Rechercher dans ce blog

mercredi 3 février 2021

Championnat du monde de dames, Championnat du monde de dames 2015 (match), Championnat du monde de dames 2015 (tournoi), Championnat du monde de dames 2016, Championnat du monde de dames 2017,

Championnat du monde de dames: Les championnat du monde de Dames sont des compétitions de dames organisées depuis 1885 en ce qui concerne les dames internationales, la variante la plus pratiquée dans le monde. Certaines variantes nationales ou régionales font également l'objet de championnats du monde depuis plus ou moins longtemps. Trouve plus

Championnat du monde de dames 2015 (match): Le match pour le championnat du monde de dames 2015 s'est déroulé du 25 au 31 octobre 2015 à Izmir en Turquie en parallèle du championnat du monde de dames turques. Il a opposé le tenant du titre russe Alexander Georgiev à son challenger camerounais Jean Marc Ndjofang. Alexander Georgiev remporte le match 7-7-6-6 contre 7-5-4-12 et devient ainsi champion du monde. Trouve plus

Championnat du monde de dames 2015 (tournoi): Le tournoi du championnat du monde de dames 2015 s'est déroulé entre le 8 et le 24 novembre 2015 à Emmen, aux Pays-Bas. Vingt joueurs se sont affrontés dans un tournoi toutes rondes, remporté par Alexander Georgiev. Le premier prix était de 25 000 €. Trouve plus

Championnat du monde de dames 2016: Le match pour le championnat du monde de dames 2016 s'est déroulé du 3 au 16 décembre 2016 entre le deuxième de la Coupe du Monde, Jan Groenendijk et le troisième, Roel Boomstra. Normalement, le match aurait dû joué entre le champion en titre et le vice-champion, mais le défenseur du titre Alexander Georgiev s'est retiré, car après dix titres mondiaux il ne voyait plus aucun défi dans les dames. Boomstra a donc pris la place de Georgiev. Sur les douze matches réguliers, Roel Boomstra en a remporté quatre, soite à quoi il est devenu champion du monde à l'issue du dixième match. Trouve plus

Championnat du monde de dames 2017: Le championnat du monde de dames 2017 a été organisé du 1er au 16 octobre à Tallin (Estonie). 79 joueurs se sont affrontés durant la compétition, finalement remportée par Alexander Schwarzman. Trouve plus

Championnat du monde de demi-fond: Le Championnat du monde de demi-fond est le championnat du monde du demi-fond organisé annuellement par l'UCI dans le cadre des championnats du monde de cyclisme sur piste jusqu'en 1994. Trouve plus

Championnat du monde de dressage: Les championnats du monde de dressage délivrent tous les quatre ans, en alternance avec les Jeux olympiques un titre de champion du monde individuel et un titre de champion du monde par équipe nationale. Trouve plus

Championnat du monde de dtm 2006: Trouve plus

Championnat du monde de flag football de l'IFAF: Le Championnat du monde de flag football de l'IFAF est une compétition internationale de flag football organisée tous les deux ans. Cette épreuve se déroule sous l'égide de la fédération internationale de football américain, l'IFAF. L'édition 2006 s'est tenue en Corée du Sud à Daegu et a vu la victoire de la France chez les masculins et les féminines. Trouve plus

Championnat du monde de floorball: Le championnat du monde de floorball se tient tous les deux ans depuis 1996 pour les hommes, 1997 pour les femmes, 2001 pour les moins de 19 ans masculins et 2004 pour les féminins. Après avoir été pendant longtemps divisés, tout comme en hockey sur glace, en plusieurs divisions (A et B), les championnats du monde adultes n'en comportent désormais plus qu'une seule, tandis que les championnats du monde M19 continuent à se dérouler en 2 divisions. Les équipes doivent se qualifier par des tournois continentaux pour participer aux phases finales de championnat du monde. Trouve plus

Championnat du monde de floorball 2014: Le Championnat du monde de floorball 2014 est la 10e édition de cette compétition organisée par la Fédération internationale de floorball (IFF). En finale, les Suède ont remporté le titre face à l'Finlande en 3-2. La Suède est le pays qui aura organisé le plus souvent cette compétition avec trois organisations : 1996, 2006 et 2014. Trouve plus

Championnat du monde de football: Trouve plus

Championnat du monde de football de plage 1995: L'édition 1995 de la coupe du monde de football de plage est la 1re édition de la compétition qui se déroule sur la plage de Copacabana à Rio de Janeiro. Le Brésil remporte son premier titre. Trouve plus

Championnat du monde de football de plage 1996: L'édition 1996 de la coupe du monde de football de plage est la 2e édition de la compétition qui se déroule sur la plage de Copacabana à Rio de Janeiro. Le Brésil remporte son second titre. Trouve plus

Championnat du monde de football de plage 1997: L'édition 1997 de la coupe du monde de football de plage est la 3e édition de la compétition qui se déroule sur la plage de Copacabana à Rio de Janeiro. Le Brésil remporte son troisième titre. Trouve plus

Championnat du monde de football de plage 1998: L'édition 1998 de la coupe du monde de football de plage est la 4e édition de la compétition qui se déroule sur la plage de Copacabana à Rio de Janeiro. Le Brésil remporte son quatrième titre. Trouve plus

Championnat du monde de football de plage 1999: L'édition 1999 de la coupe du monde de football de plage est la 5e édition de la compétition qui se déroule sur la plage de Copacabana à Rio de Janeiro. Le Brésil remporte son cinquième titre. Trouve plus

Championnat du monde de football de plage 2000: L'édition 2000 de la coupe du monde de football de plage est la 6e édition de la compétition qui se déroule sur la marina da Glória à Rio de Janeiro. Le Brésil remporte son sixième titre. Trouve plus

Championnat du monde de football de plage 2001: L'édition 2001 de la coupe du monde de football de plage est la 7e édition de la compétition qui se déroule sur la Costa do Sauípe à Bahia. Le Portugal remporte son premier titre. Trouve plus

Championnat du monde de football de plage 2002: L'édition 2002 de la coupe du monde de football de plage est la 8e édition de la compétition qui se déroule conjointement à Vitória et Guarujá au Brésil. L'équipe du Brésil remporte son septième titre. Trouve plus

Championnat du monde de football de plage 2003: Le Championnat du monde de football de plage 2003 est la 9e édition de la coupe du monde de football de plage qui s'est déroulée sur la plage de Copacabana à Rio de Janeiro. L'équipe du Brésil remporte son huitième titre. Trouve plus

Championnat du monde de football de plage 2004: Le championnat du monde de football de plage 2004 est la dixième édition de la coupe du monde de football de plage. Le tournoi a lieu sur la plage de Copacabana, à Rio de Janeiro, au Brésil. Trouve plus

Championnat du monde de football non officiel: Le championnat du monde de football non officiel (en anglais : Unofficial Football World Championships ou UFWC) est un mode de calcul particulier déterminant un champion du monde de football en titre officieux, parmi les équipes nationales de football affiliées à la FIFA. Le tenant du titre est l'Italie depuis sa victoire 1 à 0 sur les Pays-Bas, le 7 septembre 2020. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1: Le championnat du monde de Formule 1 est un championnat de course automobile organisé par la Fédération internationale de l'automobile (FIA). Le titre de champion du monde des pilotes est attribué depuis la première édition en 1950. La Coupe des Constructeurs créée en 1958, devenue en 1982 le championnat du monde des constructeurs, revient à l'écurie ayant remporté le plus de points à l'issue de la saison. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 1950: Le championnat du monde de Formule 1 1950 est la première édition du championnat du monde de Formule 1. Marqué par la domination des Alfa Romeo, il a vu le sacre du vétéran italien Giuseppe Farina. Des sept circuits utilisés pour ce championnat inaugural, quatre figurent encore au calendrier soixante-dix ans plus tard : Silverstone, Monaco, Spa-Francorchamps et Monza. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 1951: Le championnat du monde de Formule 1 1951 a été remporté par l'Argentin Juan Manuel Fangio sur Alfa Romeo. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 1952: Le championnat du monde des conducteurs 1952 a été remporté par l'Italien Alberto Ascari sur Ferrari. Il fut disputé sous la réglementation Formule 2 (moteurs 2 litres) en raison de la défection des principaux constructeurs de Formule 1 (retraits d'Alfa Romeo et de Talbot-Lago, fin du partenariat Simca-Gordini, échec du projet BRM). Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 1953: Le championnat du monde des conducteurs 1953 a été remporté pour la deuxième année consécutive par l'Italien Alberto Ascari sur Ferrari. Pour la seconde année consécutive, il fut disputé sous la réglementation Formule 2 (2 litres) en raison de la défection des constructeurs de Formule 1. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 1954: Le championnat du monde de Formule 1 1954 a été remporté par l'Argentin Juan Manuel Fangio au volant d'une Maserati puis d'une Mercedes. Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1955: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1956: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1957: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1958: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1959: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1960: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1961: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1962: Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 1963: Le championnat du monde de Formule 1 1963 a été remporté par le Britannique Jim Clark sur une Lotus-Climax. Lotus remporte le championnat du monde des constructeurs. Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1964: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1965: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1966: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1967: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1968: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1969: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1970: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1971: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1972: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1973: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1974: Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 1975: Le championnat du monde de Formule 1 1975 a été remporté par l'Autrichien Niki Lauda sur une Ferrari. Ferrari remporte le championnat du monde des constructeurs. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 1976: Le championnat du monde de Formule 1 1976 a été remporté par le Britannique James Hunt sur une McLaren-Ford. Ferrari remporte le championnat du monde des constructeurs. Niki Lauda, champion du monde en titre, domine la première partie de la saison au volant de sa Ferrari mais, le 1er août, sur le circuit du Nürburgring, il est victime d'un terrible accident ; il est extrait de sa monoplace gravement brûlé au visage et intoxiqué par les émanations d'essence. Seulement six semaines plus tard, il reprend le volant lors du Grand Prix d'Italie à Monza où il se classe quatrième. Il est toujours en tête du classement lors du dernier Grand Prix, sur le circuit du Mont-Fuji au Japon. Une grosse averse s'abat sur la piste et Lauda ne parcourt que deux tours de course avant de décider de rentrer au stand et d'abandonner. En parvenant à se classer troisième dans le dernier tour, James Hunt remporte le titre pour un point d'avance. Cet épisode de l'histoire de la Formule 1 est relaté dans le film Rush sorti en 2013. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 1977: Le championnat du monde de Formule 1 1977 a été remporté par l'Autrichien Niki Lauda sur une Ferrari. Ferrari remporte le championnat du monde des constructeurs. Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1978: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1979: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1980: Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 1981: Le championnat du monde de Formule 1 1981 a été remporté par le Brésilien Nelson Piquet sur une Brabham-Ford. Williams remporte le championnat du monde des constructeurs. Au départ du dernier Grand Prix de la saison, trois pilotes, Carlos Reuteman, Nelson Piquet et Jacques Laffite restent en lice pour le sacre. En marquant deux points quand Reuteman n'en marque pas et Laffite un seul, Piquet remporte le titre. Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1982: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1983: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1984: Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 1985: Le championnat du monde de Formule 1 1985 est remporté par le Français Alain Prost sur une McLaren-TAG. McLaren remporte le championnat du monde des constructeurs. Alain Prost prend d'entrée la tête du championnat en remportant le Grand Prix du Brésil au volant de sa McLaren MP4/2B à moteur TAG-Porsche. Elio de Angelis, sur Lotus, lui succède puis cède la place à Michele Alboreto, très en forme jusqu'à l'été avec sa Ferrari 156-85, au sein d'une écurie où René Arnoux a été limogé après la première course et remplacé par Stefan Johansson. Prost fait preuve de régularité en montant onze fois sur le podium. Il reprend la tête du classement après sa victoire au Grand Prix d'Autriche et sa deuxième place derrière son coéquipier Niki Lauda (dont c'est la vingt-cinquième et dernière victoire) au Grand Prix des Pays Bas, puis prend progressivement le large. Avec cinq victoires, il devient le premier champion du monde français de la discipline, dès le Grand Prix d'Europe à Brands Hatch, quatorzième des seize courses de la saison qu'il achève à la quatrième place. Prost est sacré avec vingt points d'avance sur Alboreto. McLaren conserve son titre des constructeurs, le troisième depuis 1974. Cette saison, deux pilotes obtiennent leurs premières victoires : Le Brésilien Ayrton Senna qui, au volant de sa Lotus sous la pluie d'Estoril relègue Alboreto à plus d'une minute et le reste du plateau à un tour. Il réalise également ses sept premières pole positions et obtient un second succès à Spa-Francorchamps. Le Britannique Nigel Mansell, à bord d'une Williams-Honda, remporte coup sur coup, à Brands Hatch et à Kyalami, ses premiers succès tandis que Niki Lauda met un terme définitif à sa carrière. Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1986: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1987: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1988: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1989: Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 1990: Le championnat du monde de Formule 1 1990 est remporté par le Brésilien Ayrton Senna sur une McLaren-Honda. McLaren remporte le championnat du monde des constructeurs. La rivalité au sommet entre Ayrton Senna et Alain Prost se poursuit bien qu'ils ne soient plus coéquipiers : le Français a rejoint Ferrari après son troisième titre mondial. Senna, qui part dix fois de la pole position, remporte six victoires et Prost s'impose cinq fois au volant de sa Ferrari 641. Lors du Grand Prix du Japon à Suzuka, avant-dernière course de la saison, ils se disputent à nouveau le titre. En tête du classement du championnat, Senna percute délibérément Prost dans le premier virage juste après le départ ; en provoquant un double abandon, il gagne son deuxième titre mondial. Ce geste était motivé d'une part par la colère de Senna qui estimait que la pole position d'où il s'élançait était placée du mauvais côté de la piste et également par la volonté de prendre sa revanche sur le pilote français après l'incident survenu sur le même circuit l'année précédente. Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1991: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1992: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1993: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1994: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1995: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1996: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1997: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 1998: Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 1999: Le championnat du monde de Formule 1 1999 est remporté par le Finlandais Mika Häkkinen sur une McLaren-Mercedes. Ferrari remporte le championnat du monde des constructeurs. Mika Häkkinen tente de conserver son titre à bord de sa McLaren MP4-14 à moteur Mercedes face aux deux pilotes Ferrari, Eddie Irvine qui remporte la course inaugurale à Melbourne, et Michael Schumacher. L'équipe constituée autour du pilote allemand par Jean Todt, avec l'ingénieur Ross Brawn aux manettes commence à donner sa pleine mesure. Mais, victime d'un tout droit à plus de 200 km/h dans le virage de Stowe lors du Grand Prix de Grande-Bretagne à Silverstone le 11 juillet, Schumacher doit observer trois mois de convalescence pour récupérer d'une fracture à la jambe droite. Il manque six Grands Prix avant de faire son retour en Malaisie ; le Finlandais Mika Salo assure son intérim. Häkkinen semble dès lors se diriger vers un nouveau sacre mais Irvine s'impose coup sur coup en Autriche et en Allemagne, puis en Malaisie : il arrive à Suzuka, pour le dernier Grand Prix de la saison, avec quatre points d'avance sur son rival. Häkkinen remporte ce Grand Prix du Japon, sa cinquième victoire de la saison ; Irvine se classant troisième, le Finlandais est sacré pour la deuxième fois consécutive, avec deux points d'avance. Ferrari remporte son neuvième titre des constructeurs, le premier depuis la saison 1983. Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 2000: Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 2001: Le championnat du monde de Formule 1 2001 est remporté par l'allemand Michael Schumacher sur Ferrari. Ferrari remporte également le championnat du monde des constructeurs. Michael Schumacher égale ou améliore plusieurs records au volant de sa Ferrari F2001. Il remporte neuf victoires et monte quatorze fois sur le podium. Il est sacré dès le treizième des dix-sept courses de la saison, au Grand Prix de Hongrie le 19 août, et marque 123 points. Il porte le record mondial de victoires à 53, détrônant Alain Prost. Il égale aussi le Français en remportant son quatrième titre mondial. Ferrari est champion du monde pour la onzième fois. Seules les McLaren-Mercedes de Mika Häkkinen et David Coulthard et les Williams-BMW de Ralf Schumacher et Juan Pablo Montoya rivalisent avec les Ferrari. Häkkinen remporte les deux derniers Grands Prix de sa carrière sur les circuits de Silverstone et d'Indianapolis. Coulthard gagne au Brésil et en Autriche. Ralf Schumacher obtient sa première victoire à Imola puis récidive devant son frère aîné à Montréal pour un podium inédit dans l'histoire de la Formule 1. Juan Pablo Montoya inaugure également son palmarès, à Monza. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 2002: Lors du Championnat du monde de Formule 1 2002 le duo Schumacher/Ferrari fait preuve d'une impressionnante domination : Michael Schumacher termine toutes les courses de la saison sur le podium. De plus, au volant de ses F2001 puis F2002, celui que l'on surnomme désormais le « Baron Rouge » établit plusieurs autres nouveaux records sur une saison : il s'impose onze fois, est sacré dès la onzième course, le 21 juillet au Grand Prix de France et marque 144 points. Il porte par ailleurs le record de victoires à 64. Cette marche triomphale est cependant entachée lorsque son coéquipier Rubens Barrichello est contraint de lui céder la victoire dans le dernier tour du Grand Prix d'Autriche. Schumacher égale Juan Manuel Fangio en gagnant son cinquième titre mondial, le troisième consécutif et devient le premier champion du monde à finir toutes les courses sur le podium et sans connaitre le moindre abandon . Ferrari, qui remporte son douzième titre des constructeurs sous la houlette de Jean Todt et du directeur technique Ross Brawn, ne laisse qu'une victoire à Ralf Schumacher à Sepang, et une autre à David Coulthard à Monaco. Rubens Barrichello pour sa part, participe au triomphe de l'écurie de Maranello en obtenant quatre victoires et en montant dix fois sur le podium. Avec un record de 221 points, Ferrari en marque autant que toutes les autres écuries réunies. Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 2003: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 2004: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 2005: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 2006: Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 2007: Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 2008: La saison 2008 de Formule 1, 59e édition du championnat du monde des pilotes, se déroule en 18 manches entre le 16 mars et le 2 novembre 2008. Le Britannique Lewis Hamilton (McLaren-Mercedes) remporte le championnat des pilotes et la Scuderia Ferrari le championnat des constructeurs. Auteur d'une solide saison au volant de sa McLaren MP4-23-Mercedes (sept pole positions, cinq victoires, dix podiums, quatorze fois dans les points), Lewis Hamilton est à nouveau en tête du championnat au départ de la manche finale au Brésil. Il ne possède toutefois que sept point d'avance sur son dernier rival pour le titre, Felipe Massa, pilote de la Ferrari F2008, qui doit obligatoirement l'emporter pour être sacré alors que le jeune Britannique n'a besoin que d'une cinquième place. Si Massa s'impose, sous la pluie et devant son public, le suspense dure jusqu'au dernier virage. L'ensemble de l'équipe Ferrari croit à son sacre, l'espace de 39 secondes : en effet, au moment où le Brésilien franchit la ligne d'arrivée, Hamilton est en sixième position. Dans la montée vers la ligne droite des stands, il prend le meilleur sur Timo Glock et récupère la cinquième place qui lui permet d'enlever le titre avec un point d'avance et de devenir, à 23 ans, 9 mois et 26 jours, le plus jeune champion du monde de l'histoire de la Formule 1. Massa et Kimi Räikkönen apportent à Ferrari son seizième titre chez les constructeurs. La saison est marquée par les premières et les seules victoires de Robert Kubica (sur BMW Sauber à Montréal) et d'Heikki Kovalainen (sur McLaren-Mercedes à Budapest). De son côté, Sebastian Vettel gagne le premier Grand Prix de sa carrière à Monza. Cette victoire est également la première de la Scuderia Toro Rosso. Vettel devient le plus jeune poleman et le plus jeune vainqueur d'un Grand Prix de Formule 1 à 21 ans et 73 jours. La discipline vit par ailleurs un nouveau scandale (révélé en 2009) avec le « Scandale du Grand Prix de Singapour », une sortie de piste volontaire de Nelson Angelo Piquet destinée à favoriser la victoire de Fernando Alonso, son coéquipier chez Renault, et qui entraînera la radiation à vie du directeur de l'écurie Flavio Briatore. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 2009: Le championnat du monde de Formule 1 2009 est la 60e édition du championnat du monde des pilotes. Organisé par la FIA, il s'est déroulé en dix-sept manches entre le 29 mars 2009 et le 1er novembre 2009. Il est remporté par le Britannique Jenson Button chez les pilotes et par son écurie, Brawn GP Formula One Team, chez les constructeurs. Honda Racing F1 Team se retire brutalement de la compétition à la fin 2008 alors même qu'un budget important a été consacré au développement de la monoplace destinée à disputer la saison 2009. Ross Brawn, directeur technique de Honda et plusieurs de ses collègues rachètent l'écurie et l'enregistrent au championnat sous le nom de Brawn GP Formula One Team avec comme pilotes Jenson Button et Rubens Barrichello et un moteur Mercedes. La BGP 001 (qui devait initialement s'appeler Honda RA109), dotée de plusieurs solutions techniques innovantes dont un double diffuseur, se révèle rapidement particulièrement performante et bien adaptée à la nouvelle réglementation technique qui comprend notamment le retour aux pneus lisses. Jenson Button s'impose dès le premier Grand Prix de la saison, à Melbourne et, sur sa lancée, obtient quatre pole positions, six victoires, neuf podiums en se classant seize fois dans les points. Le pilote britannique est ainsi sacré champion du monde lors de l'avant-dernière course de la saison, au Brésil en se mettant hors de portée de ses derniers rivaux, son coéquipier Rubens Barrichello et le jeune Sebastian Vettel. Pour sa première année chez Red Bull Racing, Sebastian Vettel termine vice-champion du monde, à onze points de Button, et obtient quatre victoires. Son coéquipier Mark Webber remporte pour sa part deux courses ; ce sont les six premières victoires de l'écurie, emmenée par le directeur technique Adrian Newey, concepteur de la RB5-Renault. Brawn GP, championne du monde des constructeurs pour son unique saison de Formule 1, est rachetée par Mercedes-Benz et rebaptisée Mercedes Grand Prix, dont Ross Brawn va rester le directeur. En fin de saison, la Scuderia Ferrari met un terme au contrat de Kimi Räikkönen qui laisse sa place à Fernando Alonso. Trouve plus

Championnat du monde de formule 1 2010: Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 2011: Le championnat du monde de Formule 1 2011, 62e édition du championnat du monde des pilotes, est remporté par Sebastian Vettel et par son écurie Red Bull Racing-Renault. Ce championnat est entièrement dominé par Sebastian Vettel au volant de la RB7 conçue par Adrian Newey. De sa victoire lors de la course inaugurale à Melbourne à son onzième succès de la saison lors du premier Grand Prix d'Inde de l'histoire, il est en tête du classement de bout en bout, réalisant quinze pole positions, nouveau record sur une saison. Vettel est sacré à quatre courses du terme, lors du Grand Prix du Japon qu'il termine à la troisième place, devenant à 24 ans et 98 jours le plus jeune double champion du monde de la discipline. Avec l'aide de Mark Webber (une victoire, dix podiums), Red Bull Racing conserve son titre des constructeurs. Seule écurie à tirer son épingle du jeu, McLaren-Mercedes termine deuxième du championnat des constructeurs. Jenson Button grâce à trois victoires et douze podiums, est le dauphin de Vettel au classement des pilotes, à 122 points. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 2012: Le championnat du monde de Formule 1 2012, 63e édition du championnat du monde des pilotes de Formule 1, comporte vingt Grands Prix dont le Grand Prix des États-Unis qui fait son retour, sur un circuit inédit. Les titres reviennent à Sebastian Vettel et à son écurie Red Bull-Renault pour la troisième année consécutive. En début de saison, sept pilotes différents (Jenson Button, Fernando Alonso, Nico Rosberg, Sebastian Vettel, Pastor Maldonado, Mark Webber et Lewis Hamilton) remportent les sept premières courses de ce championnat, ce qui constitue une première. De fait, la situation est indécise en tête du classement où se succèdent Button, Alonso, Vettel et Hamilton. À partir du Grand Prix d'Europe qu'il remporte le 24 juin au volant de la Ferrari F2012 sur le Circuit urbain de Valence, Alonso s'installe durablement aux commandes. Puis, vainqueur de quatre courses consécutives en commençant par la quatorzième manche, à Singapour, Vettel prend les devants. Au Brésil, pour le dernier Grand Prix de la saison, Vettel (six pole positions, cinq victoires, neuf podiums) et Alonso (deux pôles positions, trois victoires, treize podiums), restent seuls en lice pour l'attribution du titre ; l'Espagnol compte treize points de retard. La course est remportée par Jenson Button, Alonso se classe deuxième et Vettel, victime d'un accrochage au premier tour, finit néanmoins sixième et gagne son troisième titre mondial avec trois points d'avance. Il devient le plus jeune triple champion du monde de l'histoire, à 25 ans et 4 mois. La saison voit la première victoire, après cent-onze départs, de Nico Rosberg, en Chine, premier succès de Mercedes depuis 1955. Pastor Maldonado remporte également sa première course, en Espagne, et permet à Williams de combler un vide de huit années. Enfin, Kimi Räikkönen offre, à Abou Dabi, un premier succès à la nouvelle écurie Lotus F1 Team où il fait équipe avec Romain Grosjean, responsable de plusieurs accidents spectaculaires pour sa première saison complète en Formule 1. Michael Schumacher, qui obtient au volant de la Mercedes AMG F1 W03 le 155e podium de sa carrière à Valence et son 77e meilleur tour en course à Hockenheim, mais en reste à 91 victoires et 68 pole positions, autant de records, se retire définitivement de la compétition à l'issue de la saison. Sebastian Vettel et Mark Webber permettent à Red Bull Racing de remporter un troisième sacre consécutif, obtenu lors de l'avant-dernière manche aux États-Unis. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 2013: Le championnat du monde de Formule 1 2013 est la 64e édition du championnat du monde des pilotes de Formule 1. Pour la quatrième fois consécutive depuis 2010, les titres mondiaux des pilotes et des constructeurs sont attribués à Sebastian Vettel et à son écurie Red Bull-Renault (dès le Grand Prix d'Inde le 27 octobre 2013). Même si Sebastian Vettel prend la tête du championnat dès la deuxième manche, en Malaisie où il outrepasse les consignes de son équipe en dépassant son coéquipier Mark Webber pour s'imposer, le début de saison est équilibré. Kimi Räikkönen gagne la manche d'ouverture et sa deuxième course sur Lotus à Melbourne, Fernando Alonso s'impose en Chine et pour son Grand Prix national, les pilotes Mercedes alignent les pole positions (huit en tout), Nico Rosberg termine premier à Monaco et à Silverstone et Lewis Hamilton l'emporte à Budapest. Tout change au cœur de l'été lorsque Pirelli est sommé de retirer ses pneumatiques 2013, victimes de déchapages en série et doit remettre en circulation les gommes de la saison précédente. Un tournant dont profite Red Bull, beaucoup d'écuries, à commencer par Ferrari et Mercedes, n'exploitant plus aussi bien leurs voitures dans ces nouvelles conditions. À partir du Grand Prix de Belgique, elles rentrent définitivement dans le rang tandis que Vettel gagne la totalité des courses restant au programme, il établit un record de neuf victoires consécutives en une saison, égalant la série d'Alberto Ascari à cheval sur les championnats 1952 et 1953, et atteignant le nombre record de treize premières places en une année, comme Michael Schumacher en 2004. Vettel remporte son quatrième titre consécutif avec une avance de 155 points sur Fernando Alonso. Renault, avec le nouveau sacre de Red Bull Racing chez les constructeurs, clôt avec succès l'ère des moteurs V8 de 2 400 cm3, démarrée en 2006 ; le motoriste français a remporté soixante victoires et est associé à cinq titres mondiaux, pilotes et constructeurs. À partir de 2014, les monoplaces de Formule 1 roulent avec un moteur V6 turbocompressé de 1 600 cm3 muni d'un système de récupération de l'énergie. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 2014: Le championnat du monde de Formule 1 2014, 65e édition du championnat du monde des pilotes de Formule 1, comporte dix-neuf Grands Prix. Il commence à Melbourne le 16 mars et s'achève à Abou Dabi le 23 novembre. Il est notamment marqué par l'adoption de nouveaux règlements techniques et sportifs : les moteurs V8 atmosphériques des monoplaces sont remplacés par des moteurs V6 turbocompressés à double système de récupération d'énergie ; l'attribution des points est doublée pour la dernière manche du championnat à Abou Dabi ; les pilotes gardent les mêmes numéros d'une saison sur l'autre, sauf le no 1 attribué au champion du monde ; le Grand Prix d'Autriche fait son retour au calendrier et un nouveau Grand Prix est organisé en Russie, à Sotchi. La saison est entièrement dominée par Mercedes Grand Prix qui a profité des profondes modifications du règlement technique pour concevoir la meilleure voiture dotée du meilleur moteur. Les pilotes des Flèches d'Argent, Lewis Hamilton et Nico Rosberg, accumulent dix-huit pole positions, se battent en tête du début à la fin de la saison, et réalisent un record de onze doublés et de seize victoires, n'en laissant échapper que trois, toutes gagnées par Daniel Ricciardo sur Red Bull-Renault. Le titre chez les constructeurs revient pour la première fois à Mercedes, dès la seizième manche à Sotchi, le 12 octobre. Le chassé-croisé en tête du classement des pilotes entre Nico Rosberg et Lewis Hamilton tourne à l'avantage de ce dernier à partir du Grand Prix de Singapour le 21 septembre. Avec onze victoires, dont la dernière à 50 points à Abou Dabi, le pilote britannique est sacré champion du monde pour la deuxième fois après son titre de 2008, avec 67 points d'avance sur son coéquipier, vainqueur de cinq Grands Prix. Daniel Ricciardo monte sur le podium pour sa première saison chez Red Bull Racing alors que son coéquipier quadruple champion du monde Sebastian Vettel vit sa première saison sans victoire depuis 2008 avant de rejoindre Ferrari en 2015, après un exercice 2014 raté pour l'écurie italienne. La saison est marquée par l'accident de Jules Bianchi, sous la pluie à Suzuka, le plus grave en Formule 1 depuis 20 ans puisque le pilote décède des suites de ses blessures à la tête, neuf mois plus tard, sans avoir repris connaissance. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 2015: Le championnat du monde de Formule 1 2015, 66e édition du championnat du monde de Formule 1 comporte dix-neuf Grands Prix. Il débute le 15 mars 2015 à Melbourne en Australie et s'achève le 29 novembre 2015 à Abou Dabi aux Émirats arabes unis. Mercedes Grand Prix chez les constructeurs, dès la quinzième manche à Sotchi, et Lewis Hamilton chez les pilotes, à l'arrivée de la seizième manche à Austin, remportent les titres mondiaux 2015. C'est leurs deuxièmes sacres consécutifs, Hamilton gagnant de surcroît sa troisième couronne en comptant son titre gagné en 2008. Le pilote britannique et son écurie auront occupé la première place des classements du premier au dernier Grand Prix de cette saison. Dès l'avant dernière course au Brésil, les podiums sont connus : Nico Rosberg est vice-champion du monde des pilotes comme en 2014 et Sebastian Vettel termine au troisième rang. Du côté des écuries, Ferrari à 275 points de Mercedes et Williams à 446 points prennent les deuxième et troisième places. Les Flèches d'Argent auront tenu tout au long de la saison, le même rythme qu'en 2014, améliorant même leur record de doublés pour le porter à douze, du premier Grand Prix à Melbourne, au dernier à Abou Dabi, accumulant au passage trente-deux podiums, ce qui constitue un autre record. Comme en 2014 également, avec onze pole positions pour Hamilton et sept pour Rosberg, ils n'en laissent échapper qu'une seule, œuvre de Sebastian Vettel à Singapour, et avec dix victoires pour Hamilton et six pour Rosberg, ils n'en concèdent que trois à la concurrence, toutes remportées par Vettel au volant de sa Ferrari, en Malaisie, en Hongrie et à Singapour. Le quadruple champion du monde allemand monte par ailleurs treize fois sur les podiums pour sa première saison avec l'écurie de Maranello. Hamilton comme Vettel dépassent Ayrton Senna avec respectivement un total de quarante-trois et quarante-deux victoires, pour s'installer aux troisième et quatrième places du palmarès des vainqueurs de Grand Prix. Au rang des déceptions, figurent au premier rang Red Bull Racing et Renault, qui pour la première fois depuis 2007, n'enregistrent aucune victoire, et McLaren-Honda, en déficit de performance d'un bout à l'autre de la saison. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 2016: Le championnat du monde de Formule 1 2016, 67e édition du championnat du monde de Formule 1, débute le 20 mars 2016 à Melbourne en Australie, s'achève le 27 novembre 2016 à Abou Dabi aux Émirats arabes unis et comporte vingt-et-un Grands Prix (deux de plus qu'en 2015). Il marque notamment les débuts de l'écurie américaine, Haas F1 Team et le retour de Renault en tant que constructeur, après le rachat de Lotus. Le Grand Prix d'Europe, absent depuis 2012, fait son retour au calendrier le 19 juin 2016 sur le circuit urbain de Bakou (Azerbaïdjan), tout comme le Grand Prix d'Allemagne qui n'avait pas été couru en 2015. À deux semaines du premier Grand Prix à Melbourne, un nouveau format « éliminatoire » pour les qualifications est adopté, puis abandonné au bout de deux Grand Prix en faveur d'un retour à la formule utilisée jusqu'en 2015. Le calendrier 2016 est le plus chargé du championnat du monde de Formule 1 depuis sa création en 1950 avec vingt-et-une courses au programme. Dès le Grand Prix du Japon, dix-septième des vingt-et-une manches disputée le 9 octobre, Mercedes Grand Prix remporte son troisième titre mondial des constructeurs consécutif, alors que Nico Rosberg et Lewis Hamilton restent seuls en lice pour l'obtention de la couronne des pilotes. Le pilote Allemand remporte finalement à Abou Dabi, le 27 novembre son premier titre de champion du monde avec cinq points d'avance sur son coéquipier. Il est sacré trente-quatre ans après son père Keke. Vainqueur des quatre premières courses de la saison, puis d'une autre série de trois victoires au cœur de l'été, s'imposant également à Bakou, et pour finir à Suzuka, Nico Rosberg est sacré en se montrant plus régulier que le triple champion du monde britannique, un tournant important ayant lieu le 2 octobre lors du Grand Prix de Malaisie, où Hamilton, qui caracole en tête, est victime d'une casse moteur et voit s'envoler les vingt-cinq points de la victoire. Ce dernier remporte les quatre dernières courses de la saison, et Rosberg assure le titre en terminant les quatre fois derrière lui à la deuxième place. Avec neuf victoires pour Rosberg et dix pour Hamilton, Mercedes fait encore mieux que les deux saisons précédentes, étendant son règne à l'ère des moteurs V6 turbo hybrides avec cette année, un record absolu de dix-neuf victoires (n'en ayant laissé échapper que deux, gagnées par les pilotes Red Bull Racing, Max Verstappen en Espagne et Daniel Ricciardo en Malaisie), un autre de vingt pole positions (seul Ricciardo parvenant à partir en tête, à Monaco), trente-trois podiums et huit doublés. La saison 2016 est aussi celle de la révélation pour Max Verstappen qui est transféré en cours de saison de Toro Rosso à Red Bull, remporte sa première course à 18 ans dans sa nouvelle écurie, en Espagne pour devenir le plus jeune vainqueur de l'histoire de la Formule 1, et réalise sous la pluie au Brésil la plus belle remontée de la saison. La Scuderia Ferrari termine l'année sans aucune victoire, tandis que Jenson Button achève sa longue carrière. Cinq jours après l'obtention de son premier titre, Nico Rosberg crée la surprise en annonçant son retrait de la Formule 1. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 2017: Le championnat du monde de Formule 1 2017 est la 68e édition du championnat du monde de Formule 1. Il débute le 26 mars 2017 avec le Grand Prix d'Australie et s'achève le 26 novembre 2017 à Abou Dabi. Il comporte vingt Grands Prix, un de moins qu'en 2016, le Grand Prix d'Allemagne n'étant pas organisé. Ce championnat se caractérise par une évolution importante du règlement technique : les monoplaces bénéficient de châssis, de pneus et d'un aileron avant plus larges par rapport à la décennie précédente, ainsi que d'un aileron arrière abaissé. Ces changements offrent un meilleur appui et donc un gain de vitesse substantiel de l'ordre de 4 secondes au tour par rapport à 2016, faisant des Formule 1 de l'édition 2017 les plus performantes de l'histoire de la compétition. Autre changement significatif, le championnat 2017 est également marqué par le rachat des droits commerciaux de la Formule 1 par le groupe américain Liberty Media en janvier 2017. Ce rachat a pour conséquence le départ du dirigeant historique de la Formule 1 Bernie Ecclestone, remercié au profit de Chase Carey qui s'entoure de Sean Bratches comme directeur commercial et Ross Brawn comme directeur technique et sportif. Le vainqueur de l'édition 2016 Nico Rosberg s'étant retiré de la compétition, le championnat 2017 se déroule en l'absence du champion en titre, situation inédite depuis 1994 et la retraite d'Alain Prost. Avec son nouveau coéquipier Valtteri Bottas, qui obtient les trois premières victoires de sa carrière, Lewis Hamilton connaît avec Mercedes une première partie de championnat moins dominatrice que les trois saisons précédentes. En effet, jusqu'à la trêve estivale, la Scuderia Ferrari et son pilote quadruple champion du monde Sebastian Vettel leur tiennent la dragée haute : le pilote allemand obtient quatre victoires et ne quitte pas le podium pour compter 14 points d'avance en tête du championnat à l'arrivée du Grand Prix de Hongrie. Mais dès la reprise, à Spa, Hamilton s'envole avec trois victoires consécutives qui lui permettent de prendre la première place du classement pilotes. Par la suite, soit pour des problèmes d'ordre mécanique (une bougie défectueuse provoque son abandon à Suzuka) soit en raison de ses propres erreurs (au départ à Singapour), Vettel perd pied. Lewis Hamilton obtient sa neuvième victoire de l'année à Austin le 22 octobre et n'a plus qu'à prendre deux points à l'arrivée du Grand Prix du Mexique une semaine plus tard pour obtenir son quatrième titre de champion du monde. Outre les neuf victoires d'Hamilton et les cinq de Vettel, les autres succès de la saison sont l'œuvre de Valtteri Bottas (trois victoires) et des pilotes Red Bull, Daniel Ricciardo (à Bakou) et Max Verstappen (à Sepang et à Mexico). Kimi Räikkönen (sept podiums) parvient à devancer Ricciardo lors de la dernière course de la saison pour prendre la quatrième place du championnat mené par Hamilton, Vettel et Bottas. Derrière les trois « top teams », qui monopolisent tous les podiums sauf un, c'est Force India qui tire son épingle du jeu, avec ses pilotes particulièrement réguliers dans les points, Sergio Pérez et Esteban Ocon. Le débutant Lance Stroll obtient au volant de sa Williams son premier podium à l'arrivée du Grand Prix d'Azerbaïdjan et son coéquipier Felipe Massa termine son 269e et dernier Grand Prix avec le point de la dixième place et un onzième rang au championnat. Quant à Nico Hülkenberg qui permet à Renault de terminer sixième au classement des constructeurs, il devient le nouveau détenteur d'un record particulier : celui du plus grand nombre de courses sans podium, avec 135 départs. Cette saison marque aussi la fin du contrat malheureux signé en 2015 entre McLaren et le motoriste Honda (390 places de pénalité accumulées sur les grilles de départ en 2017), l'écurie britannique aux douze titres pilotes se tournant vers Renault pour 2018. Enfin, la Scuderia Toro Rosso présente la particularité d'avoir changé ses deux pilotes en cours de saison, la commençant avec Daniil Kvyat et Carlos Sainz Jr. pour la finir avec Pierre Gasly et Brendon Hartley. Lewis Hamilton rejoint les autres quadruples champions du monde Alain Prost et Sebastian Vettel, en étant sacré après 2008, 2014, et 2015. Il devient le recordman du nombre de pole positions qu'il porte à soixante-douze départs en tête. De plus, avec soixante-deux victoires pour cent-dix-sept podiums, il reste le seul pilote en activité à avoir gagné des courses dans toutes les saisons qu'il a disputées depuis ses débuts en 2007. Il est également le seul à avoir terminé tous les Grands Prix de la saison 2017 dans les points. Mercedes Grand Prix obtient son quatrième titre consécutif au championnat constructeurs dès la dix-septième course de la saison à Austin, et achève le championnat avec une très large avance sur la Scuderia Ferrari : 146 points. Red Bull Racing est la troisième force de la saison, avec 154 points de retard sur Ferrari. Plus loin, Force India fait un solide quatrième. En quatre saisons depuis l'introduction des moteurs V6 turbo hybride à double système de récupération d'énergie en 2014, l'écurie dirigée par Toto Wolff et Niki Lauda totalise quatre titres constructeurs, quatre titres pilotes, 62 victoires et 71 pole positions. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 2018: Le championnat du monde de Formule 1 2018 est la 69e édition du championnat du monde de Formule 1. Il comporte vingt-et-une courses, avec les retours au calendrier des Grands Prix de France et d'Allemagne et démarre le 25 mars en Australie, pour s'achever le 25 novembre à Abou Dabi. Il marque une évolution inédite pour l'esthétique des Formule 1 et pour la sécurité des pilotes : la présence du Halo, une structure de protection frontale du cockpit des monoplaces conçue pour protéger la tête des pilotes d'un choc avec un objet en mouvement. Le championnat des pilotes est remporté par Lewis Hamilton le 28 octobre à l'arrivée du Grand Prix du Mexique, dix-neuvième des vingt-et-une manches du championnat et celui des constructeurs par Mercedes Grand Prix pour la cinquième fois consécutive à l'arrivée de la course suivante au Brésil le 11 novembre. Avec onze victoires, dix-sept podiums et un seul abandon (en Autriche), Hamilton remporte son cinquième titre mondial avec le plus gros total (408 points) depuis 2010 et l'instauration des 25 points pour une victoire. Après ses couronnes remportées en 2008, 2014, 2015 et 2017, il rejoint Juan Manuel Fangio à désormais deux titres de Michael Schumacher. Il porte son record de pole positions à 83 départs en tête et son nombre de victoires à 73, plus très loin désormais des 91 succès du Baron Rouge, considérant le fait que le plus grand pilote britannique de l'histoire tourne à dix victoires de moyenne par saison depuis 2014 et qu'il restera sous contrat avec son écurie au moins jusqu'en 2020. Le début de saison est à l'avantage de Ferrari et de Sebastian Vettel qui remporte les deux premières courses (Australie et Bahreïn). Il s'impose également au Canada et se trouve encore en tête du championnat après le dixième Grand Prix disputé en Grande-Bretagne où il obtient sa quatrième victoire de l'année. Mais il a déjà fait preuve de fébrilité lors de la quatrième manche à Bakou, ratant son freinage en se lançant dans une attaque précipitée sur Valtteri Bottas lors d'une relance, puis au départ de la huitième en France en s'accrochant avec Bottas au premier virage. Par la suite, hormis sa cinquième et dernière victoire de l'année en Belgique, il voit s'envoler 25 points à domicile en Allemagne en écrasant sa voiture dans le mur sur piste humide alors qu'il roule en tête, puis est auteur de départs fébriles, d'accrochages et de têtes à queue en Italie, au Japon et aux États-Unis. Pendant ce temps, Hamilton ne commet aucune erreur et accumule les succès : six dont quatre à la suite dans les huit dernières courses de la saison. Finalement, il creuse un écart de 88 points sur Sebastian Vettel au classement des pilotes. Au cours d'une saison où exceptionnellement, tous les pilotes et toutes les écuries marquent des points, les pilotes Red Bull Racing sont les seuls à s'imposer en dehors de Ferrari et Mercedes, avec deux victoires pour Daniel Ricciardo (Chine et Monaco) et deux pour Max Verstappen (Autriche et Mexique), alors que Kimi Räikkönen met fin à une série de 114 Grand Prix sans victoire en gagnant à Austin, sa seule première place au volant d'un bolide rouge depuis son retour au sein de l'écurie de Maranello en 2014. Au moment de revenir là où il a débuté en 2001, chez Sauber pour disputer la saison 2019, il reste le dernier champion du monde pour Ferrari (2007) et donc le dernier vainqueur d'une course. De son côté, avec le même matériel que son coéquipier, Valtteri Bottas ne gagne aucun Grand Prix cette année (premier pilote Mercedes dans ce cas depuis 2012) et termine cinquième du championnat. Les trois écuries de pointe creusent un gouffre par rapport aux autres, avec les six premières places au classement pilotes et les trois premières chez les constructeurs. Comme en 2017, elles trustent la totalité des podiums sauf un, cette fois l'œuvre de Sergio Pérez, troisième à Bakou. Renault est la meilleure des autres dans les deux classements, avec Nico Hülkenberg septième chez les pilotes, et son écurie quatrième du classement constructeurs. La saison marque également la fin de la carrière en Formule 1 du double champion du monde Fernando Alonso après 312 départs depuis 2001 et 32 victoires. Vettel et Hamilton marquent le coup en sa compagnie dans le tour d'honneur du dernier Grand Prix à Abou Dabi, effectué à trois de front et achevé par une série de donuts au milieu de la ligne droite des stands. L'ère des moteurs V6 Turbo hybride à double système de récupération d'énergie appartient à ce point totalement aux Flèches d'Argent : de 2014 à 2018, elles remportent cinq titres pilotes, cinq titres constructeurs, 84 pole positions et 74 victoires sur 99 courses disputées avec comme pilotes Lewis Hamilton, Nico Rosberg et Valtteri Bottas. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 2019: Le championnat du monde de Formule 1 2019 est la 70e édition du championnat du monde de Formule 1. La compétition, née en 1950, passe un cap le 14 avril 2019 sur le circuit de Shanghai, où est disputé le millième Grand Prix de l'histoire du championnat. Par ailleurs, à partir de cette saison et selon un système en vigueur de 1950 à 1959, un point supplémentaire est attribué à l'auteur du meilleur tour en course ainsi qu'à son écurie, sous réserve qu'il se classe parmi les dix premiers. Le directeur de course Charlie Whiting, personnage central des Grands Prix de Formule 1 depuis plus de vingt ans, meurt à Melbourne le 14 mars à la veille des premiers essais de la course inaugurale de la saison. Mercedes Grand Prix démarre le championnat 2019 en établissant un nouveau record de cinq doublés à l'arrivée des cinq premières courses. La saison est également marquée par le décès, le 20 mai, du triple champion du monde Niki Lauda, présence constante dans le stand Mercedes depuis 2012, et décisif dans l'arrivée de Lewis Hamilton comme pilote de l'écurie allemande en 2013, pour à ce jour, six doublés consécutifs championnat du monde constructeurs/championnat du monde pilotes depuis 2014. Le 13 octobre à l'arrivée du Grand Prix du Japon, Mercedes remporte son sixième titre consécutif des constructeurs, à quatre course de la fin, égalant la performance de la Scuderia Ferrari, championne de 1999 à 2004. Le 3 novembre, en se classant deuxième derrière son coéquipier Valtteri Bottas du Grand Prix des États-Unis, Lewis Hamilton, auteur de onze victoires dans la saison et ayant porté son record de pole positions à quatre-vingt-huit départs en tête, est sacré champion du monde pour la sixième fois et la troisième consécutive après 2008, 2014, 2015, 2017 et 2018. Il dépasse Juan Manuel Fangio (cinq titres), à un sacre du record détenu par Michael Schumacher depuis 2004. Son coéquipier Valtteri Bottas est vice-champion du monde et Max Verstappen finit troisième devant les deux pilotes Ferrari, Charles Leclerc suivi de Sebastian Vettel. Pour les constructeurs, Ferrari prend la deuxième place et Red Bull Racing la troisième ; le même tiercé qu'en 2017 et 2018. La saison voit à nouveau les trois écuries de pointe truster toutes les victoires et la quasi-totalité des podiums, elles n'en laissent que trois : deux pour Toro Rosso (Daniil Kvyat troisième en Allemagne, Pierre Gasly deuxième au Brésil) et un pour McLaren (Carlos Sainz troisième au Brésil). Les victoires et tous les autres podiums se répartissent entre Hamilton (onze victoires, dix-sept podiums), Valtteri Bottas (quatre victoires, quinze podiums), Max Verstappen (trois victoires, neuf podiums), Charles Leclerc (deux victoires, dix podiums), par ailleurs pilote ayant réalisé le plus grand nombre de pole positions cette année (sept), et Sebastian Vettel (une victoire, neuf podiums). Hamilton est le seul à marquer des points dans les vingt-et-une courses de la saison, et établit deux nouveaux records : en points (413) et pour avoir mené au moins un tour dans dix-neuf courses cette année. Son écurie poursuit sa domination entamée au début de l'ère des moteurs V6 turbo hybrides en 2014 avec cette année neuf doublés, parvenant à un total de 102 victoires dont 89 ont été obtenues durant cette période. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 2020: Le championnat du monde de Formule 1 2020 est la 71e édition du championnat du monde de Formule 1. La compétition devait comporter pour la première fois 22 Grands Prix avec le retour du Grand Prix des Pays-Bas à Zandvoort et l'apparition du Grand Prix du Viêt Nam sur le circuit urbain de Hanoï tandis que la manche allemande à Hockenheim disparaissait. La course d'ouverture devait traditionnellement avoir lieu sur le circuit de l'Albert Park de Melbourne pour le Grand Prix d'Australie le 15 mars, et le championnat s'achever le 29 novembre par le Grand Prix d'Abou Dabi sur le circuit Yas Marina. La pandémie de Covid-19 perturbe fortement le championnat 2020, comme l'ensemble des manifestations sportives dans le monde. Les dix premières courses prévues au calendrier ayant été reportées ou annulées, la saison débute finalement à huis clos le 5 juillet avec le Grand Prix d'Autriche, sur le Circuit de Spielberg qui accueille le weekend suivant une seconde course, baptisée Grand Prix de Styrie. Après le Grand Prix de Hongrie le 19 juillet, la piste anglaise de Silverstone est également hôte de deux courses sur deux weekends consécutifs, le Grand Prix de Grande-Bretagne et le Grand Prix du 70e anniversaire. Toutes ces épreuves et les suivantes se déroulent à huis clos. Alors que, le 24 juillet, les quatre courses qui devaient se disputer sur le continent américain sont définitivement annulées (les Grands Prix du Canada, du Mexique, des États-Unis et du Brésil), le calendrier compte provisoirement treize dates, toutes en Europe, avec les ajouts du Grand Prix de l'Eifel sur le circuit du Nürburgring, celui du Portugal qui fait son retour, à Portimao et, le 1er novembre, une troisième course en Italie (après les Grand Prix d'Italie et de Toscane), baptisée Grand Prix d'Émilie-Romagne qui a lieu sur le Circuit d'Imola. Fin août, le calendrier est définitivement entériné et compte finalement dix-sept Grands Prix : le Grand Prix de Turquie fait son retour sur l'Otodrom Istanbul Park, deux épreuves sont organisées sur le circuit international de Sakhir (Grand Prix de Bahreïn et Grand Prix de Sakhir) et le Grand Prix d'Abou Dabi clôture traditionnellement l'exercice le 13 décembre. Au cours de ce championnat, Lewis Hamilton devient recordman des victoires en Formule 1, ayant dépassé les 91 succès de Michael Schumacher (son compteur se monte désormais à 95 victoires), tandis que son écurie Mercedes Grand Prix établit un record de sept titres consécutifs chez les constructeurs à l'arrivée du Grand Prix d'Émilie-Romagne, à quatre courses de la fin. Le Britannique ceint sa septième couronne mondiale deux semaines plus tard, le 15 novembre lors du Grand Prix de Turquie, égalant le record de Michael Schumacher. Son coéquipier Valtteri Bottas est vice-champion du monde et Max Verstappen monte sur le podium comme en 2019. Chez les constructeurs, Red Bull termine à la deuxième place, et McLaren arrache le troisième rang à la dernière course. La saison consacre par ailleurs deux nouveaux vainqueurs de Grand Prix, les 109e et 110e de l'histoire : Pierre Gasly à Monza et Sergio Pérez à Sakhir. Lewis Hamilton s'impose onze fois et réalise dix pole positions, portant son record à 98 départs en tête. Valtteri Bottas remporte deux courses, tout comme Max Verstappen. L'écurie Williams connait sa première saison sans marquer un point, et la Scuderia Ferrari vit son pire exercice en quarante ans, sans victoire, sans que ses pilotes aient mené le moindre tour, terminant à la sixième place du classement constructeurs alors que son pilote le mieux classé est Charles Leclerc qui termine huitième du championnat. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 motonautique: Le Championnat du monde de Formule 1 motonautique est créé en 1981. Trouve plus

Championnat du monde de Formule 1 motonautique 2016: Le championnat du monde de Formule 1 motonautique 2016, 33e édition des championnats du monde de Formule 1 motonautique débute le 4 mars 2016 à Dubaï, s'achève le 16 décembre 2016 à Sharjah et doit comporter dix courses. Trouve plus

Championnat du monde de Formule E FIA 2020-2021: Le championnat du monde de Formule E FIA 2020-2021 est la septième saison de la Formule E disputée avec des voitures électriques. Comportant quatorze courses réparties en douze manches, il devait initialement débuter le 16 janvier 2021 à Santiago pour se terminer le 25 juillet 2021 à Londres et sera donc (suite à la pandémie de Covid-19 perturbant la saison dernière) la plus longue saison de la catégorie depuis la première édition. Cependant, en raison de la pandémie de Covid-19, le départ de la saison est reporté au 26 février 2021 à Dariya. Les ePrix de Santiago, Mexico et Sanya sont reportés en raison de la pandémie de Covid-19. Il s'agit de la première saison à être considérée comme championnat du monde par la FIA, rejoignant la Formule 1, le WRC (World Rally Championship), le WEC (World Endurance Championship) et le WRX (World Rallycross Championship). Trouve plus

Championnat du monde de futsal AMF: Le championnat du Monde de futsal Senior Homme est une compétition internationale de Futsal qui réunit, tous les 4 ans, les sélections nationales des fédérations qui lui sont affiliées. Trouve plus

Championnat du monde de futsal seniors hommes: Trouve plus

: undefined Trouve plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DW-TV, DWV, DWV Amsterdam, DX, DX (radio),

DW-TV: Trouve plus DWV: DWV peut faire référence à: Deformed wing virus (en français, virus des ailes déformées), un virus qui tou...