit sensation à l'époque – on dit que le roi de Suède a assisté en personne à certaines délibérations, se trouve dans la Gazette des tribunaux année 1784 et dans les affiches du Poitou de la même année. Après l'émigration du comte d'Artois en 1789, l'Etat se saisit de ses biens. Une partie de la terre de Montreuil-Bonnin fut vendue par le district de Lusignan au début de juillet 1795, le 29 Messidor an III. Le domaine fut racheté par un certain Claude Marie Bonnefond. Le château fut alors en partie ruiné et utilisé comme carrière. Les charpentes et les couvertures furent démantelées, les murs dépouillés de leur revêtement, les créneaux des tours renversés, la partie la plus vaste et la plus ancienne du logis fut abattue. Le surplus consistant en 6I0 hectares de bois fut mis sous séquestre puis finalement restitué au prince en 1815 en vertu de la loi de décembre 1814 sur les biens des émigrés, mais le château ne lui appartient plus. L'État en opérant cette restitution fit néanmoins réserve des droits qui pourraient lui appartenir en vertu du caractère domanial des bois. En 1819 le comte d'Artois fit donation au duc de Berry, son fils, de la nue-propriété de tous ses biens parmi lesquels figuraient ces 610 hectares de bois. La loi du 10 avril 1832 qui bannit à perpétuité du sol français les membres de la branche ainée de la maison de Bourbon les obligea à vendre dans le délai d'un an tous les biens qu'ils possédaient en France, dont les bois de Montreuil-Bonnin. En 1839, l'État, usant du même argument que le comte d'Artois avant la Révolution, fit valoir que, ces terres étant domaniales, l'équivalent d'un quart de la valeur de la vente devait lui être versé pour « libérer » ces terres de la contrainte domaniale. En 1842, la cour d'appel de Poitiers déboute l'État de ses prétentions et met un terme à la question de la domanialité de la châtellenie de Montreuil-Bonnin. • L'époque contemporaine Sauvé de la ruine complète en 1836 par Monsieur Félix Dupuis-Vaillant, qui sera maire de Montreuil-Bonnin de 1852 à 1860, la forteresse est classée au titre des monuments historiques dès 1840. Elle figure dans la première liste dressée par Mérimée à cette époque. En 1862, le château est acheté par monsieur Pierre Ernest Chénier marié à Néomadie Elisa Brunet, aïeuls des propriétaires actuels. À son décès en 1885, il laisse le domaine à sa fille Marie-Louise qui a épousé en 1875 Alexandre Maurice Méreau. Madame Méreau le transmettra à son tour à ses filles Marthe et Renée. Marthe, mariée à monsieur Georges Hacault a eu quatre fils, Maurice, Jean mort pour la France en Algérie, Pierre mort pour la France pendant la guerre de 40, dont le nom figure sur le monument aux morts du village de Montreuil-Bonnin, et André mort jeune dans un accident d'automobile. Madame Hacault transmettra le domaine à son fils Maurice qui sera maire de Montreuil jusqu'en 1966. On doit à Maurice Hacault la dernière grande campagne de restauration du château : les remparts sont délierrés et renforcés, la tour sud-est est consolidée, le châtelet d'entrée est protégé par une terrasse en béton et les communs qui l'enserrent de part et d'autre sont détruits, le toit du logis Renaissance est surélevé et un jardin à la française est créé dans la partie est du plateau de la forteresse. Monsieur et madame Maurice Hacault, qui n'ont pas d'enfants, vont adopter leurs nièces, Michèle et Chantal Hacault filles de Jean frère de Maurice. Au décès de Madame Maurice Hacault en 1980, sa fille Michèle et son mari Yves de Beaucorps vont entretenir le château pendant plus de trente ans avant de le transmettre en 2012 à leur fille Isabelle Dupont. • Lawrence d'Arabie à Montreuil-Bonnin En 1908, alors qu'il était étudiant à Oxford, T.E. Lawrence prépare un mémoire sur les châteaux des croisés. Dans ce cadre, il parcourt la France à la recherche de vestiges de l'architecture militaire médiévale. Son mémoire « Crusader castles » fait référence à vingt-sept châteaux dont Montreuil-Bonnin qui se voit gratifier de cinq lignes de commentaires – rang tout à fait honorable dans l'ensemble. Selon Lawrence, le donjon est dû à Richard Cœur de Lion et date « presque certainement » d'avant le départ du roi pour la troisième croisade en juillet 1190. Sont également mentionnées la position indépendante et excentrée du donjon circulaire dans la cour, son entrée percée à trente pieds au-dessus du sol et son escalier intérieur qui n'est pas en vis. Dans une lettre à sa mère datée d'août 1908, l'étudiant reste perplexe devant l'inscription jamais traduite selon lui – alors qu'elle l'a déjà été plusieurs fois au XIXe siècle par l'abbé Cousseau, et messieurs de Longuemar et Schwab. « engraved, I think, in arabic characters », erreur impensable pour le futur Lawrence d'Arabie ! Portail de la Vienne Portail des monuments historiques français Portail des châteaux de France Trouve plus

Château de Montreuil-en-Touraine: Le château de Montreuil-en-Touraine est un château situé à Montreuil-en-Touraine, dans le département français d'Indre-et-Loire. Le château actuel est construit à partir du XVe siècle. Ses façades et les deux cheminées intérieures sont inscrites aux monuments historiques par arrêté du 15 octobre 1974 mais le corps de logis, en mauvais état, a perdu sa toiture et sa charpente pendant l'hiver 1980-1981. Trouve plus

Château de Montreuil-l'Argillé: Le Château de Montreuil-l'Argillé désigne un ancien château à motte situé sur la commune de Montreuil-l'Argillé, dans le département de l'Eure, région Normandie. Trouve plus

Château de Montreuil-le-Henri: Le château de Montreuil-le-Henri est un édifice situé sur le territoire de la commune de Montreuil-le-Henri, en France. Trouve plus

Château de Montrevel: Le château de Montrevel est un château situé dans la vallée de l'Hien, à l'entrée de la commune de Montrevel, dans le département de l'Isère en région Auvergne-Rhône-Alpes. Cette ancienne maison forte des XVIe et XVIIe siècles, également connue sous le nom de « château du moulin », est inscrite partiellement au titre des monuments historiques par arrêté du 6 octobre 1977. Trouve plus

Chateau de Montribloud: Trouve plus

Château de montribloud: Trouve plus

Chateau de Montrichard: Trouve plus

Château de montrichard: Trouve plus

Château de Montricoux: Le château de Montricoux est situé à l'entrée des gorges de l'Aveyron entre Nègrepelisse et Bruniquel et sur les anciennes routes (route nationale 658 et route nationale 664) entre Caussade et Saint-Antonin-Noble-Val sur la commune de Montricoux dans le département de Tarn-et-Garonne. Trouve plus

Château de Montrifaud: Le château de Montrifaud est situé sur la commune d'Issy-l'Évêque en Saône-et-Loire. Trouve plus

Château de Montriou: Le château de Montriou est un château situé à Feneu, en France. Trouve plus

Château de Montrognon: Le château de Montrognon (Montronhon en occitan, latinisé au Moyen Âge en Mons Rugosus) est un château médiéval du XIIe siècle aujourd'hui en ruines situé sur la commune de Ceyrat une commune française, dans le département du Puy-de-Dôme et la région Auvergne-Rhône-Alpes. Trouve plus

Chateau de Montrond: Trouve plus

Château de montrond: Trouve plus

Château de Montrond (Montrond-le-Château): Le château de Montrond est un ancien château fort ruiné situé sur la commune de Montrond-le-Château dans le département du Doubs et la région Bourgogne-Franche-Comté. Trouve plus

Château de Montrond (Montrond-les-Bains): Le château de Montrond est situé dans la commune de Montrond-les-Bains, dans le département de la Loire. Les vestiges du château ont été inscrits au titre des monuments historiques le 13 mars 1934 puis l'ensemble du site (le château et ses abords) a été inscrit le 22 février 1946. Comme cela a été le cas également pour d'autres châteaux féodaux du département de la Loire dont il ne subsistait que des ruines, tels celui de Rochetaillée (Loire) ou encore celui d'Essalois à Chambles, le château de Montrond-les-Bains a été remonté en partie. Depuis 1977, le château abrite un musée postal et, depuis quelques années[Quand ?], une fête médiévale est organisée sur le site au mois d'août des années impaires, pilotée par l'association des Amis du château de Montrond-les-Bains, gestionnaire des lieux. Trouve plus

Château de Montrond (Saint-Amand-Montrond): Le château de Montrond, sur la commune de Saint-Amand-Montrond dans le Cher, a été construit au XIIIe siècle (première trace en 1225) par Renaud de Montfaucon. Trouve plus

Chateau de Montrottier: Trouve plus

Château de montrottier: Trouve plus

Château de Montrozier: Le château de Montrozier est un château situé à Montrozier, en France. Trouve plus

Château de Montry: Le château de Montry ou Domaine des Hautes Maisons est un château du XVIe siècle situé dans la commune de Montry dans le département français de Seine-et-Marne. Trouve plus

Château de Monts: Le château de Monts est une demeure du XVIIIe siècle du département du Calvados, inscrite au titre des Monuments historiques en 2010. C'est un édifice typique des constructions émanant de la petite ou moyenne noblesse de Normandie au XVIIIe siècle. Trouve plus

Château de Montsabert: Le château de Montsabert est un monument du XIVe siècle, situé en Anjou, sur le territoire de la commune de Coutures dans le département de Maine-et-Loire, au sud de la Loire entre Angers et Saumur. Trouve plus

Château de Mont-Saint-Martin: Le château de Mont-Saint-Martin est un château situé à Mont-Saint-Martin, en France. Trouve plus

Chateau de Montsegur: Trouve plus

Château de montségur: Trouve plus

Château de Montseveny: Le château de Montseveny est un château situé à Prades, en France. Trouve plus

Chateau de Montsoreau: Trouve plus

Château de montsoreau: Trouve plus

Château de Montsoreau - musée d'Art contemporain: Le château de Montsoreau – musée d'Art contemporain est un musée privé d'art contemporain créé par le collectionneur français Philippe Méaille, situé dans le val de Loire à Montsoreau. Installé dans le château de Montsoreau à la suite d'un accord signé avec le conseil départemental de Maine-et-Loire, il a été inauguré le 8 avril 2016. La collection du musée représente le plus important fonds mondial d'œuvres du collectif d'artistes conceptuels britanniques Art et Language. Assemblée depuis le début des années 1990, la collection Philippe Méaille est parfois prêtée à des institutions ; elle était jusqu'en 2017 en partie exposée au musée d'Art contemporain de Barcelone (MACBA). La collection permanente est installée dans le château construit aux XVe et XVIe siècles et accueille des œuvres comme le manuscrit du livret de l'opéra Victorine ou les installations Mirror Piece et Air-Conditioning Show. Le musée a également une programmation annuelle d'expositions temporaires d'art contemporain et d'événements. Trouve plus

Château de Montsoreau-Musée d'art contemporain: Trouve plus

Château de Montsûrs: Le château de Montsûrs était un château situé à Montsûrs. Il reste deux tours du château où naquit André de Lohéac, compagnon de Jeanne d'Arc. Le château était situé sur des escarpements naturels renforcés par de profondes douves alimentées par la Jouanne et le Vesnard. La ville de Montsûrs était une des dix châtellenies du comté de Laval. On voit par les ruines qui existaient encore au XIXe siècle que ce château pouvait avoir de 12 à 1 500 mètres de circuit. Il était flanqué de plusieurs tours avec bastions, et avait un pont-levis et des fossés larges et très-profonds. La tour Renaise dite « le Paradis aux Biques » fait l'objet d'une inscription au titre des Monuments historiques depuis le 9 juin 1925. En 1374, Bertrand du Guesclin se marie avec Jeanne de Laval. Le château de Montsûrs est dès lors sa demeure, et il y réside dans les périodes hors-guerre. Il y traitera du mariage de sa nièce Marie d'Orange, avec Jean, vicomte de Vendôme. Trouve plus

Château de Montureux-lès-Gray: Le château de Montureux-lès-Gray est un château situé à Montureux-et-Prantigny, en France. Trouve plus

Chateau de Montvaillant: Trouve plus

Château de Montvaillant: Le château de Montvaillant est situé sur la commune de Clermain en Saône-et-Loire, sur une terrasse dominant la Grosne. Trouve plus

Château de Montveran: Trouve plus

Château de Montvéran: Le château de Montvéran est une ancienne maison forte, du XVe siècle restaurée au XIXe siècle, centre de la seigneurie de Montvéran, qui se dresse sur la commune de Culoz dans le département de l'Ain en région Auvergne-Rhône-Alpes. Le château aurait pu être bâti par Pierre de Luyrieux en 1316. Le château fait l'objet d'une inscription au titre des monuments historiques par arrêté du 20 septembre 1946. Trouve plus

Château de Montvert: Le château de Montvert est un château situé sur la commune française de Saint-Seurin-de-Prats, dans le département de la Dordogne. Il constitue un ensemble emblématique et homogène de l'architecture périgourdine traditionnelle. Trouve plus

Château de Montvillargène: Trouve plus

Château de Montvillargenne: Le château de Montvillargenne est situé à Gouvieux à proximité de Chantilly, dans l'Oise, en région Hauts-de-France. Trouve plus

Château de Montvillers: Le château de Montvillers est un château français de style néoclassique situé dans la commune de Bazeilles dans le département des Ardennes et la région Grand Est. Il a été construit en 1770 pour Jean Abraham André Poupart de Neuflize, drapier à Sedan par l'architecte du Roi Claude Jean-Baptiste Jallier de Savault, élève de Jacques-Germain Soufflot et collaborateur d'Ange-Jacques Gabriel, Premier architecte du Roi. Trouve plus

Château de Montvuagnard: Le château de Montvuagnard, est une ancienne maison forte dont il ne subsiste que de très rares vestige, qui se dressait sur la commune d'Alby-sur-Chéran une commune française, dans le département de Haute-Savoie et la région Auvergne-Rhône-Alpes. Il est l'un des sept châteaux, avec Châteauvieux, Le Donjon, Montconon, Montdésir, Montpon et Pierrecharve, qui assuraient la défense d'Alby. Trouve plus

Château de Monvillargène: Trouve plus

Chateau de Monzon: Trouve plus

Château de monzón: Trouve plus

Château de Morains: Le Château de Morains est un château situé à Saumur, en France. Trouve plus

Château de Morainville: Le château de Morainville se situe sur la commune du Mesnil-sur-Blangy dans le département français du Calvados. Trouve plus

Chateau de Morat: Trouve plus

Château de morat: Trouve plus

Château de Morchêne: Le château de Morchêne est un château situé à Saint-Cyr-en-Val dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire. Trouve plus

Château de Morcoux: Le château du Magny est situé sur la commune de Thil-sur-Arroux en Saône-et-Loire, dans la région Bourgogne-Franche-Comté. Trouve plus

Château de Moré: Le château de Moré se situe sur la commune de Morcenx, dans le département Français des Landes. Trouve plus

Château de Morella: Le château de Morella est un château situé à Morella dans la province de Castellón en Espagne. Trouve plus

Château de Morey: Le château de Morey est un château-fort situé à Morey, ancien village situé sur une côte du Grand Couronné et dominant la vallée de la Natagne. Morey est désormais un hameau de Belleau, en Meurthe-et-Moselle. Trouve plus

Château de Morges: Le château de Morges est un château de Suisse, situé sur le territoire de la commune vaudoise de Morges. Il abrite actuellement plusieurs parcours permanents et expositions temporaires, sous la dénomination du Château de Morges & ses Musées. Le château, classé monument historique, ainsi que ses collections d'histoire militaire, sont inscrits comme biens culturels suisses d'importance nationale,. Trouve plus

Chateau de morialmé: Trouve plus

Château de Morialmé: Le château de Morialmé est un château située dans le village belge de Morialmé (Région wallonne) faisant partie de l'entité de Florennes. Trouve plus

Château de Morigny: Le château de Morigny est un édifice situé sur le territoire de la commune de Morigny-Champigny dans le département français de l'Essonne. Trouve plus

Château de Morimont: Trouve plus

Château de Morioka: Le château de Morioka (盛岡城, Morioka-jō) se trouve dans la ville de Morioka, préfecture d'Iwate au Japon. Il fait partie de la liste des cent châteaux japonais remarquables établie par le gouvernement. C'était le lieu de résidence de la famille Nanbu du han de Morioka. Le château est aussi appelé généralement château de Kozukata (不来方城, Kozukata-jō), mais, à strictement parler, ce nom désigne un autre château. Trouve plus

Château de Moritzburg: Le château de Moritzburg (Jagdschloss Moritzburg) est l'un des châteaux les plus imposants de Saxe. Il se trouve à Moritzburg, près de Dresde et a été construit par le roi Auguste le Fort. Le château possède quatre tours rondes et est situé sur une île symétrique au milieu d'un lac artificiel. Il porte le nom du duc Moritz de Saxe, qui possédait un pavillon de chasse construit à cet endroit entre 1542 et 1546. Les forêts et lacs entourant le château constituaient un lieu de chasse privilégié pour les princes électeurs et rois de Saxe. Trouve plus

Château de Morlanne: Le château de Morlanne se situe dans la commune du même nom, dans le département français des Pyrénées-Atlantiques. Il s'agit d'un château fort édifié au XIVe siècle par l'architecte Sicard de Lordat à la demande de Gaston Fébus dans le cadre du système défensif du Béarn. Il est inscrit aux monuments historiques depuis le 18 février 1975,. Trouve plus

Chateau de Morlet: Trouve plus

Château de Morlet: Le château de Morlet est situé sur la commune de Morlet en Saône-et-Loire, au creux du vallon dans lequel s'étage le village. Il fait l'objet d'une inscription partielle au titre des monuments historiques depuis le 27 juin 1984 ; l'ensemble du parc et du château a été inscrit par arrêté du 17 juillet 2014. Trouve plus

Chateau de Mornay: Trouve plus

Château de mornay: Trouve plus

Château de Mornay (Bonnat): Le château de Mornay est situé à proximité du bourg de Bonnat en Creuse, région Nouvelle-Aquitaine, en France. Trouve plus

: undefined Trouve plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DW-TV, DWV, DWV Amsterdam, DX, DX (radio),

DW-TV: Trouve plus DWV: DWV peut faire référence à: Deformed wing virus (en français, virus des ailes déformées), un virus qui tou...