Rechercher dans ce blog

lundi 25 janvier 2021

Cellule artificielle, Cellule associee, Cellule associée, Cellule autonomiste et totalitaire Tiwaz 2882, Cellule autotrophe,

Cellule artificielle: Les cellules artificielles sont des cellules minimales construites à partir d'éléments artificiels. C'est une technologie émergente. Jusqu'à récemment, toutes les tentatives pour créer la vie artificielle n'avaient abouti qu'à des « pseudo-cellules » capables d'assurer la plupart des fonctions d'une cellule vivante, comme la transcription et traduction de protéines et la production d'ATP, mais qui n'étaient pas encore des cellules totalement opérationnelles. La première cellule artificielle a été créée en 1956 par Thomas Chang, étudiant de 1er cycle en physiologie, dans sa chambre d'étudiant. Muni d'un atomiseur à parfum, il a créé de minuscules membranes en plastique qui pouvaient contenir de l'hémoglobine, le composé des globules rouges chargé du transport de l'oxygène et de l'élimination du gaz carbonique. Ces cellules artificielles sont utilisées en médecine notamment pour traiter des empoisonnements à l'aide de cellules artificielles emplies de charbon. D'autres essais sont en cours pour traiter d'autres troubles médicaux comme le diabète, par exemple. Trouve plus

Cellule associee: Trouve plus

Cellule associée: Une cellule associée est une cellule faisant partie des cellules non-conductrices du xylème (ou bois) des plantes et entourant les vaisseaux morts. Exemples : la cellule de contact : cellule voisine de la cellule du tissu ligneux, cellule tampon, réserve d'eau parenchyme ligneux (amyloplastes...) fibres ligneuses (sclérenchyme), role dans le soutien du tissuAinsi la cellule de contact, le parenchyme ligneux, les fibres ligneuses et le xylème sont les quatre éléments du vaisseau ligneux. Portail de la botanique Portail de la biologie Trouve plus

Cellule autonomiste et totalitaire Tiwaz 2882: La Cellule autonomiste et totalitaire Tiwaz 2882, « branche armée de l'Ordensstadt militant pour une Alsace nordico-aryenne », est un groupe néonazi français qui commit un attentat à la bombe le 8 septembre 2005 à Rouffach contre Lhabib Benamar, un retraité de 65 ans d'origine marocaine, et profana le cimetière juif de Herrlisheim la nuit du 29 avril 2004. Ayant reconnu les faits, Emmanuel Rist, Laurent Peterschmitt et Laurent Boulanger furent jugés pour leur participation à ces deux attentats,,. Emmanuel Rist et Laurent Boulanger furent condamnés à 10 ans de réclusion criminelle. Emmanuel Rist a également été condamné à 20 ans de réclusion criminelle, assortis d'une peine de sûreté de 13 ans, pour avoir tué Mohammed Madsini, un marchand de tapis marocain de 46 ans, dans une rue de Gundolsheim (Haut-Rhin) en 2001. La semaine précédant son meurtre, il avait diffusé un tract signé « Tiwaz 2882 » où il promettait de mener des « raids punitifs » contre « la race inférieure ». Trouve plus

Cellule autotrophe: Trouve plus

Cellule B: Trouve plus

Cellule bêta: Les cellules bêta constituent l'un des types cellulaires du pancréas, et plus particulièrement des îlots de Langerhans. Elles représentent 65-80 % des cellules de ces îlots. Trouve plus

Cellule beta (ilots de Langerhans): Trouve plus

Cellule bêta (îlots de langerhans): Trouve plus

Cellule biologique: Trouve plus

Cellule bipolaire: Les cellules bipolaires sont des neurones comportant deux extensions, des neurones sensoriels spécialisés dans la transmission des sens spéciaux. En tant que tels, elles font partie des facteurs sensoriels pour l'odorat, la vue, le goût, l'ouïe et les fonctions vestibulaires. Des exemples courants sont la cellule bipolaire de la rétine, les ganglions du nerf vestibulaire et l'utilisation extensive de cellules bipolaires pour transmettre des signaux efférentes pour contrôler les muscles. Les quatre types de neurones rétinaux sont les cellules bipolaires, les cellules de ganglion, les cellules horizontales et les cellules amacrines. Trouve plus

Cellule bordante: Trouve plus

Cellule bordante de l'os: Les cellules bordantes de l'os sont les précurseurs des ostéoblastes. La notion de "précurseur" est ici délicate car ces cellules bordantes sont produites par différenciation des ostéoblastes qui deviennent métaboliquement moins actifs. La cellule bordante peut redevenir par la suite un ostéoblaste pour les besoins tissulaires. Ce sont des cellules aplaties et allongées, au noyau étiré, possédant peu d'organites et reliées entre elles et avec les ostéocytes. Elles se situent sur la surface de l'os, dans des zones non-actives c'est-à-dire ni en formation, ni en résorption. Elles sont pourvues de récepteurs aux facteurs de croissance ce qui permet leur différenciation en ostéoblastes à la suite d'un stimulus. Les cellules bordantes ont aussi pour rôle d'empêcher l'accès des ostéoclastes hors période de remodelage osseux. Portail de la médecine Trouve plus

Cellule bulliforme: Les cellules bulliformes sont de grandes cellules épidermiques en forme de bulles qui sont présentes à la face supérieure des feuilles de nombreuses espèces de plantes monocotylédones, en particulier chez certaines graminées. Ces cellules, formant un tissu bulliforme, sont présentes sur la face adaxiale ou supérieure de la feuille. Elles se trouvent généralement près de la nervure médiane. Ces cellules sont grandes, vides et incolores. Le mode de fonctionnement des cellules bulliformes peut être expliqué de la manière suivante : Lorsque l'approvisionnement en eau de la plante est suffisant, les cellules bulliformes absorbent l'eau et de ce fait elles deviennent turgescentes. Cela permet au limbe foliaire de se redresser et d'être pleinement exposé au soleil. Le redressement des feuilles favorise la perte d'eau par les stomates. En revanche, lorsque l'approvisionnement en eau est insuffisant, ces cellules perdent de l'eau et deviennent flasques. De ce fait, en période de stress hydrique, le limbe foliaire se recourbe vers l'intérieur de sorte que la feuille est moins exposée. L'enroulement de la feuille minimise la perte d'eau. Le rôle des cellules bulliformes est donc de minimiser la perte d'eau dans les périodes de conditions défavorables ou de stress hydrique. En période de sécheresse, la perte d'eau à travers les vacuoles entraîne une réduction de la taille des cellules bulliformes, ce qui permet chez de nombreuses espèces de graminées la fermeture des feuilles, les deux bords du limbe se repliant l'un vers l'autre. Lorsque l'eau est à nouveau disponible, ces cellules augmentent de taille forçant les feuilles à s'ouvrir. Les feuilles enroulées offrent moins d'exposition à la lumière du soleil, elles reçoivent donc moins de chaleur, ce qui réduit l'évaporation et permet de conserver l'eau restant dans la plante. Les cellules bulliformes se trouvent chez de nombreuses familles de monocotylédones, mais sont probablement mieux connues chez les graminées. On pense qu'elles jouent un rôle dans le déploiement des feuilles en croissance et dans l'enroulement et le déroulement des feuilles adultes en réponse aux alternances de périodes sèches et humidesSelon certains auteurs, toutefois, s'il n'y a aucun doute sur le fait que les cellules bulliformes sont turgescentes lorsque la feuille est ouverte et qu'elles sont flasques lorsqu'elle est fermée, il n'est pas certain que c'est la turgescence de ces cellules qui est à l'origine du mouvement. L'enroulement et le déroulement des feuilles semble toujours liée à la perte ou à l'apport d'eau, mais les mouvements peuvent être attribués à des modifications des fibres foliaires plutôt qu'à l'épiderme. Des expériences ont montré que ces mouvements peuvent en effet se produire parfaitement après excision du tissu bulliforme des feuilles. Dans ce cas la fonction des cellules bulliformes reste à élucider. Trouve plus

Cellule c: Trouve plus

Cellule caliciforme: Une cellule caliciforme ou cellule en gobelet, parfois dénommée aussi cellule à mucus, cellule muqueuse à pôle apical ouvert ou cellule mucipare (de mucus et du latin parere, « engendrer ») est une cellule en forme de vase allongé spécialisée dans la synthèse du mucus. Ces cellules épithéliales glandulaires sécrètent de la mucine empaquetée dans les granules de sécrétion stockés au pôle apical, puis libérée dans la lumière intestinale pour former le gel de mucus. Elles bordent les glandes exocrines ou composant en partie les épithéliums absorbants, comme celui de l'intestin grêle et du gros intestin, dans les voies respiratoires supérieures (trachée, bronches et bronchioles les plus grandes (mais pas dans la partie profonde du poumon), dans certains tissus d'organes reproductifs et enfin dans la conjonctive de la paupière supérieure (où ces cellules produisent la mucine qui est retrouvée dans les larmes ; elles sécrètent aussi différents types de mucines sur la surface oculaire qui lubrifie l'oeil et les paupières. Dans les glandes lacrymales, le mucus est synthétisé par des cellules dites « acineuses ». Bien qu'elles ne correspondent pas à une glande au sens strict du terme, elles sont considérées comme des glandes unicellulaires. Trouve plus

Cellule cancéreuse: Une cellule cancéreuse est une cellule anormale ayant acquis des caractères spécifiques à l'origine d'un cancer. Trouve plus

Cellule capitonnée: Trouve plus

Cellule CD4 plus: Trouve plus

Cellule CD4+: Trouve plus

Cellule chandelier: La cellule chandelier, également appelée superneurone, est une variété de neurone (ou cellule nerveuse) contenus dans le cerveau et plus précisément dans le cortex cérébral. La stimulation d'une seule de ces cellules chandelier permettrait d'activer 500 neurones au moins. Cette découverte majeure vient d'une équipe de neurophysiologistes de l'université de Szeged en Hongrie publiée dans la revue américaine PLoS Biology en septembre 2008. Elle tord le cou à un vieux dogme de l'organisation spatiale des cellules nerveuses en 6 couches décrites pour la première fois par Santiago Ramón y Cajal en 1890 Trouve plus

Cellule Chénier: Trouve plus

Cellule CHO: Les cellules CHO sont une lignée cellulaire issue d'ovaires de hamster de Chine (Cricetulus griseus) couramment utilisée en recherche dans le domaine médical, en biotechnologie et par l'industrie pharmaceutique pour la production de protéines thérapeutiques. Elles ont été introduites dans les années 1960, à partir d'une lignée isolée en 1957,, comme culture cellulaire monocouche nécessitant l'adjonction de proline dans leur milieu de culture. Elles existent aujourd'hui selon différentes lignées présentant des altérations génétiques variables. Elles sont utilisées pour les études génétiques, les recherches sur l'expression des gènes — notamment pour produire des protéines recombinantes — et la nutrition, ainsi que pour réaliser des analyses de toxicité. Il s'agit de l'une des lignées cellulaires les plus couramment utilisées dans la production de médicaments tels que les anticorps thérapeutiques. Près de 70 % de toutes les protéines produites par recombinaison à des fins thérapeutiques sont exprimées par des cellules CHO,. Trouve plus

Cellule chromaffine: Les cellules chromaffines (qui doivent leur nom au fait qu'elles prennent une coloration brune en présence de sels de chrome par suite de la polymérisation des catécholamines qu'elles contiennent) sont de petites cellules présentes dans les glandes médullosurrénales et dans les paraganglions du système nerveux sympathique. Elles dérivent de la crête neurale embryonnaire et font partie du système neuroendocrine. Les cellules chromaffines de la médullosurrénale sont innervées par le nerf splanchnique. Des axones font synapses sur ces cellules (le neurotransmetteur est l'acétylcholine) et déclenchent la sécrétion d'adrénaline (90 %), de noradrénaline (10 %) et d'enképhaline qui seront déversées dans le sang. Elles répondent à des stimuli de stress comme la douleur, les températures extrêmes, l'hypoxie, l'hypotension, etc. Ce relargage de catécholamines agit sur les récepteurs adrénergiques périphériques avec des effets inotropes et chronotropes sur le cœur, une redistribution du débit sanguin selon les organes et les muscles concernés et permet la libération d'énergie à travers l'activation de la glycolyse et de la lipolyse. Le phéochromocytome est une tumeur des cellules chromaffines, généralement bénigne. Il se caractérise par une grave hypertension artérielle. Portail de la biologie Portail de la médecine Trouve plus

Cellule CIGS: Le sigle CIGS (pour les éléments chimiques cuivre, indium, gallium et sélénium) désigne à la fois : une technique d'élaboration des cellules photovoltaïques (à couches minces et hautes performances) le matériau semiconducteur fait d'un alliage permettant de réaliser ces cellules. Trouve plus

Cellule ciliée: Les cellules ciliées sont des cellules sensorielles coiffées de structures filamenteuses, les stéréocils, qui tapissent la cochlée des vertébrés, et faisant partie à la fois de leur systèmes auditif et vestibulaire. Ces cellules sont disposées le long d'une membrane (la membrane basilaire) qui vient partitionner la cochlée en deux petites chambres. L'ensemble des cellules ciliées et des membranes qui leur sont adjointes constitue l'organe de Corti. Chez l'humain, les cellules ciliées sont de deux types : les cellules ciliées externes, de forme cylindrique, se contractant périodiquement afin d'amplifier le signal sonore et les cellules ciliées internes, en forme de poire, transformant le signal précédemment amplifié en message nerveux appelé influx nerveux. Au nombre de 15 000 à la naissance, elles constituent le capital auditif. Les cellules ciliées situées au début de la cochlée reçoivent les fréquences aiguës, et celles situées à la fin de la spirale reçoivent les fréquences graves (cf tonotopie). Trouve plus

Cellule compagne: Une cellule compagne désigne un type de cellule végétale constituante du phloème. À chacun des éléments de tube criblé correspond une cellule compagne. Chez les angiospermes, l'élément de tube criblé et la cellule compagne ont pour origine la même cellule méristématique (que ce soit du procambium ou du cambium). Chez les gymnospermes, la cellule criblée n'a pas la même origine histologique que la cellule albumineuse. Un élément de tubes criblés peut être associé à plus d'une cellule compagne. Il existe de nombreux plasmodesmes entre une cellule compagne et son élément de tube criblé. La vie d'une cellule compagne est liée à celle de son élément de tube criblé. Les cellules compagnes ont des fonctions métaboliques : synthèse de protéines et apport d'énergie, transports d'assimilats photosynthétiques… Elles sont de trois types : cellules compagnes ordinaires : avec des chloroplastes bien développés. Elles n'ont pas de plasmodesmes les connectant aux cellules criblées, le transport se fait par voie apoplastique[réf. nécessaire]. cellules compagnes de transfert : avec des invaginations augmentant la surface d'échange et de transport. cellules compagnes intermédiaires : avec de nombreux plasmodesmes les connectant aux cellules criblées avoisinantes. Le transport des substances (sucres) se fait donc de manière symplastique.Les cellules compagnes présentent les caractéristiques de cellules métaboliquement actives : gros noyau cellulaire et nucléoles, grandes et nombreuses mitochondries, réticulum endoplasmique important, nombreux ribosomes, nombreuses et petites vacuoles. Portail de la biologie cellulaire et moléculaire Portail de la botanique Trouve plus

Cellule convective: Trouve plus

Cellule d'aide psychologique: Trouve plus

Cellule d'information Viger: Trouve plus

Cellule d'urgence médico-psychologique: Trouve plus

Cellule d'aide psychologique: L'expression cellule d'aide psychologique (ou en raccourci cellule psychologique), est couramment utilisée par les médias pour qualifier des dispositifs très variés visant à un soutien psychologique ou moral et mis en place en réponse à un problème particulier. Ce terme peut correspondre à des dispositifs très différents, constitués soit de professionnels de santé mentale (psychiatres, psychologues, infirmiers) ; de travailleurs sociaux ; de volontaires (secouristes, bénévoles) aux formations très diverses ; de pairs.Il est d'usage désormais de mettre en place de tels dispositifs lorsqu'une situation de crise est considérée comme pouvant affecter la santé psychique des personnes. C'est le cas lors des situations de traumatisme psychique (attentats, accidents aériens, violences de masse, catastrophes, accidents…) mais aussi dans des situations comme les plans de licenciement, les situations de souffrance au travail, les événements à fort impact psychologique en milieu scolaire, etc. En France, à la suite des attentats des années 1990, il existe un dispositif particulier et professionnalisé intervenant lors des catastrophes collectives ou des événements à fort impact traumatique : les cellules d'urgence médico-psychologique (CUMP) qui interviennent dans le cadre des SAMU. Trouve plus

Cellule d'assistance: Trouve plus

Cellule de Bergmann: Les cellules de Bergmann sont des cellules présentes uniquement dans le cortex cérébelleux. Leur corps cellulaire se situe dans la couche des cellules de Purkinje. Elles possèdent un prolongement cytoplasmique qui s'étend jusqu'à la lame basale entourant les lamelles cérébelleuses. Les cellules de Bergmann expriment la GFAP. Trouve plus

Cellule de Betz: Les cellules de Betz sont de grands neurones moteurs à noyau de forme pyramidale, d'où leur appellation de cellules pyramidales de Betz. Elles se situent généralement dans la couche V du cortex moteur primaire (aire 4 de Brodmann). Elles fournissent les projections corticofugales qui s'articulent avec d'autres noyaux, motoneurones ou interneurones, soit au niveau du tronc cérébral, soit au niveau de la moelle épinière (voie pyramidale). La voie pyramidale est la voie descendante de la motricité volontaire, elle se trouve dans la partie antérieure du pont et de la moelle épinière. Trouve plus

Cellule de Bragg: Trouve plus

Cellule de cajal: Trouve plus

Cellule de Cannes-Torcy: Trouve plus

Cellule de charge: Trouve plus

Cellule de Clara: Une cellule de Clara ou cellule des bronchioles ou cellule en dôme avec un pôle apical faisant saillie dans la lumière bronchiolaire sont caractérisées par la présence de quelques microvillosités irrégulières et de grains de sécrétion. Portail de la médecine Trouve plus

Cellule de commutation: Une cellule de commutation est un modèle d'un circuit d'électronique de puissance qui réalise la connexion commandée entre une source de tension et une source de courant. Trouve plus

Cellule de convection: Une cellule de convection est une zone d'un fluide où celui-ci circule en circuit fermé. Le sens de rotation du fluide est cohérent au sein d'une même cellule, et son déplacement est de même sens de part et d'autre d'une paroi séparant deux cellules adjacentes. L'organisation en cellules de convection est l'un des modes de la convection, que l'on observe quand le déséquilibre (thermique, notamment) à l'origine des mouvements convectifs est relativement modéré (pour un fort déséquilibre on passe à différents types de régimes turbulents, sans individualisation de cellules). Trouve plus

Cellule de crise: Une cellule de crise est un lieu central à partir duquel est organisé la gestion de crise pour faire face à une situation critique de toute nature (catastrophe naturelle ou technologique, crise sanitaires, écologiques, politiques, économiques, bancaire ou financière),. La cellule de crise peut être éventuellement déportée loin du lieu de la crise pour des raisons de sécurité. Elle est parfois constituée en urgence (face à un accident technologique par exemple), ou préparée de longue date (préparation de gestion de pandémies par exemple), via des plans nationaux, des formations et des exercices de crise,. Trouve plus

Cellule de crise (émission de télévision): Cellule de crise est une émission de télévision française créé en 2016, présentée par Julian Bugier depuis 2017 et diffusée principalement en seconde partie de soirée sur France 2. L'émission invite le téléspectateur à revivre un moment précis de l'histoire récente. Trouve plus

Cellule de degrisement: Trouve plus

Cellule de dégrisement: Dans certains pays, il existe des cellules de dégrisement ou salles de dégrisement, cellules aménagées dans un commissariat, pour placer, jusqu'à ce qu'elles soient à nouveau sobres, des personnes ayant causé des troubles à l'ordre public du fait de leur ivresse, généralement due à l'alcool. Les personnes dans cette situation sont soumises à une surveillance particulière en raison d'un risque de suicide ou de complication médicale. Trouve plus

Cellule de downey: Trouve plus

Cellule de Fananas: Les cellules de Fananas (parfois aussi nommées cellules gliales de Fañanás à plumes) sont une variété des cellules gliales dans le cortex cérébelleux. Elles sont situées au niveau de la couche moléculaire et partiellement dans la couche des cellules de Purkinje, comme les autres cellules gliales spéciales du cervelet, les cellules de Bergmann. Ils font partie d'une sorte particulière d'astrocytes. Trouve plus

Cellule de Ferrel: Trouve plus

Cellule de financement Chenier: Trouve plus

Cellule de financement chénier: Trouve plus

Cellule de force: Trouve plus

Cellule de Golay: Une cellule de Golay est un type de détecteur opto-acoustique principalement utilisé en spectroscopie infrarouge. Elle consiste en une enceinte remplie de gaz avec un matériau absorbant dans l'infrarouge ainsi que d'un diaphragme flexible ou d'une membrane. Lorsqu'un rayonnement infrarouge est absorbé, le gaz est chauffé causant son expansion. Cette expansion provoque une pression qui déforme la membrane. Cette membrane est illuminé, et la lumière réfléchie est détectée par une photodiode ; le mouvement de la membrane provoque donc une variation dans la lumière réfléchie, ce qui change le signal de la photodiode. La cellule de Golay a une grande sensibilité et une réponse plate sur une gamme de fréquence très large. Le temps de réponse est cependant modeste, de l'ordre de 10 ms. Les performances de ce type de détecteur sont dégradées en présence de vibrations mécaniques. Trouve plus

Cellule de graetzel: Trouve plus

Cellule de grätzel: Trouve plus

Cellule de grille: Une cellule de grille est un type de neurone présent dans le cerveau de nombreuses espèces qui leur permet de connaître leur position dans l'espace,,,,,. Les cellules de grille ont été découvertes en 2005 par Edvard Moser, May-Britt Moser et leurs élèves Torkel Hafting, Marianne Fyhn et Sturla Molden du Centre de biologie de la Mémoire (CBM) en Norvège. Ils ont reçu le Prix Nobel 2014 de physiologie ou médecine avec John O'Keefe pour la découverte de cellules constituant un système de positionnement dans le cerveau. L'agencement des champs d'activation spatiale des cellules de grille montre une égale distance entre chaque cellule voisine. Cette observation a conduit à l'hypothèse que ces cellules codent une représentation cognitive de l'espace euclidien. La découverte suggère également un mécanisme de calcul dynamique de la position basé sur des informations continuellement mises à jour relatives à la position et la direction. Dans une étude expérimentale typique, une électrode capable d'enregistrer l'activité d'un neurone particulier est implantée dans le cortex cérébral d'un rat, dans une section appelée le cortex entorhinal dorsomédial, et les enregistrements sont réalisés en laissant le rat se déplacer librement dans un espace ouvert. Pour une cellule de la grille, si un point est placé à l'emplacement de la tête du rat à chaque fois le neurone émet un potentiel d'action, alors, comme illustré sur la figure adjacente, ces points accumulent au cours du temps pour former un ensemble de petits groupes. L'ensemble forme les sommets d'un réseau de triangles équilatéraux. Ce motif en triangle régulier est ce qui distingue les cellules de grille d'autres types de cellules ayant une activité de localisation spatiale. Par exemple, si une cellule de lieu de l'hippocampe du rat est examinée de la même manière (en plaçant un point à l'emplacement de la tête du rat dès lors qu'une cellule émet un potentiel d'action), alors les points forment des petits groupes, mais souvent, il n'y a qu'un seul cluster qui apparaît (un « champ de lieu ») pour un environnement donné, et même si plusieurs groupes se forment, il n'y a pas de régularité perceptible dans leur arrangement. Trouve plus

Cellule de Hadley: Trouve plus

Cellule de Hambourg: La cellule de Hambourg (allemand : Hamburger Terrorzelle, anglais : Hamburg cell) était, selon les agences de renseignement américaine et allemande, un des groupes d'islamistes radicaux basés à Hambourg, en Allemagne, qui comprenait des étudiants qui ont fini par être des personnes clés des attentats du 11 septembre 2001. Parmi les membres importants, Mohammed Atta, qui a dirigé les quatre équipes du détournement et a piloté vol 11 American Airlines, Ramzi Bin al-Shibh, qui a conspiré mais a été incapable d'entrer aux États-Unis et Marwan al-Shehhi, qui a piloté le vol 175 United Airlines. Des membres moins importants comme Said Bahaji, Zakariya Essabar, Mounir al-Motassadeq et Abdelghani Mzoudi en font également partie. Ziad Jarrah, qui a piloté le vol 93 United Airlines et a raté une cible inconnue à Washington, est parfois considéré comme faisant partie de la cellule de Hambourg. Portail de l'islam Portail de Hambourg Portail de la criminologie Trouve plus

Cellule de Hargraves: La cellule L.E. (typique du lupus érythémateux disséminé) ou cellule de Hargraves retrouvée dans le liquide synovial est un macrophage ou neutrophile qui a phagocyté le noyau d'une autre cellule. Le noyau phagocyté est lysé de façon homogène. Portail de la médecine Portail de la biologie cellulaire et moléculaire Trouve plus

Cellule de hele-shaw: Trouve plus

Cellule de Ito: Trouve plus

Cellule de Kupffer: Les cellules de Kupffer sont les macrophages propres au foie et notamment au lobule hépatique où elles sont très nombreuses (jusqu'à environ 30 % de toutes les cellules hépatiques chez l'être humain). Elles se déforment et émettent un certain nombre de prolongements cytoplasmiques. Elles tirent leur nom de celui de Karl Wilhelm von Kupffer qui les a décrites (en 1876) pour la première fois. On les classe parmi les cellules dites réticulo-endothéliales, qui possèdent des propriétés macrophagiques et parmi les « macrophages stellaires » (en raison de leur forme en étoile). Trouve plus

Cellule de Küppfer: Trouve plus

Cellule de la granulosa: La granulosa est une couche de cellules folliculeuses granuleuses entourant l'ovocyte et la cavité liquidienne du follicule ovarien et responsable de la sécrétion de la progestérone durant la 2e moitié d'un cycle ovarien (corps jaune périodique) ou durant les quatre premiers mois de la grossesse (corps jaune gravidique), mais aussi des œstrogènes au cours du cycle. Au 14e jour du cycle, a lieu un pic de LH et de FSH (hormone gonadotrophine : sécrétées par l'hypophyse) : c'est l'ovulation, ce qui provoquera indirectement une forte hausse de la production d'œstrogène. Durant la première partie du cycle, les cellules de la granulosa se multiplient pour former plusieurs dizaines de couches autour de l'ovocyte (stratification de la granulosa). Par la production de glycoaminoglycanes se créent dans leur épaisseur des cavités remplies de liquide folliculaire. Par confluence, elles donnent une cavité unique centrale, l'antrum, tandis que l'ovocyte entouré d'une seule couche cellulaire (future corona radiata) est rejeté en périphérie. Durant cette phase, la granulosa est séparée de la thèque interne par une lame basale (ou membrane de Slavjanski), et reste dépourvue de vascularisation. Elles vont alors, grâce à leur aromatase, pouvoir transformer les androgènes produits par la thèque interne en œstrogènes, en réponse à la sécrétion de FSH hypophysaire. Durant la deuxième moitié du cycle (après l'ovulation), le follicule prend le nom de corps jaune périodique. Les capillaires[Quoi ?] de la thèque externe franchissent la lame basale qui les sépare de la granulosa. Ainsi vascularisée, ses cellules se différencient pour prendre l'aspect typique de cellules sécrétrices de stéroïdes; devenant de grosses cellules lutéiniques elles sécrètent alors la progestérone le long des 14 jours de cette phase, puis après le corps jaune se rétracte en corps albicans, laissant une petite cicatrice fibreuse sur la surface de l'ovaire. Si fécondation et grossesse, le corps jaune prend le nom de 'corps jaune gravidique' puisque, sous l'influence de la Beta HCG placentaire, il continue à sécréter la progestérone (granulosa et thèque interne) et les œstrogènes (granulosa) durant environ 2 mois, et ça jusqu'à ce que le placenta prenne le relais. Trouve plus

Cellule de la thèque interne: La thèque interne (du grec thêquê, boîte) est une enveloppe du follicule ovarien formée de cellules d'aspect épithélioïde ; elle est bien vascularisée et sécrète en permanence des androgènes (la testostérone et la delta-4 androstènedione). La delta-4 androstènedione est ensuite transformée en œstrogènes par une enzyme, l'aromatase. C'est durant la première phase du cycle (phase pré-ovulatoire) que des cellules du stroma ovarien se multiplient et s'organisent en périphérie de la granulosa, dont elles restent séparées par une lame basale, la membrane de Slavjanski, pour constituer la thèque interne (en). Trouve plus

Cellule de langerhans: Trouve plus

Cellule de leydig: Trouve plus

Cellule de lieu: Les cellules de lieu sont des neurones de l'hippocampe dont le champ récepteur (dit champ de lieu) est défini par une zone spatiale donnée sur une carte cognitive, qui est une carte mentale de l'environnement. Chaque cellule de lieu s'active donc quand l'animal se trouve dans le champ récepteur qui lui est associé. Les scientifiques pensent que les cellules de lieu travaillent collectivement et forment une représentation cognitive d'un emplacement spécifique dans l'espace. Les cellules de lieu interagissent avec d'autres types de neurones dans l'hippocampe et les régions voisines pour réaliser ce type de traitement spatial, mais la façon dont elles fonctionnent au sein de l'hippocampe est toujours l'objet de recherches. Les cellules de lieu s'activent quand un animal arrive à un endroit déterminé de son environnement. Des études sur les rats ont montré que les cellules de lieu ont tendance à s'activer rapidement quand un rat entre dans un nouvel environnement ouvert. En dehors des champs de tir, les cellules de lieu ont tendance à être relativement inactives. Pour une cellule de lieu donnée, il existe un certain nombre de champs de lieu correspondants. Ce nombre est proportionnel à l'étendue de l'environnement. Contrairement à d'autres zones du cerveau telles que cortex visuel, il n'y a pas topographie apparente dans la configuration des champs de lieu. Deux cellules de lieu voisines ne sont pas plus susceptibles d'avoir des champs de lieu voisins que deux cellules éloignées. Placées dans un nouvel environnement différent, environ la moitié des cellules de lieu se voit attribuer un nouveau champ de lieu correspondant à un nouvel emplacement sans rapport avec les anciens. Les modes d'activation des cellules de lieu sont déterminés par l'information sensorielle et l'environnement local. Les cellules de lieu ont la capacité de changer rapidement leur schéma d'activation. Ce phénomène est connu sous le nom « recartographie » et si les cellules de lieu peuvent changer en fonction de l'environnement extérieur, elles sont aussi stabilisées par la dynamique d'attraction qui « [permet] au système d'encaisser de petits changements de l'entrée sensorielle et de répondre collectivement et de manière cohérente aux changements plus importants ». Bien que les cellules de lieu fassent partie d'un système cortical non sensoriel, leur activité est fortement corrélée aux signaux sensoriels.Ces circuits pourraient avoir des implications importantes pour la mémoire, car elles fournissent le contexte spatial des souvenirs et des expériences passées. Comme beaucoup d'autres parties du cerveau, les réseaux de cellules de lieu sont dynamiques. Ils se réajustent constamment et reconfigurent leurs connexions en fonction de l'emplacement actuel et de l'expérience du cerveau. Les cellules de lieu ne travaillent pas seules pour créer la représentation spatiale. Elles font partie d'un circuit complexe qui permet d'avoir conscience du lieu présent et des lieux mémorisés.D'un point de vue expérimental, on identifie souvent ces neurones par des enregistrements électrophysiologiques chez un animal qui parcourt un espace délimité : les cellules de lieu sont caractérisées par le fait que leur activité est maximale lorsque l'animal se trouve à un endroit précis du terrain. Ces cellules de lieu se distinguent d'autres types de neurones dont l'activité peut aussi être modulée par des éléments spatiaux (cellules de grille, cellules de bordures) ou liée à la locomotion (cellules de direction de la tête...). Dans les champs CA1 et CA3 de l'hippocampe, les neurones constituant les cellules de lieu sont supposés être principalement de type pyramidal tandis qu'au sein du gyrus denté il s'agit de neurones granulaires. Les cellules de lieu ont d'abord été découvertes chez le rat en 1971. C'est sur la base d'observations empiriques que John O'Keefe et Lynn Nadel en sont venus à formuler l'hypothèse que la fonction primordiale de l'hippocampe était de constituer une carte cognitive de l'environnement dans lequel évolue l'animal. Par la suite, en 2003, des cellules de lieu ont aussi pu être identifiées chez l'humain en réalisant des enregistrements électrophysiologiques chez des patients implantés avec des électrodes dans l'hippocampe. Le prix Nobel de physiologie ou médecine 2014 a été décerné à John O'Keefe pour la découverte des cellules de lieu, et à Edvard et May-Britt Moser pour la découverte des cellules de grille,. Trouve plus

Cellule de Malassez: La cellule de Malassez (ou Hématimètre de Malassez) est un hématimètre qui permet de compter le nombre de cellules en suspension dans une solution. Cette méthode de dénombrement ne permet de compter que les cellules (vivantes ou non) dans une solution, et non d'autres organismes tels que les Bactéries. Il s'agit d'une lame de verre sur laquelle un quadrillage a été gravé de 100 rectangles (10x10) contenant eux-mêmes 20 petits carrés. Elle a été inventée par Louis-Charles Malassez. Pour dénombrer les cellules, on place une lamelle de verre sur la cellule de Malassez, appelée lame de Malassez sur laquelle on dépose entre 10 et 15 µl de cellules en suspension. Après avoir attendu quelques minutes pour que les cellules sédimentent, on peut compter le nombre de cellules dans 10 rectangles (quadrillés). le volume d'un rectangle quadrillé étant de 0,01 µl, en comptant 10 rectangles, il suffit alors de multiplier le résultat par 10 000 pour obtenir le nombre de cellules par ml. Par exemple, si 30 cellules sont observables sur 10 rectangles, on obtient un total de 300 000 cellules par ml. Trouve plus

Cellule de Malpighi: Une cellule de Malpighi est une cellule constitutive de l'épithélium malpighien (ou épithélium pavimenteux stratifié). Dans l'épiderme, elles prennent le nom de kératinocytes. Trouve plus

Cellule de merkel: Trouve plus

Cellule de Nageotte: La cellule de Nageotte est un hématimètre qui permet de compter le nombre de cellules en suspension dans une solution. Classiquement, elle est utilisée en cytologie urinaire ou pour l'examen du liquide céphalo-rachidien. Elle est prévue pour le dénombrement de liquides pauvres en éléments. Le quadrillage est constitué de larges et longues colonnes. Les mesures du volume élémentaire que représente une colonne permettent de déterminer alors la concentration cellulaire du liquide. Ces mesures sont la profondeur entre lame et lamelle (0,5 mm), la largeur de la colonne (0,25 mm) et la longueur de cette colonne (10 mm). Ainsi le volume de chaque colonne est de 1,25 µl. Les protocoles de comptage indiquent de choisir dès le départ la règle de comptage : les cellules chevauchant uniquement les bords gauche et bas seront prises en compte. Plus de colonnes sont comptées, meilleure est la représentativité du comptage. Trouve plus

Cellule de Neubauer: La cellule de Neubauer est un hématimètre qui permet de compter le nombre de cellules en suspension dans une solution, elle est principalement utilisée pour la numération de leucocytes. La lame de verre de la cellule de Neubauer est gravée d'un quadrillage comportant 9 grands carrés de 1 mm2 chacun. Les 4 grands carrés externes sont composés de 16 carrés de 0,25 mm de côté, ils sont généralement appelés L. Le grand carré central est lui divisé en 16 carrés de 0,2 mm de côté, sub-divisés en 16 petits carrés de 0,05 mm de côté. Les plus petits carrés ont une surface de 0,002 5 mm2. Le carré central comporte aussi 5 carrés utilisés pour la numération es érythrocytes et des thrombocytes, généralement appelés E, ils sont délimités par le trait externe des trois traits de séparations des plus petits carrés. La cellule de Neubauer a connu plusieurs modifications, mais chaque type est encore utilisé. Trouve plus

Cellule de Paneth: Les cellules de Paneth, avec les cellules caliciformes, les entérocytes et les cellules entéroendocrines, représentent les principaux types de cellules de l'épithélium de l'intestin grêle. Ce sont des cellules exocrines, également présentes dans l'appendice. Trouve plus

Cellule de Pékin: La cellule de Pékin est retrouvée dans le liquide synovial et correspond à un macrophage qui a phagocyté un neutrophile. Ce type de leucophagocytose se retrouve dans les spondylarthropathies particulièrement dans le syndrome de Fiessinger-Leroy-Reiter. Trouve plus

Cellule de Pockels: Trouve plus

Cellule de prison: Une cellule de prison est dans une prison la chambre où dorment et où sont enfermés, un ou plusieurs détenus. Trouve plus

Cellule de purkinje: Trouve plus

Cellule de Reed-Sternberg: Les cellules de Reed-Sternberg sont de grandes cellules (environ 50 μm) malignes caractéristiques des lymphomes de Hodgkin et infiltrant les ganglions. Ces cellules sont caractérisées par un noyau volumineux bi- ou polylobé, la présence d'un nucléole, souvent unique, mais volumineux, d'une basophilie soutenue. Plus la maladie est avancée et plus ces cellules sont retrouvées en nombre important. Elles ont été décrites pour la première fois en 1898 par Carl Sternberg (de) puis par Dorothy Reed (1874-1964) en 1902, d'où leur nom de cellules de Sternberg ou de Reed-Sternberg. Il existe une variante de la cellule de Reed-Sternberg : la cellule de Hodgkin. La cellule de Hodgkin est de grande taille à noyau unique non segmenté. Trouve plus

Cellule de renshaw: Trouve plus

Cellule de schwann: Trouve plus

Cellule de sertoli: Trouve plus

Cellule de soutien psychologique: Trouve plus

Cellule de Thoma: La cellule de Thoma est un hématimètre qui permet de compter le nombre de cellules en suspension dans une solution. Adaptée depuis la cellule de Neubauer, la cellule de Thoma conserve le grand carré central de cette dernière. La surface de chaque carré est de 0,002 5 mm2 chacun. La cellule de Thoma est principalement utilisée pour le dénombrement des érythrocytes et des thrombocytes. Trouve plus

Cellule de Verviers: Trouve plus

Cellule d'Ehrlich: Le carcinome ascitique d'Ehrlich (acronyme : EAC pour Ehrlich-Lettre ascites carcinoma) aussi appelé cellule d'Ehrlich est un carcinome découvert par le Paul Ehrlich. Trouve plus

Cellule delta: Les cellules delta de la muqueuse gastrique produisent de la somatostatine. Trouve plus

Cellule Déméter: Déméter est une cellule de la gendarmerie nationale française créée en 2019. Elle se donne pour objectif de protéger les agricultrices et agriculteurs des agressions et intrusions sur les exploitations agricoles. Le dispositif est critiqué, tant par des agriculteurs que par des associations. Trouve plus

Cellule dendritique: Les cellules dendritiques sont des cellules du système immunitaire qui font partie du système phagocytaire mononucléaire, cellules présentatrices d'antigènes et qui présentent dans certaines conditions, comme leur nom l'indique, des dendrites (des prolongements cytoplasmiques). Les cellules dendritiques ont deux fonctions principales : le déclenchement de la réponse immunitaire adaptative, dont les acteurs principaux sont les lymphocytes T et les lymphocytes B, dirigée contre des antigènes du « non-soi » ; le maintien de la tolérance centrale au « soi » dans le thymus, par le processus impliquant les lymphocytes T régulateurs dits de sélection négative.Elles résident dans les tissus à l'état immature et ont une morphologie très variée. On peut citer parmi elles les cellules de Langerhans. Trouve plus

Cellule dendritique plasmacytoïde: Une cellule dendritique plasmacytoïde est une cellule du système immunitaire de type dendritique ciblant essentiellement les acides nucléiques étrangers et sécrétant d'importantes quantités d'interféron de type I. Elle intervient dans l'immunité anti-virale mais également dans les phénomènes d'autoimmunité. Trouve plus

Cellule départementale d'exploitation et de sécurité: Trouve plus

Cellule départementale de recueil de traitement et d'évaluation: La cellule départementale de recueil de traitement et d'évaluation ou CRIP départemental, est un dispositif lié à la protection de l'enfance en France. " La mise en œuvre de la loi du 5 mars 2007 réformant la protection de l'enfance implique des modifications importantes, notamment parce qu'il crée dans chaque département une cellule de recueil, de traitement et d'évaluation des situations de danger ou de risques de danger pour l'enfant et l'adolescent, et parce qu'il détermine les règles du partage d'informations entre professionnels." in Le guide de la cellule départementale de recueil de traitement et d'évaluation, 2008. La loi sur "la protection de l'enfance en danger en France" a été promulguée le 5 mars 2007, et a été publiée au Journal officiel du 6 mars 2007. Le texte définitif du projet de loi avait été adopté le 22 février 2007, l'Assemblée nationale ayant adopté sans modification le texte déjà adopté par le Sénat le 12 février 2007. Présenté en Conseil des ministres le 3 mai 2006, le projet de loi avait été adopté en première lecture par le Sénat le 21 juin 2006 et par l'Assemblée nationale le 11 janvier 2007. Trouve plus

Céllule départementale de recueil de traitement et d'évaluation: Trouve plus

Cellule departementale d'exploitation et de securite: Trouve plus

Cellule départementale d'exploitation et de sécurité: La cellule départementale d'exploitation et de sécurité faisait partie de l'organisation d'une Direction départementale de l'Équipement (DDE). Elle était chargée de gérer la connaissance du trafic routier et la sécurité routière, en expert de la DDE dans les domaines de la connaissance du trafic et de l'accidentologie, dans l'analyse des dysfonctionnements liés à l'aménagement, et dans l'optimisation de l'usage de la route. Ses missions étaient définies par une circulaire no 90-70 du 16 octobre 1990, et pour la connaissance du trafic ainsi: recenser des données de trafic sur le Réseau routier national et départemental; organiser le recensement de la circulation; organiser des enquêtes de circulation ; exploiter et diffuser les données ; gérer et maintenir le matériel, compteurs routiers, SOL2 et SIREDO. viser à l´élaboration de méthodologies, de modèles ; développer l´automatisation du recueil de données (SIREDO); effectuer des recueils en temps réel. Depuis le 1er janvier 2007, avec la mise en place effective de la décentralisation du Réseau Routier National, les CDES sont remplacées par de nouvelles structures au sein de chaque Direction interdépartementale des Routes (DIR) régionales. Trouve plus

Cellule des capsules frontières: La cellule des capsules frontières (en anglais boundary cap cell) est une cellule gliale particulière présente uniquement chez l'embryon. Elle forme de petites populations qui se localisent dans les racines des nerfs, le long du tube neural : ces groupements (ou clusters) sont appelés capsule frontière. Les cellules des capsules frontières sont notamment impliquées dans le développement et le maintien de la frontière entre le système nerveux central et le système nerveux périphérique. Elles participent également à la mise en place de certaines autres populations de cellules de la périphérie, puisqu'elles migrent peu à peu des racines et se différencient, notamment en cellule de Schwann, pour disparaitre totalement des racines quelques jours après la naissance. Trouve plus

Cellule des condamnés du MACUSA: Trouve plus

Cellule détectrice du point de rosée: Trouve plus

Cellule d'information viger: Trouve plus

Cellule d'intervention Metamkine: La cellule d'intervention Metamkine est un groupe d'artistes français dont les performances associent musique électroacoustique et projection cinématographique. C'est aussi un label discographique et un distributeur, essentiellement de disques de musique électroacoustique et improvisée. Un laboratoire cinématographique artisanal, l'atelier MTK, est également animé par Metamkine. Trouve plus

: undefined Trouve plus

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

DW-TV, DWV, DWV Amsterdam, DX, DX (radio),

DW-TV: Trouve plus DWV: DWV peut faire référence à: Deformed wing virus (en français, virus des ailes déformées), un virus qui tou...